Résistances (1/3) : la bande dessinée se souvient du 8 mai 1945

6 mai 2015 0 commentaire
  • Alors que le 8 mai célèbre cette année les 70 ans de la fin de Seconde Guerre mondiale, nous avons décidé de nous intéresser aux nombreuses bandes dessinées qui, ces derniers temps, animent les librairies à ce sujet et qui se focalisent sur ces quelques vrais héros, pas des héros de papier !, auxquels nous devons notre liberté et peut-être la survie de quelques-uns de nos proches : les Résistants. Que ce travail de mémoire leur soit aussi un hommage.

Sans le courage de ces quelques-uns qui ne se sont pas couchés devant l’adversité, qui n’ont pas succombé à la compromission, qui ont su affronter un "ordre nouveau" que l’on tentait de leur imposer pour mieux défendre les valeurs qui font la fierté d’un peuple et d’une nation, ces gens qui ont été les défenseurs des Droits de l’Homme (et de la Femme !) qui ont su espérer une société juste, digne et humaine, nous ne serions sans doute pas là.

La bande dessinée, on le sait désormais, depuis La Bête est morte de Calvo, Dancette et Zimmerman, Le Contrat avec Dieu de Will Eisner, le Maus de Spiegelman, le C’était la guerre des tranchées de Tardi, le Persépolis de Marjane Satrapi, Le Photographe de Guibert, Lefèvre et Lemercier, est depuis longtemps ce lieu de mémoire devenu incontournable dans notre histoire culturelle.

Un lieu d’enseignement et de réflexion dont peuvent se saisir les pédagogues qui abordent cette période, mais aussi les simples curieux que rebutent peut-être les imposants essais historiques sur ces questions et auxquelles ces premières lectures, moins intimidantes, peuvent servir d’introduction.

Passons en revue les quelques titres sur le sujet qui font en ce moment l’actualité de nos librairies.

Femmes en résistances : une mise à niveau de qualité

Résistances (1/3) : la bande dessinée se souvient du 8 mai 1945Nous vous avions présenté l’année dernière le premier des quatre tomes de la série Femmes en Résistance. Pour rappel, faisant suite à une proposition de l’historienne Emmanuelle Polack, Casterman a décidé de réaliser quatre évocations de femmes au destin remarquable qui ont œuvré pendant lors de la Seconde Guerre mondiale. L’intérêt du propos vient de la force de caractère de chacune des personnalités choisies ; on dépasse le cadre de la résistance contre le nazisme pour témoigner d’une réelle indépendance d’esprit, encore difficile à accepter à l’époque.

La biographie de l’aviatrice Amy Johnson évoquée dans le premier tome était intéressante, mais relatait sans doute avec faiblesse l’effort de guerre consenti. Son combat revêtait des accents plus personnels que réellement engagés, mais cela permettait de donner un réel contexte à la série, en rappelant la condition féminine de l’époque dans ce face à face "viril", et en le plaçant comme le fil rouge de la série. En effet, une journaliste-espionne fictive rencontre successivement les quatre héroïnes (historiquement parlant).

Après Pierre Wachs, Marc Veber a dessiné le deuxième tome de cette série, toujours scénarisée par Régis Hautière & Francis Laboutique et sur base du concept initial de l’historienne. En plaçant son récit au cœur du combat universitaire de la famille munichoise Scholl, la série élargit sa thématique : elle n’aborde pas qu’un point de vue allié ou de résistant, rappelant que l’Allemagne elle-même s’est soulevée face à la folie du régime nazi : Sophie Scholl fut une réelle martyre de ce combat, démontrant que l’investissement, la témérité et le pouvoir des mots pouvaient défier la plus terrible des répressions.

Extrait de "Catherine Scholl"

Après une telle montée en puissance, on attendait un prolongement avec le troisième tome consacrée à Berty Albrecht, une des chefs de file de la Résistance française. Le résultat dépasse largement les attentes !

Cette nouveauté parue il y a quelques semaines nous entraîne non seulement dans le combat de l’ombre de la Résistance, mais brosse surtout le portrait d’une force de la nature qui se battit toute sa vie pour la liberté des femmes. Formidablement scénarisée, on traverse le parcours de la vie de Berty Albrecht avec autant d’empathie que lorsqu’on découvre son arrestation par la Gestapo et son inéluctable fin.

