Éclat(s) d’âme T1 et T2 - Par Yuhki Kamatani - Akata

  • Manga engagé et sensible sur la question de l'homosexualité au sein de la société japonaise, "Éclat(s) d'âme" témoigne d'une justesse et d'un sens du portrait qui font mouche. On y accompagne un jeune homme dans son parcours pour appréhender son orientation sexuelle.
Éclat(s) d'âme T1 et T2 - Par Yuhki Kamatani - Akata

On s’en doutait, mais le manga de Yuhki Kamatani semble le confirmer : la société japonaise peine à accorder une place visible et respectée à l’homosexualité. Avec Éclat(s) d’âme, Akata poursuit un travail de témoignage et se sensibilisation depuis un moment amorcé, notamment avec Le Mari de mon frère, récemment récompensé par un Eisner Award d’ailleurs.

Tout commencer avec Tasuku, lycéen, sur le point de se suicider. Des camarades de classe l’ont surpris en train de regarder une vidéo porno gay sur son téléphone, nouvelle qui s’est répandue dans son établissement. La situation suscite en lui une honte telle qu’il se précipite pour mettre fin à ses jours en se jetant dans le vide.

Des camarades de classe découvre le secret de Tasuku
Éclat(s) d’âmes © Yuhki Kamatani
Le salon de discussion, "safe zone" pour les personnages LGBT
Éclat(s) d’âmes © Yuhki Kamatani

Mais un événement soudain l’arrête dans son geste et le conduit dans un lieu étonnant, un salon de discussion dont les membres l’accueillent de manière bienveillante. Là, au fur et à mesure des échanges qu’il y mène, Tasuku appréhende peu à peu la nature de ses désirs et commence à accepter une orientation sexuelle dont toute son éducation a fait un sujet tabou et une source d’humiliation suprême.

Ce salon, au-delà de son hôte mystérieux, présente une galerie de personnages d’âges différents et aux problématiques, personnelles, familiales, sociales, affectives diverses. Autant d’expériences et de situations à même de permettre à notre héros de découvrir la vie de personnes LGBT.

Touchant et passionnant, Éclat(s) d’âme s’offre comme une ode à la tolérance, simple et naturelle. Et, bien que touchant d’abord le Japon, dont la capacité à refouler l’homosexualité apparaît de manière criante dans quantité de détails mis en scène, l’homophobie étant encore vivace dans notre propre société, il nous semble qu’il s’agit là d’un titre et d’un propos dont la France ne devrait pas non plus faire l’économie.

L’homophobie au lycée
Éclat(s) d’âmes © Yuhki Kamatani

(par Aurélien Pigeat)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Éclat(s) d’âme T1 et T2. Par Yuhki Kamatani. Traduction Aurélien Estager. Akata. Sorties les 26 février et 16 mai 2018. 7,95 euros (dont 5% du prix reversé à SOS Homophobie pour chaque exemplaire jusqu’au 30 septembre 2018).

Commander le tome 1 chez Amazon ou à la FNAC
Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC