Canis, Dear Mr. Rain, T.1- Par ZAKK, Ishie Hachi - Boy’s Love IDP

11 août 2016 0 commentaire
  • Issu de la nouvelle Collection Hana des éditions Boy's Love IDP, "Canis" relate la rencontre entre deux hommes et deux mondes que tout oppose.

Satoru Kutsuna, 29 ans, chapelier de métier, se consacre corps et âme à son activité professionnelle. Perfectionniste dans l’âme, ses exigences ont découragé plus d’un salarié. Suite à un énième désengagement, et apprenant l’ouverture prochaine de la boutique d’un concurrent, Satoru se voit contraint par son associée A-ko de trouver au plus vite un nouvel employé. Ses recherches se révélant infructueuses, il est sur le point de perdre tout espoir lorsqu’il tombe sur Ryou Kashiba gisant dans une ruelle. Satoru le recueille et lui propose de travailler dans son atelier. Reconnaissant, Ryou accepte de l’aider avant de lui avouer qu’il n’a qu’un seul souhait : mourir.

En dépit d’un synopsis qui pourrait faire craindre le pire, Canis est loin de se complaire dans les poncifs du genre et s’avère être un yaoi abondant de qualités.

La première d’entre elles réside dans le style graphique de ZAKK, plutôt atypique et qui se rapproche assez du style occidental. Nous découvrons un dessin aux lignes claires, parfaitement maîtrisé, mais non figé, comme cela peut être le cas chez certains mangaka tout aussi doués en la matière. En effet, le trait reste dynamique et est doté d’une force expressive donnant véritablement vie aux personnages.

Vient ensuite une mise en page soignée, servant une narration construite en partie à base de flashbacks. Les transitions entre passé et présent se font efficacement et nous permettent de connaitre au fur et à mesure la psychologie et les motivations des protagonistes, tout en faisant avancer l’intrigue.

Une bonne histoire nécessitant de bons personnages, nous avons droit ici à deux héros particulièrement attachants et bien travaillés. L’auteure nous épargne les stéréotypes pour nous présenter de manière sensible et sans sombrer dans le pathos, des êtres humains avec leurs qualités mais aussi leurs failles, leurs souffrances et leurs doutes.

La relation entre Kyou et Satoru se développe de façon crédible, les sentiments prenant une grande place dans le récit. Leurs passés se font écho et le mystère entourant le titre de ce yaoi fini par prendre tout son sens.

Si certains problèmes se voient réglés dans ce premier tome, l’on devine que d’autres feront bientôt surface. Kyou n’est pas totalement débarrassé de son passé et celui-ci risque à tout moment de ressurgir mettant en danger le bonheur qu’il vient de trouver.

Toutefois, l’humour n’est pas en reste, qu’il soit de situation, verbal ou encore de caractère grâce notamment à Satoru. Le chapelier provoque à de nombreuses reprises le sourire par les faciès cartoonesques qu’il manifeste lors de ses moments de passion ou d’irritation.

Canis débute sur d’excellentes bases et nous promet encore de bons moments de lecture à venir.

Voir en ligne : site de Boy’s Love

(par Tahani Biernat)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC

  Un commentaire ?