Extrait de "Berty Lambrecht"

Mentor et ex-amante d’Henri Frenay, qui fut ministre du gouvernement provisoire de la République Française de 1943 à 1945, on se rappelle d’elle comme l’initiatrice et la cheville ouvrière du journal clandestin Combat, qui servit entre autres à fédérer les divers mouvements de Résistance au cours de l’Occupation.

A plus d’un titre, ce troisième opus de Femmes en Résistance est le parfait exemple d’une évocation réussie en bande dessinée : juste mélange d’authenticité et de créativité scénaristique, entrelacs de personnages connus ou injustement méconnus du lecteur, des sentiments forts et justes qui dopent l’identification, ainsi qu’un bel équilibre graphique, même s’il doit respecter les principes établis lors du premier album.

Extrait de "Berty Lambrecht"

Pouvant se lire indépendamment des autres tomes, Berty Albrecht nous rappelle avec beaucoup de justesse les formes que pouvait revêtir le combat contre l’injustice : qu’elle soit armée ou dans l’esprit des hommes.

Un Village français en 1914

Il n’a heureusement pas fallu attendre les dates de commémoration pour évoquer avec cette période difficile. La thématique de la Résistance et de l’Occupation est portée avec force depuis quelques années par la série télévisuelle Un Village Français : elle évoque les sentiments et détaille les motivations des habitants de Villeneuve, sous-préfecture fictive du Jura.

Soleil réalise un joli coup en lançant une trilogie de bande dessinée situé 25 ans avant les événements de la série télévisée. L’histoire commence le 26 juin 1914. Tranches de vie quotidienne de la famille Larcher, des Schwartz ou encore des Breylleau… Le maire du village est inquiet, il vient d’apprendre l’assassinat de l’archiduc d’Autriche François-Ferdinand ; il sent que la guerre est toute proche…et en effet, début août, c’est la mobilisation. Tout le village doit s’organiser en prévision du départ des hommes… Premières séparations, premiers combats… premiers orphelins !

Les fans d’Un Village français se réjouiront de cette préquelle inédite de la célèbre série. C’est l’occasion de découvrir l’enfance ou les premières amours des personnages qui les ont tant fait vibrer. Cet antépisode apporte également une dimension et un sens nouveaux aux personnages que l’on connaît. Mais les lecteurs qui n’auraient pas découvert la série pourront néanmoins se lancer sans risque dans l’aventure : si les personnages sont multiples, ils sont suffisamment caractérisés pour les distinguer et passer un très agréable moment avec eux, dans une saga pleine d’émotions.

Coïncidence funeste : alors que Marie, Bernard, Ferdinand, Lorrain et Stéphane jouent à une attaque d’un roi et sa princesse en pleine rue, l’Archiduc est assassiné à mille kilomètres de là, entraînant l’Europe et le monde dans une guerre dévastatrice.
Ignorant le sort qui vient de se jouer, Micheline va rejoindre Marcel Larcher en douce pour filer le parfait amour...

Après cette réussite aussi scénaristique que graphique évoquant l’avant-guerre, la mobilisation et le départ de 1914 , le deuxième tome intitulé sobrement 1915 devrait permettre à Gaudin & Aleksic de prolonger cet état de grâce.

Notre dossier se poursuivra demain avec les albums que Glénat consacre à cette période, ainsi qu’aux Enfants de la Résistance, une nouvelle série signée Ers & Dugomier qui vient de paraître au Lombard.

(par Charles-Louis Detournay)

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander :
- Un Village français, T1 1914 - Par Gaudin et Aleksic - Soleil chez Amazon ou à la FNAC
- Femmes en Résistance T1 Amy Johnson chezAmazon ou à la FNAC
- Femmes en Résistance T2 Sophie Scholl chezAmazon ou à la FNAC
- Femmes en Résistance T3 Berty Albrecht chezAmazon ou à la FNAC

Sur la même thématique et avec les mêmes auteurs, lire nos autres articles :
- Cicatrices de guerre(s) - Collectif - Editions de la Gouttière
- l’interview de Régis Hautière : "Les femmes ont aussi joué un rôle déterminant durant la guerre."

Lire la suite de notre dossier :

- Résistances (2/3) : La bande dessinée réhabilite les figures oubliées de la Résistance

- Résistances (3/3) : Le rôle essentiel des Justes

  Un commentaire ?