Angoulême 2020 : Découvrez la sélection officielle

21 novembre 2019 39 commentaires
  • Ce matin, la conférence de presse du 47e Festival Internationale de la Bande Dessinée d'Angoulême avait lieu au très tendance Ground Control dans le 12e arrondissement parisien. Comme chaque année, cet évènement est l'occasion d'en révéler plus au public sur l'édition à venir, mais surtout de dévoiler la liste des titres éligibles aux célèbres "Fauves" d'Angoulême.

Ce sont 82 titres qui concourent pour onze prix : prix du meilleur album, le prix spécial du jury, le prix de la série, le prix révélation, le prix de la BD alternative, le prix de l’audace, le prix du public, le prix jeunesse, le prix jeunes adultes, le prix du patrimoine et le prix polar SNCF. On notera donc la création d’une nouvelle catégorie, consacrée aux jeunes adultes, et le retour des prix du public et de l’audace.

Voici sans plus attendre tous les albums en lice pour remporter les précieux "fauves" d’Angoulême, où l’on retrouve des albums déjà sélectionnés dans d’autres prix, et quelques petites surprises.

 Angoulême 2020 : Découvrez la sélection officielle
Franck Bondoux, directeur Général de 9eArt+ et du FIBD

LES 43 TITRES DE LA SÉLECTION OFFICIELLE :

- Acte de Dieu par Giacomo Nanni (Ici Même)
- Algues vertes par Inès Léraud et Pierre van Hove (Delcourt)
- L’Amour dominical par Dominique Goblet et Dominique Théate (FRMK)
- Le Bateau de Thésée 4 par Toshiya Higashimoto (Vega)
- Berlin, livre troisième : ville de lumière par Jason Lutes (Delcourt)
- Blueberry T. 1 : Amertume apache par Christophe Blain et Joann Sfar (Dargaud)
- Le Château des animaux T. 1 : Miss Bengalore de Xavier Dorison et Félix Delep (Casterman)
- Les Contes de la Pieuvre T. 2 : Un destin trouveur par Gess (Delcourt)
- Clyde Fans par Seth (Delcourt)
- Dans l’abîme du temps par Gou Tanabe et H.P. Lovecraft (Ki-Oon)
- Dédales par Charles Burns (Cornélius)
- Demain, demain Gennevilliers, cité de transit. 1973 par Laurent Maffre (Actes Sud)
- Le Dernier Atlas T. 1, de Gwen de Bonneval, Fabien Vehlmann, Fred Blanchard et Hervé Tanquerelle (Dupuis)
- Descender T. 6 : La fin d’un monde par Jeff Lemire et Dustin Nguyen (Urban Comics)
- Dora T. 4 par Minaverry (L’Agrume)
- Dracula de Georges Bess (Glénat)
- Ecolila de François Olislaeger (Actes Sud BD)
- Les Entrailles de New York par Julia Wertz (L’Agrume)
- L’Été dernier par Paolo Cattaneo (Misma)
- Guerre par Marion Jdanoff (Super Loto Éditions)
- Il était 2 fois Arthur par Grégoire Carlé et Nine Antico (Dupuis)
- Les Indes fourbes d’Alain Ayroles et Juanjo Guarnido (Delcourt)
- In Waves de Aj Dungo (Casterman)
- Je suis au pays avec ma mère par Isabelle Pralong et Irene de Santa Ana (Atrabile)
- Le Loup de Jean-Marc Rochette (Casterman)
- Lucarne par Joe Kessler (L’Association)
- Luminary T. 1 par Luc Brunschwig et Stéphane Perger (Glénat)
- Un Matin avec Mlle Latarte par Caroline Sury (Le Monte-en-l’air)
- Michel, fils des âges farouches par Pierre Maurel (L’employé du Moi)
- Des Milliards de miroirs par Robin Cousin (FLBLB)
- Les Nouvelles Aventures de Lapinot - Tome 2 : Les Herbes folles par Lewis Trondheim (L’Association)
- L’Oisiveraie de David Prudhomme (L’Association)
- Papa Maman Fiston de Lucas Méthé (Actes Sud)
- Préférence système d’Ugo Bienvenu (Denoël Graphic)
- Révolution T. 1 de Florent Grouazel et Younn Locard (Actes Sud / L’an 2)
- Roi des bourdons de David de Thuin (Glénat)
- Saison des roses de Chloé Wary (FLBLB)
- The Mighty Thor T.3 : La Mort de la puissante Thor par Jason Aaron et Russel Dauterman (Panini Comics)
- La Tournée par Andy Watson (Éditions çà et là)
- La Traversée par Clément Paurd (2024)
- Tulipe et les sorciers par Sophie Guerrive (2024)
- X-Men Grand Design T. 2, par Ed Piskor (Panini Comics)

