Cadavre Exquis – Par Pénélope Bagieu – Gallimard / Bayou

10 mai 2010 4 commentaires
  • L’histoire de la rencontre impromptue entre une jeune ingénue et un écrivain à succès se transforme en une {love story} plus complexe qu’il n’y paraît. Avec {Cadavre Exquis}, Pénélope Bagieu réussit son passage au long format.

On avait sans doute un peu trop vite rangé Pénélope Bagieu dans la catégorie material girl. Force est de constater que celle qui s’est fait connaître sous le nom de Pénélope Jolicoeur est bien plus qu’une émanation dessinée de la chick lit anglo-saxonne. Le premier long récit de la jeune Parisienne est en tout cas très convaincant.

Ne partageant plus grand chose avec son copain, prototype (à la limite du cliché) du mec tout sauf attentionné, Zoé est en galère. À 22 ans, sa vie n’est pas à proprement parler fascinante. Hôtesse dans les foires agricoles et les salons automobiles, elle voit la vie en gris. Puis arrive la rencontre avec un drôle d’animal : Thomas Rocher, un écrivain à succès. Pour la jeune femme, la littérature et l’édition, c’est un monde inconnu.

Alors, afin de comprendre l’homme dont elle est en train de tomber amoureuse, elle entre dans une librairie, se fait conseiller avec candeur. Elle ressort avec Belle du Seigneur sous le bras, et une révélation qui lui pose un sérieux fardeau sur les épaules…

Cadavre Exquis – Par Pénélope Bagieu – Gallimard / Bayou
Un extrait de "Cadavre Exquis"
© Pénélope Bagieu - Gallimard

En utilisant une belle palette de bleu et violet, Pénélope Bagieu donne une couleur particulière à son triangle amoureux, qui est également très bien dialogué. Réussir une comédie romantique légère et tendre c’est comme réussir un bon espresso, ni trop sucré, ni trop corsé. Dans cet exercice, Cadavre Exquis est un modèle.

(par Morgan Di Salvia)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander ce livre sur Amazon ou à la FNAC

VOIR EN LIGNE : Le site de Pénélope Jolicoeur

 
Participez à la discussion
4 Messages :
  • Faites la même chose en prise de vue réelle et ça paraîtra banal. Genre cinéma français avec ses stéréotypes convenus et ses fantasmes à 30 centimes d’euro. le dessin est vide et mou. Je me demande toujours ce que des masses de gens peuvent trouver de bien chez Bagieu. La réponse est certainement qu’elle est comme les gens qui la lisent, de son temps, convenue et ordinaire.

    Répondre à ce message

  • Cadavre Exquis – Par Pénélope Bagieu – Gallimard / Bayou
    11 mai 2010 13:18, par la plume occulte

    Pénélope Bagieu ,la branchouille de la capitale du moment-toutes proportions gardées hein,elle ne fait que du dessin et de la BD :il ne faut quand même pas exagérer-Pénélope donc nous sort son produit dessiné à bobos et citadines en fleurs.

    Alors, que nous sert-on dans ce produit heu pardon cette œuvre.Une parisienne,délaissée par son salaud de mec,égoïste, immature,lâche et tout et tout.Elle est déprimée aussi:vous pensez hôtesse dans les foires agricoles y’a vraiment de quoi voir la vie en gris..._Rien qu’à ça,La fille public acheteuse de base du livre est en extase.

    Cette jeune parisienne, va pour se consoler,se jeter dans les bras d’un plus vieux qu’elle,heu pardon plus mature plus expérimenté plus tout ça...-hé,il faut bien en donner aussi au public bobo- qui va l’initier et combler les fossés de sa CUL-TUUU-REEEEUUU(heu excusez moi j’adore ce mot).

    Alors résumons nous.Une jeune citadine,frustrée et en légère déprime ;dans le milieu littéraire et du livre,le tout raconté dans un format , une forme et unE auteurE à la mode.L’ensemble édité par la prestigieuse et infaillible maison Gallimard,dans la collection Bayou du non moins prestigieux et infaillible Sfar..Là on est plus dans le produit commercial ou le markéting outré:on est carrément dan le clientélisme.Et dire que pour racoler certains multiplient les strings tendus et les tétons qui pointent dans leurs livres heu pardon dans leurs albums...Alors, m’sieurs dâmes:chick lit comme dude lit ? Gallimard et Soleil même combat ?

    P.S(message en complément de mon oncle Sarkoziste "Le Crissant Clavier"):Gallimard et soleil même combat !!!J’espère bien que non...Dans le doute,-pour sauver nos âmes instruites et cultivées-,heureusement il reste Futuropolis..

    Répondre à ce message

    • Répondu le 11 mai 2010 à  21:36 :

      Attention Pincemi, tu as des concurrents sérieux dans la formule toute faite à 2 balles. Et tiens, je me lance du coup inspiré par la prose délicate de ce gentleman : dorénavant je l’appelerai "la poutre", car quand ce n’est pas occulte c’est dans l’oeil qu’il l’a.

      Répondre à ce message

      • Répondu par la plume occulte le 12 mai 2010 à  02:28 :

        La poutre,il vaut mieux l’avoir dans l’œil,parce qu’avec les courbettes,ayayaïe....

        bonne cicatrisation.

        Répondre à ce message