Tomi soit qui mal y pense

5 octobre 2009 par Alex
  • Une réponse bien tardive,mais problèmes de connection... Il faudra toutefois bien en arriver au débat d’amateur du genre. Ungerer n’a pas besoin d’un laudateur -oublions-le donc qq secondes.
    Mon point de vue (en gros) : le rapprochement avec la littérature et les récits illustrés coule de source. Hormis les avancées technologiques qui permirent l’éclosion de ce genre, la bd comble le fossé entre l’épopée victorienne et le nouveau roman. Héritière de l’un, toujours à la traîne de l’autre. En tant que genre, il cherche à se suffire pourtant à lui-même -si l’on veut bien faire preuve d’une certaine (...)

Modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Recevez gratuitement les infos BD par e-mail
Cliquez ici.