Les trois affiches du FIBD 2020, par Rumiko Takahashi, Catherine Meurisse et Charles Burns

LES 6 TITRES DE LA SÉLECTION POLAR SNCF :

- Cassandra Darke par Posy Simmonds (Denoël Graphic)
- Dans la tête de Sherlock Holmes T. 1 : L’Affaire du ticket scandaleux de Cyril Liéron et Benoît Dahan (Ankama)
- Le Détection Club de Jean Harambat (Dargaud)
- Grass King par Matt Kindt et Tyler Jenkins (Futuropolis)
- No Direction par Emmanuel Moynot (Sarbacanne)
- Tumulte par John Harris Dunning et Michael Kennedy (Presque Lune)

LES 7 TITRES DE LA SÉLECTION PATRIMOINE :

- Alerte Rouge par Tomaz Lavric (Çà et là)
- Deux manches et la belle par Milo Gross (La Table Ronde)
- Les Fleurs rouges par Yoshiharu Tsuge (Cornélius)
- La Main verte et autres histoires par Nicole Claveloux et Édith Zha (Cornélius)
- Monde Mutant par Richard Corben et Jan Strnad (Delirium)
- Stray Bullets par David Lapham (Delcourt)
- Walt & Skeezix par Frank King (2024)

Stéphane Beaujean, directeur artistique du festival

LES 8 TITRES DE LA SÉLECTION JEUNESSE :

- Le Club des chats casse la baraque par Yoon-Sun Park (Misma)
Lettres d’amour de 0 à 10 par Thomas Baas et Susie Morgenstern (Rue de Sèvres)
- La Ligue des super féministes par Mirion Malle (La ville brûle)
- My Hero Academia T. 20 par Kohei Horikoshi (Ki-Oon)
- Pipistrelli par Charlotte Pollet (Biscoto)
- Radiant T. 12 par Tony Valente (Ankama)
- Raowl, Livre premier : la belle et l’affreux par Tebo (Dupuis)
- Les Vermeilles par Camille Jourdy (Actes Sud BD)

LES 8 TITRES DE LA SÉLECTION JEUNES ADULTES :

- Beastars T. 6 par Paru Itagaki (Ki-Oon)
- Dans un rayon de soleil par Tillie Walden (Gallimard Jeunesse)
- Le Fils de l’Ursari| par Cyrille Pomès (Rue de Sèvres)
- Haïkus de Sibérie par Jurga Vilé et Lina Itagaki (Sarbacane)
- Mécanique céleste de Merwan (Dargaud)
- Les Sales Gosses par Peggy Adam (Atrabile)
- Spirou, L’Espoir malgré tout T. 2 : un peu plus loin vers l’horreur, d’Émile Bravo (Dupuis)
- Le Tigre des neiges T. 4 par Akiko Higashimura (Le Lézard Noir)

Comme on peut le constater, une belle part reste faite à l’édition indépendante. Cette marque de fabrique du FIBD se nuance ces temps-ci avec un retour du Prix du Public (dont le jury sera composé d’auditeurs de France TV) et d’un Prix des séries, ce qui amène un surplus (modéré cependant) de titres plus "commerciaux", une réforme du Prix Jeunesse (qui dispose d’un "vrai" jury présidé par Dorothée de Monfreid) qui s’adjoint une catégorie "Young Adult" . La sélection est donc moins élitiste qu’avant. Quoique de grands éditeurs restent absents (comme le Lombard, par exemple) ou peu représentés (Dargaud, Glénat, Casterman) et l’on découvre comme chaque année des éditeurs que l’on ne connaissait pas. C’est ça, Angoulême...

Les Fauves Jeunesse seront remis le jeudi 30 janvier à 18h au Théâtre d’Angoulême durant la cérémonie des Prix Découvertes. La cérémonie des Prix se tiendra le samedi 1er février à 19h au Théâtre d’Angoulême.

La dessinatrice Marion Montaigne, présidente du jury, et le directeur artistique du FIBD Stéphane Beaujean présentent la sélection officielle.

