Éric Appéré : "On va pas obliger les gens à acheter des livres quand ils ne peuvent finir le mois."

13 avril 2013 2 commentaires
  • Ancien éducateur spécialisé durant une quinzaine d'années, Éric Appéré réalise {"C'est la crise !"}, une BD humoristique sur cette triste situation que certains vivent plus que d'autres. Kévin et Jean-Johnny, deux enfants de rue, sorte de Quick et Flupke modernes, prennent cela avec une certaine philosophie...

"C’est la crise !" n’est pas votre premier album puisque vous en avez déjà commis quelques-uns, il y a une dizaine d’années, chez Triskel notamment.

Mon premier tout petit album a été publié en 1998 chez feue Triskel édition. Il avait pour titre "Ernest-Antoine" et traitait évidemment du patron du CNPF de l’époque. Cet album se voulait grinçant, un humour plus satirique que noir.

Puis j’ai enchaîné chez Déliou éditions par deux albums d’humour sur la parentalité à destination d’un public adulte, et quelques livres pour enfants toujours chez ce même éditeur.

Des petits tirages qui se sont vendus notamment grâce aux nombreux congrès auxquels je participe par le dessin en direct et qui, encore, reste une grosse part de mon activité.

Enfin, un livre chez Crocodile édition ; un livre intitulé "Humour noir dans couloir blanc" qui traite évidemment, comme l’indique son titre, de la mort. Un livre pour le coup très, très humour noir. Ce livre est un recueil de dessins issus justement de dessins réalisés lors des nombreux congrès sur les soins palliatifs dans lesquels je suis très souvent invité à réagir.

Durant cette période qui m’a vu passer d’éducateur spécialisé à dessinateur, j’ai surtout dessiné des outils de prévention qu’on me commandait du fait de mon métier dans le social.

Vous avez travaillé durant une quinzaine d’années comme travailleur social auprès d’un public en grande difficulté. Cela vous a finalement inspiré l’univers de Kévin et Jean-Johnny avec ce premier album : "C’est la crise !" ?

Depuis mon diplôme d’éducateur-spécialisé, je n’ai travaillé que dans l’insertion. Dans un CHRS, d’abord auprès de sans-abris, puis de femmes victimes de violences conjugales.

Dessinateur aujourd’hui, j’ai l’impression de prolonger mon ancienne activité en abordant les mêmes sujets dans mes dessins. En tentant d’y mettre beaucoup d’humour pour éviter tout misérabilisme.

Éric Appéré : "On va pas obliger les gens à acheter des livres quand ils ne peuvent finir le mois."

D’ailleurs, face à des situations pénibles au quotidien, les travailleurs sociaux rient beaucoup évidemment pour exorciser. Les pires blagues circulent dans ces centres d’accueils mais seraient complètement inadaptées hors contexte. J’ai aussi entendu les pires blagues parmi les victimes aussi, sans-abris ou même victimes de violences conjugales. J’ai sacrément adouci les textes de Jean-Johnny et de Kévin, car ce livre ne s’adresse pas qu’à des professionnels de l’action sociale, juste des lecteurs attentifs à la misère sociale.

L’humour permet donc de tenir face à cette misère sociale dont vous deviez vous occuper... Vous avez également un regard tendre envers vos personnages ; vous leur dédiez d’ailleurs le livre.

C’est ça. De l’humour mais aussi beaucoup d’attachement pour ces "gueules cassées" que je côtoie encore parfois. Je ne pouvais pas faire autre chose que de leur rendre hommage car ils nourrissent ma vie, me hantent parfois, m’énervent aussi quelquefois d’ailleurs. Je vivais parfois 50 heures durant dans ce centre avec 28 personnes toxicos, alcoolos, dépressives battues, délinquants sortant de prison... Ça criait, ça rigolait, ça tapait aussi, ça vivait quoi.

Kévin et Jean-Johnny en plein discussion
© Des ronds dans l’O

Avez-vous des références en matière de bandes dessinée humoristique ou plus largement d’humour ? "Kévin et Jean-Johnny" est un peu une antithèse au monde merveilleux de "Boule et Bill"...

Peut-être que je vais surprendre mais ce que je lis, relis et relis encore c’est "Calvin et Hobbes". On y trouve de la tendresse, de la cruauté, des joies, des peines, des rires... Cette série est un chef-d’oeuvre et Bill Watterson est un génie.

J’ai aussi beaucoup lu Brétecher et Pétillon.
En ce moment j’aime lire Xavier Gorce dans le journal Le Monde. J’oublie aussi quand même Quino et Sempé dans un genre différent.

J’aime les dessinateurs vifs qui ont des trucs à dire. Comme Lefred Thouron par exemple. Le dessin n’est pour moi que l’expression du texte.

À quel type de lecteurs destinez vous cet album ? Les plus jeunes peuvent-ils comprendre cet humour ?

Alors là, c’est une question a laquelle je suis bien embêté de répondre. Je suis convaincu que la plupart des livres, surtout dessinés, peuvent être lus par un large public et entendus différemment.

Dernièrement, une lectrice m’a dit que son fils de 10 ans avait lu le livre et que ça avait été l’occasion de parler en famille des situations des autres enfants. Pour moi, ça c’est génial. L’idée de cette BD est celle-là. Je ne m’adresse pas à des fans absolus de BD qui vivent dans une bulle. Je souhaite m’adresser à des gens qui aiment aussi la BD et qui vivent dans notre monde.

