Tu te la coules douce, Cubitus... - Cubitus, n°39 - Dupa - Lombard

25 septembre 2002 0 commentaire
  •  Disparu en 2002, Dupa fait encore rire. Les Editions du Lombard poursuivent, en effet, la publication de ses dernières planches inédites. Le solde d'une oeuvre intégralement dévouée à la cause de l'humour bon enfant.

Le « gros toutou le plus sympa de la BD » ne parviendra sans doute jamais à combler le grand vide qu’a laissé la disparition prématurée de Dupa, son créateur. Cubitus et son vieux maître Sémaphore n’en continueront pas moins de divertir de leurs gags des milliers de 7 à 77 ans... « J’aimerais dessiner jusqu’à ce que mort s’ensuive » avait déclaré Dupa peu de temps avant sa disparition. Ce voeu fut l’un de ceux qu’il réalisa. Assez pour laisser quelques savoureux gags inédits à ses très nombreux admirateurs. Insuffisamment toutefois pour leur permettre de se régaler d’un nouvel album. Pourtant...

Au cours de ses plus de 30 ans de carrière, Dupa avait heureusement produit pour des numéros spéciaux du journal « Tintin », quelques dizaines de planches qui ne furent reprises dans aucun recueil. Cette lacune est maintenant comblée... Un 39ème recueil de savoureux gags inédits ou méconnus du gros chien le plus sympathique et le plus spirituel que la BD ait inventé. 46 doses d’anti-stress à prescrire quotidiennement et à consommer sans modération. De l’humour, de la malice, de la tendresse. Dernier cadeau de Dupa à son public, cet album posthume ne sera toutefois pas celui des adieux de Cubitus aux milliers de lecteurs qui en ont fait leur fidèle animal de compagnie.

Editées par Le Lombard, les mésaventures humoristiques de Cubitus ont donné lieu à 7 histoires complètes et 32 recueils de gags. En 1988, un studio japonais a adapté la série en 104 téléfilms d’animation. Ceux-ci sont encore aujourd’hui régulièrement diffusés par diverses chaînes de télévision dans le monde. En 1994, la Poste belge a émis un timbre Cubitus dans le cadre de son émission annuelle « Philatélie de la Jeunesse ». La même année, la Ville de Bruxelles a associé Cubitus à Manneken Pis et en a fait les héros d’une grande fresque murale...

(par Patrick Albray)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

"Cet album posthume ne sera toutefois pas celui des adieux de Cubitus aux milliers de lecteurs qui en ont fait leur fidèle animal de compagnie", conclut le communiqué de presse envoyé par l’éditeur. Une phrase claire : Cubitus ne mourra pas avec son créateur. Reste à savoir qui aura la carrure pour le reprendre. Et qui parviendra à distiller le mélange de gentil délire, de dialogues impertinents hérités de l’école Greg et de fantaisie débridée qui ont fait le succès du travail de Dupa.

Lire un extrait

  Un commentaire ?