Bo Doï n°86 - juin 2005

31 mai 2005 0 commentaire
  • Arleston fait la une de Bodoi et le quatrième de couverture ! Il parle en toute franchise de ses doutes et de ses projets, mais aussi de ses contrats et de ses pourcentages.

Christophe Arleston s’est longuement entretenu avec Jean-Pierre Fuéri. Avec 9 nouveautés en 2005 dont 7 entre janvier et juin, il représente 27% du chiffre d’affaires de Soleil.
L’auteur à succès de Lanfeust et de Trolls de Troy à demandé à son éditeur un support éditorial pour l’aider à s’y retrouver dans ses nombreuses séries.
Arleston confie également que :
« Le réalisme m’emmerde. Dès qu’il n’y a pas d’humour, je m’ennuie ».
« Je suis très graphique, j’ai besoin de voir les décors. Une fois que j’ai le lieu en tête, l’histoire vient toute seule ».
« Plus je fais de bouquins, moins je suis sûr de moi. Le succès est une cause de trac permanent ».

Albert Algoud s’entretient avec Fabien Tillon à l’occasion des 30 ans de Fluide Glacial. Cette interview complète assez bien celle qu’il a accordé à Actuabd.

Pour la sortie de Soda 12, Bruno Gazzotti confie que désormais tout va bien avec son scénariste. Le procès qu’il a intenté l’année dernière à Tome est désormais oublié. Et le duo repart pour 3 albums à paraître tous les deux ans. Gazzotti nous explique que « bien dessiner les choses, c’est avant tout bien les comprendre. C’est le cerveau qui dessine et non la main, qui n’est qu’un outil, un média comme un autre. »

Au menu également :
Bo Doï n°86 - juin 2005 Un article sur le film Sin City adapté de la BD du même nom de Frank Miller.
- Le belge Hugues Dayez, journaliste à la RTBF, est un franquinologue reconnu. Il consacre deux pages aux idées noires d’André Franquin à l’occasion de leur réédition dans un format proche des planches originales. « Franquin n’est ni Reiser, ni Cavanna : l’humour des idées noires, parfois militant, souvent ravageur, dépasse rarement le « coup de gueule » impulsif », écrit-il.

Au rayon des prépublications de Bodoï : la suite de Quintett (Giroud & Bonin) et de Olivier Rameau (Dany & Greg). Dany a pris un peu de retard ce qui explique le noir et blanc des dernières planches. Jusseaume et Kraehn nous propose également avec Escale dans le passé un nouveau cycle de leur série Tramp.

(par Laurent Boileau)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Ce magazine peut être commandé sur Internet sur le site Presse de France.

  Un commentaire ?