1789 – Royalistes et révolutionnaires main dans la main

18 juin 2019 0 commentaire
  • La bande dessinée historique est loin d’être un exercice aisé, rares sont les albums qui parviennent à faire consensus auprès du public et de la communauté historienne. Retranscrire la nuance historique, propre à la discipline, et la surmultiplication des enjeux composant une situation historique complexe est un exercice ardu, voire impossible. Les scénaristes n’en démordent pourtant pas et persévèrent, redoublant de créativité pour parvenir à allier fiction et rigueur historique.

Quel n’a pas été notre bonne surprise de découvrir ces deux albums respectivement intitulés 1789 – La Naissance d’un monde et 1789 – La Mort d’un monde. Ces deux tomes n’ont pas été pensé de façon chronologique mais complémentaire, une façon très intéressante d’accéder à la présentation d’un évènement historique de façon globale. Car c’est là un des reproches souvent formulés : la prise de parti trop évidente dans la narration d’un évènement où s’opposèrent différents acteurs, défendant chacun leurs intérêts propres.

1789 – Royalistes et révolutionnaires main dans la main
© Glénat

Cette approche est d’autant plus honorable du fait de la place tenue par la Révolution française de 1789 au sein du Roman national français. Rappelée à nos oreilles par les médias aux moindres échauffourées politiques, mouvements sociaux d’ampleur toute relative, ou accès de violence populaire, la célèbre Révolution française, véritable fierté nationale est aussi instrumentalisée que méconnue. Il est fréquent de la voir réduite à la prise de la Bastille du 14 juillet, jour de la fête nationale, et à l’accession au droit de vote universel… Une vision bien réductrice, car, si dans la sphère publique, elle semble faire consensus, d’importants débats historiques ont encore cours à son sujet et de nombreux aspects restent à étudier.

La dernière actualité de la Révolution française a eu court il y a peu, en fin d’année 2018, alors que les médias peinaient à comprendre ce que nous connaissons dorénavant comme les « gilets jaunes », targuant le mouvement d’une volonté insurrectionnelle digne de la fin du XVIIIe siècle, alors que des cahiers de doléances s’ouvraient dans certaines mairies.

© Glénat

Vous l’aurez compris, nous ne pouvons que saluer l’audace de l’entreprise des auteurs, Noël Simsolo au scénario et Paolo Martinello au dessin. Le premier, capable de revêtir un nombre conséquent de casquettes, allant du romancier au réalisateur et comédien en passant par l’historien du cinéma ou le scénariste de bandes dessinées, est notamment l’auteur de la série Docteur Radar, avec le génial Bézian au dessin, et à l’origine de la collection 9 ½ chez Glénat, pour laquelle il a œuvré à la rédaction de la biographie dessinée de Sergio Leone. Le second, Paolo Martinello, est un dessinateur italien à qui l’on doit notamment la série 3 Souhaits, scénarisée par Mathieu Gabella.

Ces deux auteurs n’en sont pas à leur coup d’essai en termes de bande dessinée historique. Noël Simsolo a en effet officié en tant que scénariste sur les trois excellents tomes retraçant la vie de Napoléon dans la série Ils ont fait l’Histoire, coéditée par Glénat et Fayard, tandis que le dessinateur italien a planché sur l’album consacré à Catherine de Médicis dans cette même série. Les deux compères n’en sont pas non plus à leur première collaboration puisqu’ils sont à l’origine de la biographie romancée du personnage historique de Sacha Guitry dont deux tomes sont déjà parus chez le même éditeur.

Dans ces deux albums, les auteurs nous proposent donc de revivre les évènements constituant l’une des étapes fondatrices de notre république depuis le 14 juillet 1789 et la fameuse prise de la Bastille, que la mise en perspective permise par la complémentarité des deux albums permet de comprendre qu’elle s’est jouée de peu, aux premiers jours d’octobre 1789.

Les révolutionnaires s’emparent de la Bastille
© Glénat

La quantité d’évènements à relater est telle qu’à la vue du résultat, il semble impossible de nier le méticuleux travail de recherche historique mené par les auteurs. La vraisemblance et la rigueur historique étant de mises, ils ont délibérément choisi de ne pas s’encombrer d’un personnage fictif guidant le lecteur en ces temps troubles.

Cette absence de protagoniste fictif, officiant en tant que guide du lecteur, nuit quelque peu à la fluidité de l’album La Naissance d’un monde. Un lecteur non averti pourrait s’y perdre tant les personnes ayant joué un rôle décisif sont nombreuses. D’autant que la caractérisation des personnages et le style graphique ne viennent pas vraiment palier à ce problème.

Le style graphique adopté par le duo italien Martinello-Bizzarri n’en est pas moins élégant, oscillant habilement entre réalisme et caricature. Les éléments graphiques identifiés à cette période sont présents et les décors soigneux. Les représentations de foule sont également très réussies, transmettant les joies, tensions et accès de violences populaires au lecteur. Ces représentations sont exaltées par un découpage intelligent et une mise en cases originale.

Le tiers-état règle ses comptes avec la noblesse. Celle-ci peine à réagir du fait qu’elle dépende de décisions prisent en amont.
© Glénat

L’album La Mort d’un monde est quant à lui plus aisé à la lecture. De nombreux personnages s’y succèdent et beaucoup sont sont connus de tous ! l’Histoire des élites est, de façon générale, mieux enseignée que celle du tiers-état qui n’existe qu’en tant que masse.

Bien qu’ils nécessitent un certain investissement, tant financier qu’intellectuel, il en ressort un propos nuancé et éclairant. Des intrigues curiales, au complotisme du Duc d’Orléans, en passant par le double jeu de Mirabeau, le rôle d’une presse (déjà ?) manipulée, mais également les « Vive le Roi », scandés par les foules ou encore les prises de position des différents groupes armés, le lecteur se délectera d’une lecture intéressante et éducative, une invitation à la lecture d’ouvrages plus poussés sur le sujet.

Documents
Extrait de La Mort d'un monde Extrait de La Naissance d'un monde

(par Thomas FIGUERES)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

1789 - La Naissance d’un monde. Scénario : Noël Simsolo. Dessin : Paolo Martinello & Vincenzo Bizzarri. Couleurs : Vincenzo Bizzarri. Éditeur : Glénat. 64 pages. Paru le 05 juin 2019. Prix : 14,95 euros BD Fugue FNAC Amazon

1789 - La Mort d’un monde. Scénario : Noël Simsolo. Dessin : Paolo Martinello & Vincenzo Bizzarri. Couleurs : Vincenzo Bizzarri. Éditeur : Glénat. 64 pages. Paru le 05 juin 2019. Prix : 14,95 euros BD Fugue FNAC Amazon

  Un commentaire ?