La Palme d’or de la dignité revient à Julie Maroh

28 mai 2013 par Fire
  • "En tant que lesbienne, elle a été choquée par les scènes "de cul", pas tant parce qu’elles lui semblent plus correspondre à une représentation "hétéro-normée" qu’à la réalité, que par la façon dont le public, dans la salle, avait de pouffer. Sans même prendre en compte la vulgarité de ces réactions, elle prend ses distances avec une représentation qui appartient au réalisateur."
    Ce n’est pas ce que j’ai compris de son texte. Il me semble au contraire qu’elle explique que ces réactions de rire sont provoquées par le fait que ces scènes de cul ne sont pas du tout réalistes et correspondant à des fantasmes (...)

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Recevez gratuitement les infos BD par e-mail
Cliquez ici.
Newsletter ActuaBD