Prince Dickie - Par Pieter De Poortere - Ed. Glénat

2 août 2014 1
  • Le merveilleux des contes de fée revisité par un auteur flamand contemporain. Ca décoiffe? Pas vraiment.

Cela fait quelques années déjà que la nouvelle génération des auteurs flamands frappe à la porte avec plus ou moins de succès. Un bon nombre d’entre eux perpétuent une tradition de l’humour absurde avec Johan De Moor, Nix en premiers de cordée en France et récemment Herr Seele & Kamagurka en brillants duettistes.

La collection Millefeuilles chez Glénat avait surpris son monde en lançant la première aventure de Dickie, Le Fils d’Hitler. Depuis, son auteur, Pieter De Poortere creuse son sillon, arpégeant ses saynètes absurdes dans un gaufrier de neuf cases muettes chromatiquement vintage.

Ce troisième volume aligne princesses, licornes, dragons, tournois, djinns et chaperons rouges dans des cases naïves qui détournent les contes de fées d’une manière un peu parodique et quelquefois salace. L’auteur arrive parfois à nous tirer un sourire mais nous trouvons au mieux face à un successeur des Vrolijke Bengels de Willy Vandersteen, la fraîcheur du génie en moins, soit face à une espèce de Game Over “arty,” la mécanique fine du gag en moins.

Ça marche sur un ou deux albums, pas au-delà.

Prince Dickie - Par Pieter De Poortere - Ed. Glénat

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album chez Amazon ou à la FNAC

De la même série, lire :
- Le Petit Dickie illustré
- Le Fils d’Hitler bouscule les genres

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • Prince Dickie - Par Pieter De Poortere - Ed. Glénat
    7 août 2014 15:57, par doyoubilly

    "Glénat avait surpris son monde en lançant la première aventure de Dickie"
    - > Si je me souviens bien ce sont Les Requins Marteaux qui avait importé De Poortere les premiers, en sortant le tome 3 en 2008.
    Les 2 premiers se font un peu la main, les suivants sont un exercice de style parfaitement réjouissant. De fait, on sait quoi en penser à la longue.

    Répondre à ce message