Paf et Hencule - Par Abraham Kadabra & Goupil Acnéique - Editions Même pas Mal

28 janvier 2011 4 commentaires
  • Que les âmes sensibles, allergiques à la provocation et imperméables au second degré, passent leur chemin vite fait. Abraham Kadabra et Goupil Acnéique ont décidé de dépasser les bornes et ils relèvent le défi haut la main.

S’il y avait un Prix pour récompenser le meilleur héritier du professeur Choron, de Reiser ou de Vuillemin, Abraham Kadabra et Goupil Acnéique auraient de fortes chances de monter sur la première marche du podium. Comme leurs illustres prédécesseurs, ils ont choisi de faire rire en dénonçant la connerie humaine d’une manière forte et spectaculaire, où le mauvais goût côtoie la provocation. Un peu comme dans les expressions "soigner le mal par le mal" ou "combattre le feu par le feu". C’est qu’il n’est pas question ici de brandir des panneaux "la guerre c’est moche" ou "la famine faut que ça cesse", mais plutôt de mettre en exergue les petites (et grandes) lâchetés, les "racismes" de toutes sortes ou les hypocrisies de tout acabit.

Paf et Hencule - Par Abraham Kadabra & Goupil Acnéique - Editions Même pas Mal

A l’aide de strips de trois cases et de deux personnages principaux réunissant toutes les tares psychologiques que l’être humain peut compter, Abraham et Goupil tapent sur tout ce qui bouge. Paf, le chien, et Hencule, le chat (aucun respect pour nos lectures d’enfants) sont les bras armés de cette plongée dans la noirceur de l’âme (de la même couleur que l’humour des deux auteurs). On ne peut même plus parler d’anti-héros à ce degré de bassesse. Et c’est justement le fait d’en faire des personnages principaux qui interpelle le lecteur. Ne craignez rien si vous les trouvez immondes, c’est bon signe. L’inverse serait particulièrement inquiétant.

Évidemment, lorsqu’on est sur le fil du rasoir comme les deux auteurs, les risques sont grands. D’abord de ne pas être compris et d’être rattrapés par la fameuse expression de Pierre Desproges "on peut rire de tout mais pas avec n’importe qui" (penser à ajouter Desproges dans la liste citée plus haut). Le second degré n’est pas une qualité partagée par tous. Le test est simple : si le livre ne vous tombe pas des mains après la lecture de la percutante préface dessinée par Bastien Vivès, vous êtes prêts pour aller jusqu’au bout de ce livre.
Ensuite, de ne pas être drôle. Et là, force est de constater que les deux auteurs s’en tirent parfaitement (sous réserve bien sûr, que vous ayez passé le test cité plus haut) en gardant un niveau d’humour constant au fil des pages.
Certes, c’est bien souvent un rire nerveux qui prend le lecteur. Celui qui permet de trouver une porte de sortie lorsqu’on est mal à l’aise. Car tout le monde en prend pour son grade, des plus attendus (Ku Klux Klan, CRS, corrida, intégristes) aux plus intouchables (femmes enceintes, homosexuels, SDF, enfants, handicapés, enfants handicapés). Et c’est bien ce qui fait tout l’intérêt de Paf et Hencule.



(par Thierry Lemaire)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
4 Messages :
  • Très marrant ! (le coup de la corrida homophobe, ahahah !)

    Répondre à ce message

    • Répondu par martin jean-philippe le 28 décembre 2018 à  09:10 :

      Cher Thierry,
      Choron, Reiser et Vuillemin ! Rien que ça ! N’est-ce pas un peu exagéré ? Un peu comme ceux qui voient en Marsault le nouveau Gotlib. Outre le fait que je ne trouve pas tellement drole la majeure partie de ces bandes - tu me connais je ne suis pas particulièrement adepte du soft et du politiquement correct- je note que Paf le Chien devient une référence pour de nombreux membres de la fachosphère. Au corps défendant de ses auteurs j’imagine. Ce qui augmente mon malaise à lire cette série.

      Répondre à ce message

      • Répondu par Thierry Lemaire le 31 décembre 2018 à  18:08 :

        Bonjour Jean-Philippe,

        mazette, une chronique qui fait réagir 8 ans après sa rédaction, je prends ça pour un compliment ! ;)

        Quant au contenu, je confirme ce que j’ai écrit. En terme d’impertinence, de mauvais esprit, de provoc, de tabous attaqués à la hache, il y a une vraie filiation entre Abraham Kadabra, Goupil Acnéïque et les trois auteurs susnommés. Je ne dis pas qu’ils sont meilleurs, qu’ils ont une plus grande influence et qu’ils resteront dans l’Histoire, mais simplement qu’il y a une parenté, et que je ne vois pas beaucoup d’autres auteurs dans ce cas.

        Quant à la récupération par la fachosphère, je ne peux pas dire si elle est appréciée ou pas par les deux compères (connaissant l’éditeur, j’aurais quand même une très grosse tendance à dire que non).
        Si c’est à leur corps défendant, je trouve que c’est difficile de conclure que, puisque les gags sont récupérés, c’est qu’ils sont proches des idées nauséabondes susnommées.
        On pourrait alors introduire dans le débat le Hitler = SS de Vuillemin et Gourio avec la participation de Choron.

        Bon, je ne sais pas si ton commentaire en nécessitait un autre de ma part, mais j’avais un peu de temps. :)

        Répondre à ce message

        • Répondu par zobi-one-kenozob le 5 octobre 2019 à  18:30 :

          Je suis d’accord sur tout. Ceci étant dit, bonne soirée.

          Répondre à ce message