Antonio Altarriba : rencontre avec un grand (scénariste) d’Espagne [VIDÉO]

  • Alors que paraît le dernier volet de sa « Trilogie du Moi » : « Moi, menteur », nous avons eu l’occasion de rencontrer Antonio Altarriba qui nous a raconté sa carrière d’auteur de BD depuis les années 1980, en parallèle avec son activité de professeur de littérature (française) à l’université de Vitoria dans le Pays Basque espagnol, jusqu’au moment où il entame son « Épopée espagnole » avec « L’Art de voler » puis son dernier ego-triptyque. Il nous raconte tout cela dans un français impeccable. Un moment rare.

Au pays de Juanjo Guarnido, de Rubén Pellejero et de Daniel Torrès, le lecteur distrait pourrait croire que l’Espagne n’est qu’une nation de dessinateurs. C’est oublier un peu vite Cervantès et ses successeurs bédéistes comme Victor Mora ou encore Juan Diaz Canalès qui ont connu de réels succès de ce côté-ci des Pyrénées.

C’est oublier Antonio Altarriba, essayiste (on lui doit une Histoire de la bande dessinée espagnole), romancier, critique et scénariste de bande dessinée et de télévision, qui chez Denoël Graphic a aligné cinq romans graphiques parmi les remarquables publiés ces dernières années.

Antonio Altarriba : rencontre avec un grand (scénariste) d'Espagne [VIDÉO]
La Trilogie du Moi par Keko et Antonio Altarriba - Ed. Denoël Graphic

Si l’Épopée espagnole (L’Art de voler et L’Aile brisée, dessins de Kim, Ed. Denoël Graphic) raconte l’Espagne franquiste au travers du regard de ses parents, la Trilogie du Moi (dessins de Keko, toujours chez Denoël Graphic) est un regard sans concession sur le monde contemporain dans les domaines du savoir, de la médecine, et de la politique, lieux de pouvoir et, partant, de compromission.

L’Epopée espagnole - Par Kim et Antonio Altarriba - Ed. Denoël Graphic.

L’œuvre d’Altarriba est noire comme l’étendard de l’anarchie et, comme elle, un peu désespérée. Mais elle est érudite et troublante, portant la réflexion. Elle est surtout intemporelle, inaltérable comme l’est un bon classique. Et dans ce domaine, Altarriba en connaît un rayon…

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

(par François RISSEL)

(par Cédric Munsch)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.