Opus - Tome 1 - Par Satoshi Kon - IMHO

25 juin 2013 0 commentaire
  • Et si votre vie était dictée par la main d'un autre ? Si vous n'existiez que sur papier et que vous décidiez de vous révolter contre votre sort, quelles seraient les possibilités offertes à votre créateur ?

Chikara Nagai peine à mettre un point final à son manga Resonance.

L’affrontement entre Sakoto, policière dotée de pouvoirs psychiques, et Le Masque, gourou d’une secte à l’influence amplifiée par des capacités mentales, doit arriver à son terme. Mais en choisissant de sacrifier le jeune Rin pour arriver à ses fins, le mangaka ne se doute pas que ce dernier va se rebeller contre son créateur. La veille de la remise des planches à son éditeur, Chikara se fait dérober le dessin décisif par le jeune homme et se retrouve aspiré dans son œuvre. Rin refuse de se sacrifier mais son intervention met en péril l’équilibre narratif instauré par le dessinateur. Se mettant à la poursuite de la case manquante, l’auteur va plonger dans les méandres de son propre monde.

Satoshi Kon, génial réalisateur de Paprika, Paranoïa Agent ou encore Tokyo Godfathers, se voit offrir cette publication posthume trois ans après son décès. Dans une veine qu’il a développée tout au long de son œuvre, il interroge les relations entre illusion et réalité et traverse les frontières entre notre monde et celui de la fiction. Un passage mis en lumière par la plongée d’un auteur, qui le personnifie (il confiait volontiers que l’atelier du dessinateur ressemblait beaucoup au sien), dans sa création. Entre introspection et réalité subjective, il questionne les normes de l’écriture mais également la vie de personnages jamais totalement déconnectés d’une forme de matérialité.

Toujours efficace dans sa mise en page et son découpage vif et ultra-réaliste, ce manga brise ses normes pour tirer une réflexion sur l’essence de la création. Que faire lorsque vos personnages se rebellent contre leur destin ? Comment lutter contre la perte de contrôle sur l’histoire ? En mettant à jour les techniques d’écriture et les défauts de conception, celui que l’on peut imaginer en démiurge tout puissant s’avère dépossédé de sa création.

Malheureusement inachevé (seuls dix-neuf chapitres en furent bouclés) ce récit aux multiples références, que ce soit dans l’univers propre à Kon ou dans celui de quelques grands maîtres comme Katsuhiro Otomo, avec son trait réaliste et soigné, enchaîne les événements sans temps de latence dans une narration sans faille.

Un premier tome complet et impeccable qui offrira pour beaucoup l’occasion de découvrir le fils spirituel de Yasutaka Tsutsui comme mangaka. IMHO publiera également un autre manga du dessinateur-réalisateur Seraphim en août.

(par Vincent GAUTHIER)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet ouvrage sur Amazon ou à la FNAC

  Un commentaire ?