Voir en ligne : Le site de l’évènement

(par Vincent SAVI)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

FESTIVAL INTERNATIONAL DE LA BD D’ANGOULÊME 2020
Du 30 janvier au 2 février 2020.

Crédits photos : Didier Pasamonik (L’AgenceBD)

 
Participez à la discussion
39 Messages :
  • Il y a des albums même pas sortis dans la Sélection, c’est trop bizarre.

    Répondre à ce message

  • Angoulême 2020 : Découvrez la sélection officielle
    22 novembre 08:53, par kyle William

    Le Blueberry de Sfar et Blain dans la sélection ? Mais il n’est pas sorti...

    Répondre à ce message

    • Répondu le 22 novembre à  10:36 :

      C’est le jury qui sélectionne, pas les lecteurs et le jury l’a déjà reçu. Les livres sont imprimés un ou deux mois avant leur sortie.

      Répondre à ce message

      • Répondu par kyle William le 22 novembre à  14:15 :

        C’est donc bien la sélection du jury d’Angoulême et rien de plus. Ce n’est pas le reflet d’une année de bandes dessinées.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 22 novembre à  14:57 :

          Une sélection du FIBD est toujours le reflet d’un jury, jamais celui d’une année de production. Vous voyez bien qu’une œuvre doit correspondre à certains critères pour être sélectionnée. Certains auteurs et œuvres qui ont pourtant des tas de qualités ne seront jamais sélectionnées par le FIBD.

          Répondre à ce message

          • Répondu par Henri Khanan le 22 novembre à  15:12 :

            Sfar et Blain sont des habitués des sélections, comme l’éditeur Cornelius et l’Asso !

            Répondre à ce message

            • Répondu par Fred le 22 novembre à  18:10 :

              On retrouve souvent les mêmes noms dans les sélections, néanmoins un nouveau venu cette année, l’excellent David de Thuin qui nous enchante de son talent depuis bien 20 ans (la colère dans l’eau, quelle claque !)

              Répondre à ce message

              • Répondu le 23 novembre à  09:27 :

                On retrouve quasiment tous les ans Lewis Trondheim qui a aussi créé la mascotte du FIBD et le nom Fauve des prix.

                Répondre à ce message

                • Répondu le 23 novembre à  19:07 :

                  Alors même que ce qu’il publie est de plus en plus médiocre.

                  Répondre à ce message

                  • Répondu par Henri Khanan le 24 novembre à  09:16 :

                    Son Lapinot écolo Walking dead est plutôt sympa. Un joli objet en tout cas !

                    Répondre à ce message

                    • Répondu le 25 novembre à  07:43 :

                      Joli objet, dommage qu’il soit imprimé de dessins moches.

                      Répondre à ce message

          • Répondu par kyle William le 22 novembre à  15:19 :

            Le FIBD place certes Angoulême sur la carte parmi les autres villes accueillant de grands festivals mais a donc laissé de côté une partie de sa vocation.

            Répondre à ce message

            • Répondu le 26 novembre à  07:34 :

              Le FIBD place Angoulême sur la carte de la France. Sinon, cette ville existe serait morte.

              Répondre à ce message

              • Répondu par kyle william le 26 novembre à  17:52 :

                Il n’y a pas que le FIBD à Angoulême. Il y a même un autre gros festival

                Répondre à ce message

                • Répondu le 26 novembre à  18:21 :

                  Le festival du chausson pour vieux ?

                  Répondre à ce message

                  • Répondu par kyle william le 26 novembre à  19:52 :

                    Hélas ! La dernière usine de charentaises charentaise va fermer…

                    Répondre à ce message

                    • Répondu le 27 novembre à  08:46 :

                      Une région en plein essor et on y a placé la capitale mondiale de la BD !

                      Répondre à ce message

      • Répondu par Xav le 24 novembre à  07:39 :

        Comment se fait-il que nous ayons un membre du comité des Editions Monte-en-l’air qui n’a publié qu’un livre cette année et que cet unique livre se retrouve dans la sélection officielle. N’y aurait-il pas un conflit d’intérêts ?

        Répondre à ce message

        • Répondu par Henri Khanan le 24 novembre à  09:27 :

          Ah oui, je vais devoir faire l’effort de rechercher la liste des membres du jury. Sinon, du nouveau sur la rémunération des auteurs en dédicaces qui participent en weekend à cet harassant marathon ? Et y a ’t il un réglement officiel pour dissuader les chasseurs professionnels ?

