Emmanuel Guibert : « À l’enfance d’Alan se mêle aussi l’enfance de mon propre enfant. »

10 décembre 2012 par Gilles
  • Il est paradoxal qu’Emmanuel Guibert parle de Franquin et d’Hergé alors que ses dessins font plus penser à Bécassine ou au Sapeur Camembert, le côté belles images à l’ancienne, avec justement le texte à part et un style empreint de références photographiques qui lui donne un air froid, déshumanisé alors qu’il cherche à être au plus près de l’humain. Ce dessin un peu raide, figé n’aide pas à entrer dans ses histoires, c’est dommage.

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Recevez gratuitement les infos BD par e-mail
Cliquez ici.