"Alerte rouge" (Éditions çà et là) : plongez dans l’underground yougoslave des années 1980 avec TBC

1er décembre 2019 0 commentaire
  • Tomaž Lavrič, alias TBC, est l'un des auteurs de bande dessinée les plus connus de l'ex-Yougoslavie. Actif depuis les années 1990 en Slovénie comme en France, il raconte dans "Alerte rouge" le dynamisme de la scène alternative de son pays peu avant la fin du régime titiste. Un récit enlevé, à retrouver chez les Éditions çà et là, qui est aussi en compétition au prochain FIBD dans la sélection "Patrimoine".

TBC n’est pas un inconnu dans le petit milieu de la bande dessinée franco-belge. Il a en effet publié chez Glénat, Vents d’Ouest, Casterman et Mosquito, notamment au sein de la série Le Décalogue. Mais qui sait qu’il se nomme Tomaž Lavrič, est slovène et a fait ses premières armes avec le mouvement punk de Ljubljana ? Dorénavant, nul ne pourra l’ignorer : les Éditions çà et là rendent accessible en français sa première bande dessinée, d’inspiration autobiographique : Alerte rouge.

"Alerte rouge" (Éditions çà et là) : plongez dans l'underground yougoslave des années 1980 avec TBC
Alerte rouge © Tomaz Lavrič / Éditions çà & là 2019

Né en 1964 dans la capitale de ce qui n’était pas encore la Slovénie indépendante, Tomaž Lavrič a grandi dans la Yougoslavie de Tito. Certes éloigné du dogme stalinien et affranchi des modèles politiques et économiques soviétiques, le régime n’en contrôle pas moins sa population, notamment dans le domaine culturel. Dans ce contexte, les idées, produits et courants venus d’Occident exercent un réel pouvoir d’attraction sur la jeunesse. Ainsi de la musique punk-rock, qui fascine et motive le jeune Tomaž et ses amis.

Si la musique est le premier amour de Tomaž Lavrič, le dessin devient vite son activité principale. Il étudie à l’Académie des arts graphiques de Ljubljana et publie caricatures et bandes dessinées dans la revue contestataire Mladina [1] dès 1987. Il est également édité depuis la fin des années 1990 aussi bien dans son pays d’origine, la Slovénie, qu’en France, en Italie ou en Espagne.

Alerte rouge © Tomaz Lavrič / Éditions çà & là 2019

Alerte rouge, dont la première version auto-éditée date de 1996, demeure l’une des ses œuvres les plus marquantes, car parmi les plus personnelles. L’ouvrage est en fait composé de quatre récits, complémentaires, intitulés Alerte rouge, White Riot [2], Jours noirs et P.S., ce dernier ayant été ajouté en 2010. Tous mettent en scène Youri, ancien batteur punk devenu graphiste, père de famille et citoyen rangé. Leur réédition et traduction permettent de les rendre enfin plus accessibles et d’en comprendre l’écho - le groupe punk slovène Racija [3] ayant par exemple mis en musique dès 1996 les paroles présentes dans l’ouvrage.

Youri, surnommé La Taupe, nous sert de guide dans la Ljubljana du début des années 1980. Grâce aux allers-retours entre cette période effervescente et les années 2000, nous découvrons quelques étapes marquantes d’une vie, mais aussi une ambiance, des émotions et des sentiments. L’ardeur des premiers concerts de jeunes gens décidés à en découdre avec la vie, les affres de l’alcool et de la drogue, la crainte de devoir effectuer le service militaire sont quelques-uns des points forts d’Alerte rouge.

Alerte rouge © Tomaz Lavrič / Éditions çà & là 2019

La bande dessinée de Tomaž Lavrič a certes valeur de témoignage dans le sens où, inspirée de son propre parcours, elle redonne vie à une période à la fois proche dans le temps et mal connue car estompée par les années de guerre qui l’ont suivie. Mais les protagonistes sont tous imaginaires, hormis certains personnages secondaires, même s’ils agissent dans un contexte réaliste et en des lieux authentiques. La fiction est également donc très présente, incluant pas mal d’autodérision et d’humour.

Alerte rouge © Tomaz Lavrič / Éditions çà & là 2019

Le travail sur le rythme comme le mélange entre un certain réalisme des décors et un aspect un peu caricatural des personnages montrent que le dessinateur a très tôt maîtrisé les principes de son art, digéré ses influences et assumé ses choix. Malgré des pages parfois un peu bavardes, le dynamisme l’emporte. Il sait en outre jouer des contrastes et des ombres, réalisées en aplats de noir, pour soutenir son trait fin. Il y a un peu de Milton Caniff dans les cases de Tomaž Lavrič.

Le principal attrait d’Alerte rouge est de donner à comprendre et même à ressentir l’enthousiasme d’une jeunesse pourtant soumise à un régime autoritaire. La découverte de la musique mais aussi des plaisirs de la fête rejoint l’élan vers un renouveau, forcément influencé par l’Occident étant donné le contexte. Punk et politique font alors un bout de chemin ensemble. La subversion se retrouve dans les paroles des chansons des groupes qui écument les petites salles de Ljubljana comme dans les détails des tenues vestimentaires des jeunes.

Alerte rouge © Tomaz Lavrič / Éditions çà & là 2019

Mettant en échec la censure, la musique devient un vecteur de révolte. C’est tout un système qui est contesté par les plus engagés. Tous, du moins, sont ciblés par le régime comme de potentiels dangers voire des ennemis intérieurs. Le punk a-t-il contribué à la chute du communisme ? C’est possible, ne serait-ce que de façon marginale, mais Tomaž Lavrič ne se fait pas d’illusion, comme il l’explique dans un avant-propos écrit spécialement pour les Éditions çà et là.

Alerte rouge fait partie des sept livres sélectionnés pour concourir dans la catégorie « Patrimoine » du prochain Festival international de la bande dessinée d’Angoulême. Relativement récente, sa première version a effectivement vocation à devenir l’un des jalons de la bande dessinée européenne et témoigne de l’essor de celle-ci dans les pays de l’ex-Yougoslavie, au même titre que les revues Stripburger, de Slovénie, ou Komikaze, de Croatie.

(par Frédéric HOJLO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Alerte rouge - Par Tomaž Lavrič (TBC) - Éditions çà et là - édition originale : Rdeči Alarm, Stripburger / Forum Ljubljana, 1996 & 2010 - traduit du slovène par Zdenka Štimac - 20 x 27 cm - 96 pages en noir & blanc - couverture cartonnée - parution le 11 septembre 2019.

Les paroles du morceau "Alerte rouge" sont de Tomaž Lavrič, musique de Racija, CD Rdeči Alarm, Kif Kif Records, 1996.

Consulter une biographie de l’auteur sur le site Lambiek Comiclopedia (en anglais) & lire quelques pages de l’ouvrage.

Lire un entretien avec l’auteur sur le site Cases d’histoires (par Thierry Lemaire, septembre 2019).

Lire également sur ActuaBD :
- Arrivés - Evropa T1 - TBC - Glénat
- Lomm - T3 : La Tribu des hommes purs - Par TBC - Vents d’Ouest
- Appoline - Par TBC & Morvan - Casterman
- Yeshua – Par TBC – Editions Mosquito

[1"Jeunesse".

[2Référence au morceau de The Clash de 1977, l’un des éléments déclencheurs de la passion punk de l’auteur et de ses amis.

[3"Razzia".

  Un commentaire ?