Boule et Bill - T30 : la Bande à Bill - par Verron - Dargaud

30 mai 2005 0 commentaire
  • Laurent Verron publie son deuxième album de Boule et Bill en solo. Il reste très fidèle à l'esprit de Roba dont il a été l'assistant. Ce tome 30 esquisse une (légère) volonté d'évolution pour une série qui se veut intemporelle.

Le ton est donné dès la première planche : Boule réussit à convaincre sa mère de lui acheter de superbes baskets rouge et blanc, censées apporter une petite touche de couleur et de modernité. Autre nouvel élément de décor, l’ordinateur fait son apparition. La volonté est claire, il s’agit de moderniser la série sans pour autant virer vers l’univers de Titeuf ou du Petit Spirou. A la différence des précédents, ce nouvel album n’est pas constitué de gags sans aucun lien entre eux.
L’installation d’un cirque près de la maison des parents de Boule permet à Laurent Verron de faire défiler quantité d’animaux exotiques.
Dans la Bande à Bill, les animaux sont à la fête. On en croise à toutes les pages. Epaulé au scénario par plusieurs amis (Chric, Corbeyran, Ferri et Veys), l’auteur n’a pas l’intention de chambouler l’univers mis en place par Roba, le créateur de la série.

A une époque où nos enfants grandissent parfois trop vite, Boule et Bill exaltent le charme éternel de l’enfance. Si le petit garçon roux et son chien ont su garder leur place dans le cœur des lecteurs, de la cour de récré aux bibliothèques familiales, c’est grâce à leur portée universelle.
Bouffée d’oxygène qui se veut résolument loin des préoccupations contemporaines, au risque d’être complètement déconnecté de la réalité. C’est un parti pris que Roba ne reniera sûrement pas. Mais cette vision idéale de la vie et de la famille décrite au fil des albums depuis plus de quarante-cinq ans limite forcément le lectorat. Ce trentième album est une réussite (sauf pour la qualité d’impression) ! Mais les baskets et l’ordinateur ne suffiront pas à eux seuls à "actualiser" la série. Est-ce un problème ? Pour les jeunes lecteurs, probablement pas. Pour les adultes, sans doute. Mais ce n’est pas grave, Boule et Bill, c’est d’abord pour les enfants !

(par Laurent Boileau)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?