« Astérix en Hispanie » : Uderzo s’explique dans VSD

  • Dans le décidément très branché BD VSD (l'hebdomadaire parisien a publié cet été les aventures d' {Atalante} de Crisse, tandis que ses lecteurs retrouveront la semaine prochaine quelques planches du Gaulois issues de {La Rentrée gauloise} puis, chaque semaine {Le Chat} de Geluck), on trouve cette semaine (N°1357) une interview d'Albert Uderzo qui, sous le prétexte d'un sujet sans intérêt (« Astérix et les femmes »... Vincent Bernière, le même qui anime, {Bang !}, est l'auteur de ce thème hautement intéressant, disparu de la critique BD depuis les années 70) revient sur les raisons qui justifient le refus des ayant-droits de produire un nouveau film {live} d'Astérix.

Ses raisons sont simples, et même légitimes : primo, il ne veut pas de concurrence entre un nouveau film live et le dessin animé, Astérix chez les Vikings, dont il a accepté la mise en chantier par M6. En clair, il ne veut pas tuer la poule aux œufs d’or : « Je ne veux pas tuer le héros parce que ça marche et qu’il faut en profiter. Je veux pérenniser le plus possible le personnage » ; deuxio, bien qu’il ait aimé Astérix, Mission Cléopâtre, Chabat aurait été maladroit avec lui : « « Il n’a jamais pris son téléphone pour m’appeler. C’était un peu grossier. Mais son film, lui, ne m’a pas déçu ». Quant au scénario de Jugnot, il n’était pas d’accord avec son script. Donc, sur ces sujets, au grand regret d’Obélix,« Il n’y a pas eu de bagarre » nous dit le dessinateur.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.