Marlysa, T13 : Majesté - Par Danard & Gaudin - Soleil

16 décembre 2013 0 commentaire
  • Superbe fin de cycle pour la pulpeuse Marlysa. Eclipsée la blonde gentille et candide, Marlysa a pris un tournant sombre qui lui convient admirablement bien, de quoi secouer tout son petit monde !

De retour à Tolden après son escapade de trois albums pour le Cycle de l’épée, Marlysa avait retrouvé son village natal mis à feu et à sang. Le but de cette invasion était de la retrouver, elle. En effet, un mystérieux commanditaire tente de lui faire avouer qu’elle a eu un enfant de sa fugace liaison avec Bragal.

Ce garçon de quatre ans a grandi magiquement grâce aux mauvais œuvres de « l’Ordre noir », qui voit en lui le Doge, capable d’assurer son emprise sur la population. Empoisonnée et conditionnée, Marlysa change de personnalité pour embrasser les valeurs néfastes de cet ordre religieux totalitaire. Entre deux exactions, elle s’occupe également sans ménagement de l’éducation de son fils qui a trop vite grandi.

De leur côté, Cilia, Ossian, Tatrin, Stirius et même Bragal, mettent tout en œuvre pour soustraire la guerrière masquée à l’influence du Grand Dignitaire. Pendant ce temps, une étrange créature manœuvre toujours pour retrouver ses pouvoirs en s’adjugeant la vie du fils de Marlysa.

Marlysa, T13 : Majesté - Par Danard & Gaudin - Soleil

Alors que ce cycle avait commencé de manière assez mollassonne (bagarres, retrouvailles, emprisonnement, évasion, bagarres, retrouvailles, emprisonnement, trahison, etc.), notre belle héroïne, souvent trop sage, s’est transformée pour laisser apparaître une face sombre autrement plus attirante.

La fin de ce cycle du secret se termine réellement en apothéose : on ne sait plus très bien si Marlysa est réellement envoûtée, ou si elle laisse parler sa part sauvage en réaction aux souffrances qu’on lui a infligées. De plus, les divers fils de l’intrigue tissés au cours des cinq albums précédents se rejoignent pour nouer un récit plein de suspense où l’humour est également présent. La rencontre musclée entre les deux prétendants de Marlysa, Tatrin et Bragal, en écho du premier cycle, alors que la nouvelle venue sort de son rôle secondaire pour passer sur le devant de la scène redonner un peu de naïveté face à la rudesse de Marlysa. De quoi équilibrer un album décidément bien charpenté !

Alors qu’on était en droit de se poser des questions sur l’avenir de la série, Gaudin & Danart viennent de prouver qu’ils ont toujours la fougue et l’inventivité de leurs débuts et que, décidément, leur belle héroïne gagne à ne plus être trop sage !

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

Lire d’autres chroniques de Marlysa : tome 0 : La jeunesse, ainsi que les tomes 6, 9 et 11.

  Un commentaire ?