Biggles - T 12 : Feu sur la Provence (1er tome) - Oleffe & Loutte (Le Lombard)

31 août 2003 0 commentaire
  • La série {Biggles} bénéficie d'une nouvelle maquette et d'une nouvelle numérotation. Quoi de plus logique lorsqu'une série est rachetée par une nouvelle maison d'édition, en l'occurence Le Lombard. Créée par {{Francis Bergèse}}, sous l'impulsion de {{Claude Lefrancq}} (alors propriétaire de la maison d'édition du même nom), la série {Biggles} fut reprise par {{Eric Loutte}} et {{Michel Oleffe}}. Nous la retrouvons ici à l'occasion de la publication du dernier album de la série chez son nouvel éditeur.

1966, près de Marseille. C’est l’effervescence à l’aéroport de Marignane où sont basés les bombardiers d’eau chargés de lutter contre les feux de pinèdes et de garrigues : un des pilotes vient de périr dans un étrange accident de voiture alors qu’il enquêtait officieusement sur une série d’incendies criminels. Déterminée à faire toute la lumière sur cette affaire, l’épouse de l’aviateur défunt fait appel à un ancien camarade d’escadrille de celui-ci, un certain Biggles. Au nom de l’amitié qui le liait au disparu, mais également à l’incitation des services secrets britanniques qui savent visiblement "quelque chose", le célèbre pilote de la Royal Air Force accepte d’enquêter sous le couvert d’une mission d’entraînement dans le Sud de la France.

Le dossier se complique cependant, révélant qu’à l’origine de l’accident, il y a une histoire dramatique bien plus ancienne qui semble remonter aux dernières années de la seconde guerre mondiale. Qui sont les incendiaires ? Pourquoi devaient-ils éliminer ce pilote trop curieux ? Quels que soient les coupables, ils sont les acteurs d’une machination ourdie par un mystérieux personnage qui tire les ficelles en coulisses..

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Michel Oleffe s’est parfaitement adapté à l’univers de cette série d’aventure qui nous fait découvrir le monde de l’aviation. Il humanise cet univers figé dans les sixties en approfondissant la psychologie de certains de ses personnages. On peut regretter l’absence d’humour qui faisait le charme de la série lorsqu’elle était réalisée par Francis Bergèse. Oleffe nous offre un récit riche en événements et en suspense, même si le thème « des méchants nazis, complotant durant l’après guerre », n’est finalement pas très novateur et relève de l’exercice de style. Ancien assistant de Chistian Denayer, Eric Loutte est passé orfèvre dans le dessin des avions de légende . Son trait précis, son souci de la documentation et son sens de la perspective impriment leur marque à l’histoire. Les amateurs d’aviation et de beaux dessins ne devraient pas être déçus.

Lire un extrait

  Un commentaire ?