"Sourire ’58", le revival de l’expo universelle 1958 de Bruxelles

12 juin 2016 2 commentaires
  • Près de 60 ans après l'exposition universelle 1958 de Bruxelles, les éditions Anspach, soutenuent par la plateforme de crowdfunding Sandawe font revivre le mythe de l'Expo '58 en BD.

Le souvenir de l’Exposition Universelle de 1958 conserve une saveur particulière dans la mémoire collective des Belges. Moment de joie après les années difficiles de la Seconde Guerre mondiale, situé deux ans avant la perte du Congo Belge, l’Expo ’58 fut aussi pour la Belgique l’un des faits marquants de la période des Trente glorieuses.

Initialement, l’événement devait se tenir en 1955, mais la Guerre de Corée, qui s’était achevée deux ans plus tôt, et les tensions internationales qui en découlèrent étaient encore trop pesantes pour réunir la planète dans un événement universel.

"Sourire '58", le revival de l'expo universelle 1958 de Bruxelles
Sourire ’58
Baudouin Deville & Patrick Weber (c) Editions Anspach

La préparation de l’Expo 58 débuta dès 1950 avec d’importants travaux de transformation de Bruxelles qui bouleversèrent à jamais la physionomie de la capitale belge :

  • Lancement des travaux du Ring de Bruxelles (autoroute de grande périphérie).
  • Création d’une jonction ferroviaire souterraine Nord-Midi.
  • Inauguration des nouvelles gares Centrale, Chapelle et Congrès.
  • Modernisation de la Bibliothèque Royale et du Palais des Congrès.
  • Création de la Cité administrative de l’État située boulevard Pacheco (à deux pas de l’actuel Centre belge de la BD).
l’Atomium
Photo : Jeroen Meijer - Creative Commons
La Gare Centrale de Bruxelles
Photo : Julizehn - Creative Commons

C’est aussi durant cette période qu’apparaissent les premières unités d’habitations de l’architecte suisse Le Corbusier. Surtout, c’est la construction d’un cristal d’acier, l’Atomium, sur le Plateau du Heysel (Nord de la capitale) qui acheva de donner à l’Expo ’58 un caractère résolument futuriste.

L’Atomium, justement, est le point de départ de la création de cette BD ayant pour cadre l’exposition universelle de 1958.

Sourire ’58
La Place De Brouckère en 1958.
Baudouin Deville & Patrick Weber (c) Editions Anspach
Sourire ’58
La Place de la Bourse en 1958.
Baudouin Deville & Patrick Weber (c) Editions Anspach
Sourire ’58
Baudouin Deville & Patrick Weber (c) Editions Anspach

Né de l’envie de Baudouin Deville - dessinateur de la série Rider on the Storm chez Paquet - de raconter cette épopée, « Sourire ‘58 » fut véritablement lancé lorsque Nicolas Anspach, nouvel acteur sur le marché de la BD et ancien de chez Paquet et de votre site préféré ActuaBD.com, rejoignit le projet. Le duo fut enfin complété par l’arrivée du scénariste Patrick Weber, qui est aussi journaliste et historien. Patrick Weber s’est récemment exprimé à ce sujet :

« J’ai commencé ma carrière à l’ombre de l’Atomium en faisant des jobs d’étudiant pour la petite maison d’édition bruxelloise Magic Strip. Parallèlement, je me suis plongé avec délice dans la mythique collection Atomium 58… Depuis lors, le gros atome ne m’a plus quitté. Et quand ses plaques ont été mises en vente, j’en ai acquise une qui m’accompagne depuis, au gré de mes lieux de vie. C’est peut-être l’objet auquel je tiens le plus ! L’air de rien, cela commence à ressembler à une vie marquée par le destin de ce génial édifice. Mais par-delà la prouesse technologique et stylistique qui fascine l’historien de l’art que je suis, il y a aussi l’héritage de toute une génération qui croyait en un meilleur futur, forcément guidé par le progrès. Sans oublier le discours désormais historique prononcé par le tout jeune roi Baudouin. Voilà (notamment) ce qui m’a poussé à me lancer dans ce projet avec mes amis Nicolas et… un autre Baudouin. »

Il ne restait plus qu’à imaginer un moyen de faire connaître cette BD ambitieuse. Celui-ci fut trouvé grâce aux éditions Sandawe qui ont accueilli cette initiative en projet libre à financer sur leur site de crowdfunding.

25 000 euros devront être réunis d’ici au 31 décembre 2017 afin de matérialiser cette idée en un album de BD réalisé dans la tradition franco-belge classique. Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire ;-)

Sourire ’58
Baudouin Deville & Patrick Weber (c) Editions Anspach

Voir en ligne : Découvrez "Sourire ’58" sur le site des éditions Sandawe

(par Christian MISSIA DIO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
2 Messages :
  • Extrait de l’interview de Baudouin Deville sur Sandawe.com :

    "…Puis, Nicolas Anspach, l’éditeur, m’a suggéré de collaborer avec un auteur Bruxellois, et a rapidement eu l’idée d’associer Patrick Weber au projet. Il est écrivain, journaliste et surtout historien  ! Il est cultivé, et connaît parfaitement Bruxelles et cette époque. J’ai été totalement convaincu et rassuré quand j’ai lu Ouessantines l’album de BD que Patrick a écrit pour Nicoby (paru chez Vents d’Ouest). L’écriture était moderne, haletante.
    Patrick a déjà réalisé le synopsis de Sourire ’58, qui me plait beaucoup. Même si nous devons réaliser une modification à la fin du récit suite à une volonté de l’ASBL Atomium.
    J’ai hâte de lire le découpage. J’espère qu’il va y mettre de la vie, de l’intensité au récit. Cela doit être «  Breughelien  », avec des personnages forts et d’autres au caractère plus faible."

    La suite de l’interview > http://www.sandawe.com/fr/projets-auto-finances/sourire-58/blog

    Répondre à ce message

  • Très bel album qui me rappelle de nombreux souvenirs. Ma soeur , toujours en vie, avait une vitrine d’exposition au Palais du Diamant. Nous y avons donc passé beaucoup de temps. Une petite erreur toutefois dans "Souvenirs d’Expo". La boisson au cola, petite bouteille ronde, était déjà distribuée depuis 1947 en Belgique, j’en buvais à cette époque au collège.
    Merci pour ce bel album ;
    C.H.

    Répondre à ce message