Teen Titans #1 – Par Scott Lobdell & Brett Booth – DC Comics

4 novembre 2011 0
  • Après une très bonne série, l'univers des Teen Titans est a son tour remis à zéro. Quid de cette nouvelle équipe de super-héros en culottes courtes ?

Alors qu’un manoir, ressemblant étrangement au manoir de Westchester des X-Men, est en train de brûler, un jeune bolide, Kid Flash, déboule devant les caméras des médias pour prendre la situation en main. Cependant, dans un souci d’image et de notoriété, celui-ci fonce tête baissée dans l’action, ne connaissant les mesures de sécurité des soldats du feu déjà sur place.

Aggravant la situation en provoquant un retour de flammes et en mettant en péril la vie des pompiers, les médias se servent de cette affaire pour souligner l’émergence de jeunes méta-humains irresponsables et n’ayant aucun lien avec les autorités déjà déployées (la Justice League pour ne parler que d’elle).

Teen Titans #1 – Par Scott Lobdell & Brett Booth – DC Comics
(C) DC Comics/Brent Booth

Alors que les médias se font un plaisir les descendre en flèche, Tim Drake, l’ancien Robin, devenu maintenant Red Robin, se fait attaquer par une agence spéciale, le N.O.W.H.E.R.E, spécialisée dans l’enlèvement de jeunes méta-humains.

(C) DC Comics/Brent Booth

Celui-ci s’en échappe et se met à la recherche de la prochaine cible de l’agence, Cassie Sandsmark, plus connue sous le nom de Wonder Girl. Alors qu’ils sont attaqués par cette mystérieuse agence, le chef du projet Superboy décide de lâcher sa créature sur ceux qui formeront les Teen Titans...

Scott Lobdell, en charge des séries classées « Teen » (Superboy, Teen Titans) nous livre un départ sur les chapeaux de roue, malgré quelques grosses ficelles scénaristiques. En effet, si Tim Drake est, certes, le deuxième plus grand détective du monde (derrière le Chevalier Noir de Gotham), la facilité avec laquelle il s’échappe d’une intervention du Nowhere (qui est bien plus puissante que la CIA) est assez maladroite. Cependant, Lobdell met en place la fondation des nouveau Teen Titans (qui s’étend sur quatre numéros), une saga qui reste plaisante à lire, même si les origines de chaque personnage ne sont pas étayées.

Brent Booth, quant à lui souffre du syndrome Sarah Jessica Parker. En effet, toutes les femmes de la série ont une tête chevaline, ce qui est assez inquiétant quand on sait que Wonder Girl est supposée être très jolie. LSon travail est correct mais sans plus, ses planches variant facilement du passable au médiocre.

(C) DC Comics/Brent Booth

Teen Titans complète certes Superboy mais elle ne nous emmène, pour l’heure, pas bien loin. Il faudra attendre la fin de la constitution de l’équipe pour espérer voir le scénario s’emballer. C’est louable de tacler Marvel en début de titre, mais il aurait été préférable de proposer un épisode de meilleure qualité avant d’ambitionner d erivaliser avec les X-Men...

(par Antoine Boudet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Disponible en VO anglaise chez votre Comics Dealer habituel

  Un commentaire ?