dBD, les Dossiers de la Bande dessinée n°10

11 février 2007 4 commentaires
  • Le numéro de février consacre une grande enquête en prévision du festival d'Angoulême qui vient de s'achever : un ensemble d'interviews et d'imprécations qui s'articule autour des principaux acteurs de l'édition 2007: président du FIBD, éditeurs et même sponsors. Un dossier essentiellement à charge.

La couverture annonce vigoureusement le thème principal de ce nouveau numéro : "Angoulême, la fin d’une époque".
Il ne s’agit manifestement pas d’une interrogation, mais néanmoins la revue a sollicité de nombreuses personnalités à ce sujet, parmi lesquelles Francis Groux, président du Festival ; Louis Delas représentant des éditeurs de BD au sein du Syndicat National de l’Edition, Claude de Saint-Vincent, Président Directeur Général des éditions Dargaud, ou encore Michel-Edouard Leclerc....

La confrontation des opinions des uns et des autres montre à quel point celles-ci peuvent parfois diverger ou s’opposer quant aux solutions proposées. Alors, fin d’une époque ou évolution plus ou moins bien maîtrisée d’une grosse machine qui se cherche un nouveau souffle ? Le dossier de Dbd, judicieusement illustré des affiches historiques du festival a le mérite d’apporter des éléments, hélas le plus souvent à charge, à un débat qui fatalement déborde des sages vignettes du 9ème art. Un dossier qui produit peu de réponses et beaucoup d’interrogations.

On retrouvera plus loin dans ce numéro des personnalités aussi passionnantes que différentes comme Dany (pour sa contribution au Dracula de Casterman) , Charles Burns (dont la republication de Black Hole sert de prétexte à une interview fournie et dense) et la présentation de Dieu n’a pas réponse à tout par son scénariste Benacquista.

On regrettera une présentation un peu tardive de l’exposition Hergé (fermeture le 19 février !) mais on appréciera quelques découvertes comme celle de deux auteurs argentins presque inconnus : Agrimto et Ippoliti.

La prépublication se limite au dernier opus de Manara, ( où le noir et le blanc sont au service d’une histoire typique de son auteur) et conclut un numéro dense, riche et agréable. La nouvelle formule de dBd semble désormais trouver ses marques et révéler une vraie personnalité, le magazine trouve ainsi sa place au sein dans l’environnement contrasté des revues de BD disponibles en kiosque.

(par Patrice Gentilhomme)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

dBD, les Dossiers de la Bande Dessinnée, n°10, numéro de février 7,50 €

 
Participez à la discussion
4 Messages :
  • dBD, les Dossiers de la Bande dessinée n°10
    12 février 2007 21:09, par Hugues

    7€50, c’est pas un peu cher pour un magazine de 100 pages ? (il vient de prendre un euro sans même un avertissement ou une explication dans l’édito, je trouve le procédé un peu léger).

    Répondre à ce message

    • Répondu par BD75Paris le 13 février 2007 à  16:54 :

      Les premiers numéros étaient lus étonnamment vite. Reste juste une jolie maquette bien aérée, mais est-ce suffisant pour vendre une revue qui reprend en temps différé (un à deux mois) pas mal d’infos disponibles gratuitement sur le net ? Quant à la BD de Manara actuellement en prépublication, je me doute qu’elle sera vite reprise dans un bel album.

      Répondre à ce message

  • dBD, les Dossiers de la Bande dessinée n°10
    13 février 2007 12:52, par Aglaé

    J’ai trouvé le dossier relatif à Angoulême absolument consternant. Les personnalités interviewés constituent un échantillon tronqué. Ceci étant, a priori, surprenant venant d’une revue qui prétend traiter de "toutes les tendances de la bande dessinée". Exception faite du directeur Francis Goux, on n’a interrogé que de "gros éditeurs" (sauf un petit qui copie les gros) et des sponsors. Bref, des interlocuteurs qui attendent d’abord et essentiellement du festival d’Angoulême des retombées financières. Ceci donne au final une vision parcellaire qui relève de la malhonnêteté intellectuelle.

    Répondre à ce message

  • dBD, les Dossiers de la Bande dessinée n°10
    10 mars 2007 09:48, par francis

    C’est quoi ce magazine qui essaie de se la jouer polémique en critiquant le festival d’Angoulême de façon malhonnete ? Pathétique et ridicule.

    Répondre à ce message