Un week-end au Lyon BD Festival 2016

9 juin 2016 8 commentaires
  • Les 4 et 5 juin dernier s'est déroulé le week-end de la 11e édition du Lyon BD festival. Retour sur les nombreux événements de ces deux jours de festivités. Le soleil est revenu les 4 et 5 juin pour accueillir dans la ville de Lyon des auteurs de BD et des manifestations autour du neuvième art. Si cet événement culturel a débuté fin mai, il continue cependant jusqu'à fin juin. Ses principaux temps forts ont eu lieu cependant le week-end dernier.

Camille Jourdy a reçu le Prix du Truc d’Or pour son album Juliette, les fantômes reviennent au printemps (Éditions Actes Sud). Les auteurs du tome 5 de Jazz Maynard (Dargaud), Roger et Raule ont reçu quant à eux le Prix de Lyon. Le dessinateur Roger a d’ailleurs bien été mis à l’honneur. Tout d’abord, par le biais de sa participation à l’exposition Influences croisées, une exposition ludique et interactive qui fait des passerelles entre auteurs français et auteurs espagnols, en se demandant qui a influencé les auteurs dans leur identité graphique et narrative. Ensuite car l’illustrateur de la série Jazz Maynard a donné un concert de dessins dans l’amphithéâtre de l’opéra. Il a donc dessiné en direct son célèbre trompettiste accompagné d’un jazz band. Commençant par les détails, avec une immense agilité à manier le noir et blanc, les spectateurs ont vu petit à petit apparaître sous leurs yeux ébahis les personnages de cette fameuse série BD.

Un week-end au Lyon BD Festival 2016
Le concert de dessins Jazz Maynard à l’opéra de Lyon
Exposition Influences Croisées

Mais le festival accueillait de nombreux autres scénaristes, dessinateurs et coloristes. Les lecteurs ont donc pu aller à la rencontre d’auteurs comme Chloé Cruchaudet (Mauvais genre), Fabcaro (Zaï zaï zaï zaï), Tanxxx (Velue), Joël Alessandra (Louise, le venin du scorpion), ou encore Lupano et Grégory Panaccione (Un océan d’amour), détenteurs du prix Lyon 2015. C’est d’ailleurs Panaccione qui a réalisé l’affiche de cette édition.

Joël Alessandra en pleine séance de dédicaces

Un programme divers et varié

En plus des traditionnelles séances de dédicaces, de nombreux événements ont été proposés. Il faut dire que si le Lyon BD festival se démarque par son format. Il se distingue aussi grâce à une programmation des plus variée et créative.

Les visiteurs ont aisni pu assister par exemple à une conférence au Palais du commerce sur « la vie secrète des super-héros ». Une conférence animée par le journaliste et scénariste Xavier Fournier, où les auditeurs ont pu découvrir avec humour les incohérences scénaristiques de leurs comics préférés.

Ils ont pu aussi visiter l’exposition inédite Lug, maison d’édition lyonnaise à l’Hôtel de ville, ou encore participer à des rencontres d’auteurs comme celle avec Lewis Trondheim et Cosey sur leurs albums reprenant le personnage de Mickey chez Glénat. Une rencontre où ces deux auteurs aux personnalités très différentes, ont raconté comment ils s’étaient approprisé la célèbre souris. Si Trondheim souhaitait revisiter le personnage, Cosey a voulu rendre hommage à Mickey en restant fidèle à l’univers graphique des premiers albums. Ils sont également revenus sur leur façon de travailler avec Disney, et sur les censures et interdits de cet univers. « Mais Mickey se prête bien à la reprise, car il ne faut pas oublier que ça a été très vite une aventure collective » explique Cosey.

Le retour de Mickey, rencontre avec Cosey et Lewis Trondheim

Une telle diversité est également due aux nombreuses implications des Lyonnais et des différentes structures de la ville. « C’est tout le réseau de la bande dessinée lyonnaise qui met la main à la pâte pour organiser le festival » raconte Sandrine Deloffre, coordinatrice du festival. Même si le fascicule informatif ainsi que le site Internet gagneraient à être plus clairs, les visiteurs n’ont eu que l’embarras du choix face à cette programmation hétéroclite.

Un festival valorisant l’international et le spectacle vivant

Aurélien Portehaut dans Imbroglii

Le Lyon BD festival possède également d’autres atouts. Il favorise les liens avec l’international avec le pavillon Shanghai par exemple. Il a été notamment présenté en avant première les planches de la BD Jet Lag, un carnet de voyage réalisé par deux auteures chinoises (Lin Zhu et Tao Ban Xian) et deux auteurs de la région (Yannick Corboz et Jibé).

