Moi et mon ange gardien T1 - Par Minene Sakurano - Akiko

16 août 2007 0 commentaire
  • Les anges gardiens semblent avoir la vie belle au Japon puisque de nombreux mangakas s'inspirent de ces êtres mystiques. Cette nouvelle série est-elle une énième déclinaison sans grand intérêt de la chose, ou tire-t-elle son épingle du jeu ?

Le jeune Tasuke, un ado sans histoires, reçoit un colis de son père parti faire des fouilles en Chine. Le paquet contient une amulette nommée shiterin. Selon la légende, lorsqu’un coeur pur aperçoit une lueur briller à l’intérieur de cette amulette, le ciel lui envoie une protection. Tasuke n’y croit pas trop, mais jette, bien entendu, un coup d’oeil dans l’étrange objet. Et à sa grande surprise, il en jaillit une jeune fille dans un éclat lumineux. Shaolin, c’est son nom, est un ange gardien et son rôle est d’assurer la protection de son maître. Mais il faut reconnaître qu’au 21e siècle, un adolescent ne court que peu de dangers dans sa vie quotidienne, et Shaolin, n’étant pas habituée à notre époque moderne, aurait plutôt tendance à commettre quelques gaffes. Malgré tout, Tasuke est heureux de l’avoir à ses côtés : pour la première fois depuis bien longtemps, il ne se sent plus seul.

L’originalité n’est pas vraiment ce que l’on retiendra des débuts de cette série de Minene Sakurano. Faut-il alors tourner le dos à Tasuke et Shaolin ? Avec son cocktail de comédie sentimentale et de fantastique ainsi qu’un dessin tout en délicatesse, Moi et mon ange gardien ravira probablement les jeunes lectrices. Les amateurs du genre, pour leur part, regretteront un scénario à l’arrière-goût de déjà vu et peinant un peu à décoller.

(par Baptiste Gilleron)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?