Frontière - T 1 : Souviens-toi - Rodolphe et Marchal - Le Lombard

16 janvier 2006 0 commentaire
  • Un chimiste dans le coma réagit aux stimuli déclenchés par ceux qui le détiennent hospitalisé. {{Rodolphe}} et {{Marchal}} signent ici le premier volet d'un thriller qui joue sur la confusion entre le rêve et la réalité.

"J’avais envie de créer un personnage totalement fragilisé qui fuit et lutte pour survivre". Scénariste de cette série prévue en quatre volets, Rodolphe s’est fixé un défi inédit. Yves, le héros dans le coma, vit dans une réalité virtuelle, modifiée par une équipe de scientifiques qui le tiennent au bout des tuyaux de leur appareillage médical... Conscient mais endormi, il navigue à la frontière du réel et de l’imaginaire.

Immobilisé dans une chambre d’hôpital, Yves croit vivre normalement alors qu’il ne fait que rêver. Et il subit des situations qui peuvent changer d’un moment à l’autre : marié, célibataire, chimiste, mort, vivant... Notre comateux, en plein rêve, croit devenir fou, alors que ses aventures virtuelles sont méticuleusement contrôlées par ses gêoliers en blouse blanche.

Mission accomplie par le tandem Rodolphe-Marchal : dès la séquence d’ouverture, une course-poursuite parfaitement rythmée, on ressent les angoisses du héros, sa confusion mentale. L’intrigue est d’autant plus accrocheuse que le personnage central de La Frontière semble lisse et équilibré.

Le dessin de Marchal est clair, mais il se teinte d’éléments plus rugueux, comme si Griffo était revisité par Tito ou Giardino. Autre point fort du graphisme : les détails et la précision, en particulier dans les décors.

On va de surprise en surprise, et lorsque le lecteur a enfin compris que le but des kidnappeurs est d’obtenir une formule chimique révolutionnaire, ce premier tome se termine, annonçant un duel aux limites du conscient totalement haletant. Du polar de qualité, qui rappelle par moments Coma, la série de Steven Dupré parue chez Glénat.

(par David TAUGIS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?