The Ancient Magus Bride T9 - Par Koré Yamazaki - Komikku Editions

29 septembre 2018 0 commentaire
  • Fin de cycle pour Chisé et Elias qui règle à la fois l’intrigue « Cartaphilus » et la crise de confiance frappant notre improbable couple. Un acte final riche en émotions, en révélations et même en actions, qui tient ses promesses et ravira les amateurs du titre.

L’ambiance se révèle bien différente entre la fin de ce neuvième tome et le précédent ! Mais reprenons dans l’ordre. Elias désespéré erre dans la forêt sous sa forme de monstre. Il y reçoit l’aide de Titania et d’Oberon. Le passage met de nouveau en évidence le fait que tous ces êtres voient les choses, et aiment, de façon bien différente des humains !

De son côté, Chisé a accepté la proposition de Cartaphilus : échanger sa malédiction de vie contre celle de mort qu’elle porte. Cependant, le grand moment de cette partie ne se trouve pas dans la séquence de « chirurgie » mais dans des flash-backs très attendus. En effet Chisé revit son passé et permet enfin au lecteur de découvrir dans le détail les événements de son enfance. De la fuite de son père (emportant son petit frère) au suicide de sa mère, tout s’éclaire, même pour notre héroïne.

À ce premier flash-back s’ajoute celui sur Joseph et Cartaphilus qui explique bien des choses : Joseph était un jeune fossoyeur malheureux qui recueillit et décida de ne faire qu’un avec Cartaphilus, ce qui aboutit au résultat qu’on connaît aujourd’hui !

The Ancient Magus Bride T9 - Par Koré Yamazaki - Komikku Editions
© Kore Yamazaki / MAG Garden

L’opération de sauvetage réunit presque l’intégralité du casting de la série et s’achève sur une confrontation en bonne et due forme entre Chisé et Cartaphilus. Finalement, rien ne se conclut de façon définitive : Joseph joue désormais la Belle Au Bois Dormant près de chez Elias tandis que Cartaphilius combattra éternellement la malédiction du Dragon de Chisé, permettant de neutraliser ces deux malédictions.

L’épilogue quant à lui revient à la situation amoureuse de Chisé et d’Elias. La trahison du sorcier est pardonnée mais nous retiendrons avant tout la « fausse » scène de fiançailles qui conclut de belle façon la grande crise qu’ils ont traversée.

Un dénouement autour des principes d’équivalences et du soutien entre individus, thèmes chers du manga. C’est d’ailleurs presque à une fin de série à laquelle nous avons droit. Chisé s’est réconciliée avec son passé, le grand « vilain » est neutralisé et nous avons le renouvellement des vœux de notre couple, d’être là l’un pour l’autre : pour l’apprentissage de la magie, pour celui des sentiments humains pour Elias et évidemment pour partager leur vie.

Avec son récit toujours maîtrisé, poétique et étrange, il nous tarde de découvrir la nouvelle vie de Chisé et Elias qui débutera au prochain tome, avec son lot de découvertes merveilleuses et de rencontres d’un autre temps !

© Kore Yamazaki / MAG Garden

(par Guillaume Boutet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

The Ancient Magus Bride T9. Par Koré Yamazaki. Traduction Fédoua Lamodière. Komikku Editions. Sortie le 20 septembre 2018. 210 pages. 7,99 euros.

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

The Ancient Magus Bride sur ActuaBD :
- Lire la chronique du tome 1,
- Lire la chronique du tome 5,
- Lire la chronique du tome 6,
- Lire la chronique du tome 7,
- Lire la chronique du tome 8.

  Un commentaire ?