          Répondre à ce message

          • Répondu par Henri Khanan le 24 novembre à  10:01 :

            Au niveau des scénaristes francobelges, je remarque l’absence de noms aussi connus que Dufaux, Sente, Cauvin, Zidrou, Nury Yann...

            Répondre à ce message

        • Répondu le 24 novembre à  22:55 :

          Meuh non, qu’allez vous donc imaginer ? il y a même un livre Patrimoine dont la préface a été écrite par le "Directeur artistique" de ce même festival !

          Répondre à ce message

          • Répondu le 25 novembre à  07:42 :

            Le Frank King qui est plutôt réussi.

            ça ne devrait pas s’appeler FIBD mais FESBD : Festival de l’Entre-Soi de la Bande Dessinée.

            Répondre à ce message

            • Répondu par Max le 25 novembre à  08:57 :

              Voire même FESCFBD : Festival de l’Entre-Soi d’une Certaine Forme de BD.

              Répondre à ce message

  • Pas d’Alfred, pas de Davodeau, pas de Jérémie Moreau, ils doivent sacrément l’avoir amère. Et j’avoue que ça me fait un peu sourire.

    Répondre à ce message

  • Ils sont tellement objectifs qu’en signant chez certains éditeurs, on est sûrs de ne JAMAIS être sélectionnés à Angoulême, quelle que soit la qualité de l’oeuvre qu’on produit.

    Répondre à ce message

    • Répondu par kyle william le 25 novembre à  19:50 :

      A quels éditeurs pensez-vous en disant cela ?

      Répondre à ce message

      • Répondu le 26 novembre à  07:36 :

        Le Lombard ? Soleil ? Bamboo ?

        Répondre à ce message

        • Répondu par kyle william le 26 novembre à  08:27 :

          Le Lombard a déjà du avoir des titres en sélection. Les deux autres cités sont dans un créneau bien particulier effectivement très éloignés des canons du Fibd. Mais il y a d’autres manifestations toute l’année.

          Répondre à ce message

          • Répondu le 26 novembre à  09:11 :

            Je pensais effectivement à Soleil et surtout Bamboo. Il y a de très beaux albums dans leur collection Grand Angle qui auraient largement leur place dans cette sélection. Mais Bamboo n’a pas de stand à Angoulême, car ils n’ont pas d’albums sélectionnés, et ils ne sont pas sélectionnés car ils ne prennent pas de stand. Il n’y a pas de canons du FIBD derrière tout ça, c’est juste une affaire de sous-sous.

            Répondre à ce message

            • Répondu le 26 novembre à  11:32 :

              Un canon à sous ou pompe à fric ?

              Répondre à ce message

            • Répondu par kyle william le 26 novembre à  17:54 :

              C’est un lien de cause à effet supposé qui mériterait d’être prouvé. Plus simplement, si la collection Grand Angle a embelli l’image commerciale de Bamboo, elle est encore très loin des préoccupations de la direction artistique du festival. On ne peut pas plaire à tout le monde.

              Répondre à ce message

              • Répondu le 26 novembre à  18:18 :

                Si le but des auteurs et des éditeurs est de plaire aux goûts d’un jury de festival, c’est triste.

                Répondre à ce message

              • Répondu le 28 novembre à  10:05 :

                Le loup, Xmen, Les Indes Fourbes, Dracula, le Châteaux des Animaux, Blueberry et Luminary sont évidemment là pour répondre "aux préoccupations artistiques" du festival et pas en faire-valoir. Faîtes-moi rire....

                Répondre à ce message

                • Répondu par kyle william le 28 novembre à  12:57 :

                  La question si je vous suis bien, c’est pourquoi X Men a sa place et pas Grand Angle ? ça devient un peu inextricable. Quelque soit le festival, une sélection est subjective.

                  Répondre à ce message

          • Répondu le 26 novembre à  11:33 :

            Je posais la question. je ne prétends pas avoir votre expertise.

            Répondre à ce message

    • Répondu par gitton le 25 novembre à  20:25 :

      Les prix BD Angoulème deviennent comme Cannes pour le cinéma, bidon et prévu par avance pour faire plaisir aux pro média et aux politiques, à quand des prix BD comme Venise ou Toronto pour la BD, surement jamais ...

      Répondre à ce message

      • Répondu par kyle william le 25 novembre à  22:53 :

        Caricatural et complotiste. Ce n’est même pas ça.

        Répondre à ce message