Ajin T8 - Par Gamon Sakurai - Glénat

12 avril 2017 0 commentaire
  • Volume entière dédié à une action sanglante et forcenée, ce tome 8 du phénomène "Ajin", objet d'une adaptation en dessins animés à succès, met en scène l'affrontement stratégique entre Kei, notre héros, et Sato, le terrifiant et charismatique antagoniste du récit. Une nouvelle démonstration de force, de la part de ce dernier mais aussi de la part de Gamon Sakurai, le mangaka.

Car l’auteur parvient à donner vie de manière constamment renouvelée à ce concept pourtant a priori basique d’hommes immortels armés d’étranges fantômes. Et nous ne sommes pas là dans de quelconques ressources liées à des pouvoirs nouveaux, ou spécifiques, comme on le trouve le plus souvent dans ce genre de récits. Mais bien dans des inventions nouvelles imaginées simplement à partir du canevas initial : c’est là le tour de force opéré dont on retrouvre ici encore la manifestation.

Kei et ses compagnons ont donc tendu un piège qui se veut infaillible pour coincer une bonne fois pour toute Sato et ses sbires. Alors que le plan paraît parfaitement fonctionner, donnant lieu à un affrontement dantesque au sein d’un tour désormais coupée de l’extérieur, un élément crucial vient gripper la belle mécanique mise en place : la cible de nos héros n’est tout bonnement pas au rendez-vous ! Il faut donc trouver un moyen de "l’inviter" à rejoindre la fête. Mais bien évidemment, la manière que trouve Sato de rallier les lieux défie tout entendement.

Car voilà : avec des personnages totalement désaffectés, au sens strict d’êtres dépourvus d’affects, Gamon Sakurai s’offre la liberté de créer des situations dans lesquelles ses protagonistes adoptent des comportement proprement extraordinaires qui ne peuvent manquer de surprendre, non seulement les autres personnages mais aussi le lecteur.

C’est en cela que Kei et Sato mènent la barque et se démarquent, de façon inquiétante, des autres. Et dans ce "piège de cristal" revisité, tous deux utilisent les propriétés de leur statut d’ajin de manière totalement inattendue, conférant au récit une dynamique narrative formidable. De quoi confirmer la qualité de ce seinen d’action.

(par Aurélien Pigeat)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Ajin T8. Par Gamon Sakurai. Traduction Karine Rupp-Stanko. Glénat, collection Seinen. Sortie le 15 février 2016. 194 pages. 7,60 euros.

Lire la chronique du tome 1
Lire la chronique du tome 2
Lire la chronique du tome 3
Lire la chronique du tome 5
Lire la chronique du tome 6

Commander Ajin T8 chez Amazon ou à la FNAC

  Un commentaire ?