Yamada Kun & the 7 Witches T19 - Par Miki Yoshikawa - Delcourt/Tonkam

18 septembre 2018 0 BD d’Asie par Guillaume Boutet
Éditeur : Delcourt Éditeur : Tonkam
  • Tome annoncé comme crucial, dévoilant le passé oublié de Yamada, les révélations s’avèrent moins renversantes que prévu. L'auteure en garde sous le coude, donnant une nouvelle fois l’impression de tourner en rond en dépit de personnages attachants et amusants.

Série légère et comique, avec quelques jolis sentiments dispersés ici et là, Yamada-kun semble désormais travailler à dilater son récit, répétant les mêmes schémas. Une tendance particulièrement frappante avec ce passage.

En guerre avec le club de Shôgi dont les motivations sont longtemps restées mystérieuses, Yamada et ses amis cherchent depuis quelques temps un moyen pour découvrir leurs secrets. Une quête qui croise celle des « nouvelles » sorcières par le biais du hasard qui fait bien les choses.

C’est dans ce contexte qu’au tome précédent, notre héros rencontre Himekawa du club de couture qui semble avoir un lien avec Yûri, l’un des membres du club de Shôgi. Cependant de façon mystérieuse Yamada va tomber amoureux de la douce Himekawa qui se révèle bien entendu une sorcière. Mais la plus grande révélation vient qu’ils se sont connus par le passé et que leurs souvenirs ont été effacés !

Outre cette romance, cette disparition des premiers mois au lycée de Yamada recoupe une autre vieille énigme du manga : comment Yamada a-t-il obtenu son pouvoir de copie ? Ce dix-neuvième tome met alors en scène pour la deuxième fois le fameux rituel des sorcières qui permet d’exaucer un vœu afin de retrouver cette mémoire.

Yamada Kun & the 7 Witches T19 - Par Miki Yoshikawa - Delcourt/Tonkam
© 2012 Miki Yoshikawa / KODANSHA / Delcourt Manga

Concrètement, l’essentiel du tome est dédié à un flashback nous dévoilant la vie de Yamada avant le début de la série, les fameux premiers mois de sa scolarité. Nous y découvrons une vie heureuse et des relations aujourd’hui disparues, mais surtout nous apprenons qu’à cette époque cette première bande était déjà occupée à chercher les fameuses sorcières du lycée.

Entre les effets d’écho et le doublement de certains personnages et intrigues, l’impression tient donc en grande partie du déjà-vu. Surtout que le « vrai » mystère n’est pas résolu : une partie des souvenirs de cette époque est en effet encore inaccessible. Cependant nous avons au moins l’introduction en « ombre » d’une « grande méchante » qui semble être la responsable de tous ces désordres !

En dépit de toutes les qualités de l’œuvre que nous avons plusieurs fois évoquées, comme un excellent sens du rythme et de la comédie et des personnages attachants et hauts en couleur, l’étirement et la complexification des intrigues pour pas grand-chose commencent à porter préjudice au titre.

Yamada-kun demeure drôle ainsi qu’une lecture agréable, mais il y a également l’impression de suivre toujours la même chose à la virgule près, sans grandes variations ou grandes surprises dans cette longue intrigue de la « quête des sorcières ». Bref Miki Yoshikawa n’a pas trouvé comment varier la recette initiale de sa série et c’est bien dommage.

© 2012 Miki Yoshikawa / KODANSHA / Delcourt Manga

(par Guillaume Boutet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:

Cultura BDFugue FNAC Amazon

Yamada Kun & the 7 witches T19. Par Miki Yoshikawa. Traduction Akinori Matsumoto. Delcourt/Tonkam, collection "Shonen". Sortie le 5 septembre 2018. 192 pages. 6,99 euros.

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

Yamada Kun & the 7 witches sur ActuaBD :
- Lire la chronique du tome 1,
- Lire la chronique des tomes 2 & 3,
- Lire la chronique du tome 5,
- Lire la chronique du tome 8,
- Lire la chronique du tome 16.