Enfin le Lyon BD festival s’est également investi dans le spectacle vivant. Des musiciens, des humoristes, des comédiens se sont alliés à des auteurs de BD pour réaliser de nombreuses représentations.

Samedi et dimanche dernier, les spectateurs ont pu assister au théâtre de rue Imbroglii. Avec dynamisme, Lapin 34 a mis en scène sur les marches du palais du commerce la BD Imbroglio de Lewis Trondheim (chez l’Association). Le metteur en scène François Chevalier et les interprètes Séléna Hernandez, Gilles Barthelemy et Aurélien Portehaut (Kaamelott) ont su retranscrire avec justesse et humour l’histoire loufoque de ce petit one shot. Sans oublier le concert dessiné de Boulet x Inglenook le samedi soir, qui a été un beau moment du festival. Poésie, malice et légèreté était au rendez-vous pour ce concert. Le trio Inglenook nous a fait entrer dans leur univers musical avec beaucoup de convivialité et en toute simplicité grâce aux touchants et amusants dessins de Boulet.

Le concert dessiné de Boulet x Inglenook

Le week-end de cette onzième édition s’est déroulée dans une ambiance festive et familiale. Mais ce n’est pas fini, vous pouvez encore visiter de nombreuses expositions comme Obion au Musée Gallo-Romain de Fourvière (jusqu’au 30 juin 2016) ou Les Aventuriers de l’archive perdue avec Nicolas Wild et Erwann Surcouf aux archives municipales (jusqu’au 16 septembre 2016).

(par Morgane Aubert)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
8 Messages :
  • Un week-end au Lyon BD Festival 2016
    10 juin 2016 02:07, par moynot

    Les lecteurs n’ont pas pu aller à la rencontre de Tanx, qui n’était pas là. Je le sais. J’y étais. (Pas vous, apparemment.)

    Répondre à ce message

    • Répondu le 10 juin 2016 à  19:12 :

      Pourquoi toujours tant de violence dans les commentaires ?

      Répondre à ce message

      • Répondu par ralph le 11 juin 2016 à  07:08 :

        Oui, ce reflexe d’agressivité rend un peu triste.

        Mais je crois que la vision est un peu faussée par le fait que ce sont généralement les personnes ayant des élans agressifs qui font le pas de commenter.

        ça ne veut bien sûr pas dire qu’ils constituent la majorité des lecteurs d’ActuaBD.
        Mais les bienveillants pensent moins à exprimer leur bienveillance en commentaires.

        Répondre à ce message

        • Répondu par moynot le 11 juin 2016 à  11:42 :

          Il n’y a rien d’agressif dans mon commentaire. Je constate que l’article a été écrit sans mettre les pieds à l’événement, tout simplement. Tanx n’est pas venue, pour des raisons qui la regardent. La journaliste de même. Mais dans ce cas, pourquoi rédiger son billet d’un ton pouvant laisser croire le contraire ? Je trouve ça gênant.

          Répondre à ce message

          • Répondu par Didier Pasamonik (L’Agence BD) le 11 juin 2016 à  15:12 :

            Qu’est-ce qui, cher Moynot, vous permet de croire que la journaliste n’est pas allée à ce festival ? Parce qu’elle aurait -peut-être, elle est en ce moment en reportage en Suisse, elle ne peut pas vous répondre- erronément fait mention de Tanxx ? La belle affaire. Les photos, c’est vous qui les avez faites aussi ?

            Répondre à ce message

            • Répondu par moynot le 11 juin 2016 à  17:56 :

              En ce cas, pourquoi citer les auteurs présents d’après le programme et non pas ses propres observations ? Je suis pour le moins perplexe.

              Répondre à ce message

              • Répondu par ralph le 11 juin 2016 à  22:25 :

                Les remarques, relevés d’erreurs, corrections, sont généralement très bien pris sur ActuaBD et les articles modifiés rapidement en conséquent.
                Ce n’est bien sûr pas l’erreur que vous relevez qui nous fait réagir, mais le ton brusque que vous employez d’office.
                D’autant plus que c’est sans doute pas soucis d’informer le plus exhaustivement possible, cela même si l’auteur de l’article n’a pas pu assister à tous les évènementsdu festival, que la rencontre avec l’auteur absent a été mentionnée. Si l’information de son absence n’est pas arrivée à son oreille, ce n’est pas bien grave (tout au plus est-ce une maladresse, et encore...). Il suffisait, pour améliorer l’article, de relever l’erreur en toute complicité bienveillante.

                Répondre à ce message

                • Répondu par Morgane Aubert le 14 juin 2016 à  16:20 :

                  Bonjour, je m’excuse pour cette erreur concernant l’absence de Tanxxx, et je remercie Ralph pour sa compréhension et sa perspicacité

                  Répondre à ce message