Certains auteurs de BD se plaignent souvent, actuellement, de la "crise" qui les touche également dans ce milieu... Comment percevez-vous, vous-même, la situation ?

La BD est évidemment touchée comme l’ensemble des biens dits "culturels" en période de crise.

Mais il me semble difficile de s’en plaindre. On va pas obliger les gens à acheter des livres quand ils ne peuvent finir le mois.

Vous avez également participé au troisième tome du collectif "En chemin elle rencontre..." sur les violences faites aux femmes, aux éditions Des ronds dans l’O... Pouvez-vous nous en parler ? La violence conjugale est déjà présente dans "C’est la crise !", mais celle-ci ne touche pas que les milieux défavorisés...

"En chemin elle rencontre..." Vol.3

D’abord j’ai été flatté que Marie Moinard (Éditrice et auteure, fondatrice des éditions Des ronds dans l’O. NDLR) m’invite à participer à ce magnifique album.

Il se trouve que dans mon métier d’éducateur, j’ai participé collectivement à la création d’un lieu d’écoute de victimes de violences conjugales en Bretagne. Ce sujet m’intéresse donc au plus au point. Je participe encore à des réunions avec des femmes victimes.

Non, évidemment, il n’y a pas de frontière sociale à la violence conjugale mais il se trouve que par mon activité, je voyais essentiellement des femmes marquées socialement.

Il faut éduquer, éduquer et éduquer encore les enfants. Le postulat de départ, et on peut en parler des heures pour rien, est que le violence est interdite.

Un homme qui bat sa femme une fois doit être soigné et éloigné de la victime. De nombreuses fois, j’ai rencontré des hommes qui parlaient sincèrement et qui étaient convaincus qu’ils ne recommenceraient pas, mais ils recommencent.
On soigne l’alcoolisme, le cancer. On doit considérer les hommes violents comme des malades psychiques. Mais, avant, on doit protéger les victimes, leur entourage, les aider à prendre leur autonomie, les accompagner. Et parfois soigner aussi psychologiquement ces victimes pour qu’elles se reconstruisent et ne retombent pas dans les griffes de ce genre d’hommes. Car en moyenne, il faut sept départs du domicile conjugal à une victime avant que ce départ soit définitif. J’enrage quand ces femmes retournent chez leurs mecs.

En france, malgré la loi, l’homme violent est celui qui garde le domicile et la femme battue se retrouve en foyer avec ses enfants. Il y a donc beaucoup à faire encore.

Quels sont vos prochains projets éditoriaux ?

J’aimerais un tome 2 de "C’est la Crise". Un 3 aussi d’ailleurs ! Pour développer les personnages. J ’écris en ce moment aussi une BD d’humour sur l’homoparentalité. Je ne l’’ai pas encore soumise à Marie Moinard. En parallèle, je travaille aussi un reportage sur les sans-abris que je continue de fréquenter.

Bref, c’est grave docteur !, que des sujets assez lourds que je vais tenter de rendre légers. Un peu plus en tout cas.

- Lire la chronique de l’album

(par François Boudet)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander ce livre chez Amazon
Commander ce livre à la FNAC

Photo en médaillon © Le Télégramme

 
Participez à la discussion
2 Messages :
  • Pauvres et misérables
    13 avril 2013 15:49, par Zombi

    Il y a une différence nécessaire à faire entre la pauvreté et la misère. Les pauvres vivent assez bien la crise, étant donné qu’ils n’ont pas grand-chose à perdre. Tandis que les misérables, eux, sont attachés aux services sociaux, qui pâtissent de la crise.
    On remarque d’ailleurs que l’accroissement de l’écart de revenus entre les plus riches et les plus pauvres implique la diminution du nombre de pauvres, c’est-à-dire des personnes les moins liées au système.
    Je fais ces remarques parce qu’il est très difficile de faire la critique de l’assistanat social (notamment en France) ; on ne peut pas s’interroger sur sa nature, et notamment se demander en quoi il n’est pas lié au maintien de l’ordre social avant tout. Alors même que l’on est confronté à deux phénomènes majeurs troublants : le premier, c’est que la nécessité de réduire le déficit public conduit à remettre en cause les services sociaux plus ou moins ; on se rend compte que l’assistance sociale n’est pas un geste libéral gratuit, mais que l’assistance sociale est indexée aux cours de la Bourse. Le deuxième phénomène, puisque l’éthique publique ET privée consiste essentiellement dans l’incitation au travail, c’est que l’augmentation du chômage, qui est la première cause de misère sociale, a pour effet de priver plus ou moins l’éthique d’efficacité et de signification. Pratiquement, on pourrait presque dire que l’humour de la BD d’Appéré vient de là : de la conscience que le lien social, au-delà de l’argent, quand ce moyen n’est plus là, est plus proche du trou noir qu’autre chose.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Laurent Colonnier le 14 avril 2013 à  03:50 :

      Les pauvres vivent assez bien la crise, étant donné qu’ils n’ont pas grand-chose à perdre.

      Soit vous faites de la provoc facile sous couvert d’humour soit vous êtes une ordure cynique de la pire espèce.
      Vu la pitoyable tentative de justifier la puante idéologie qui est la vôtre, la deuxième solution est la bonne. Je n’irai pas plus loin dans ce que je pense de vous, car, bien que je signe mes messages (moi), Actuabd en sucre bien 3 sur 5, et, vu les termes que j’aimerai pouvoir employer à votre égard, celui-ci passerait à la trappe aussi.

      Répondre à ce message