Glénat domine les Japan Expo Awards 2008

7 juillet 2008 0 commentaire
  • Dans un palmarès équilibré, les Japan Expo Awards 2008 récompensent des œuvres de qualité déjà célébrées par le public. En outre, un prix spécial a été remis aux invités d’honneur présents : Kazu Koïke, Go Nagaï et Takeshi Obata.
Glénat domine les Japan Expo Awards 2008
Stéphane Ferrand, directeur éditorial de Glénat Manga est monté deux fois sur le podium
Photo : D. Pasamonik(L’Agence BD)

Les Japan Expo Awards 2008 ont été remis vendredi soir lors du 9ème Impact de Japan Expo. Une remise de prix un peu cafouilleuse, notamment en raison de son élargissement à des nouvelles catégories liées aux nouveaux développements du festival : les dessins animés, le film asiatique, la musique asiatique, et le jeu vidéo. Comme dit Nicolas Boileau dans L’art poétique : « Qui trop embrasse, mal étreint ». Nous ne vous rapporterons que la catégorie concernant la bande dessinée :

Prix Public Virgin
Meilleure bande dessinée asiatique parmi la sélection Virgin Megastore

- Eye Shield 21 de Yūsuke Murata (dessin) et Riichirō Inagaki (scénario) (Glénat)

Cette histoire de football américain s’est taillée un joli petit succès en France en dépit d’un thème qui n’intéresse a priori pas les Français. Un dessin tonique au service d’un scénario empreint d’humour et d’action.

Grand Prix
Meilleure bande dessinée asiatique, toutes catégories confondues

Kazuo Koïke, prix spécial du jury
Photo : D. Pasamonik(L’Agence BD)

- 2Oth Century Boys de Naoki Urasawa (Panini Comics)

Créée par l’auteur de Monster, cette série a déjà été distinguée en 2004 par le « Prix de la meilleure série » au festival International de la Bande Dessinée à Angoulême. Sur fond d’atmosphère millénariste, un groupe d’amis voit se réaliser les prédictions qu’ils avaient établies 28 ans auparavant dans leurs jeux d’enfant.

Prix Meilleur Shônen
Bande dessinée asiatique destinée à un public adolescent plutôt masculin

- One Piece de Eiichirō Oda (Glénat)

Avec 140 millions d’exemplaires vendus, cette burlesque série de pirates a connu également une adaptation en dessins animés très populaire. Luffy veut découvrir le célèbre One Piece, le trésor des pirates. En avalant par hasard un fruit défendu, il devient un homme caoutchouc capable de s’étirer et d’amortir les coups. Mais quand il se jette à l’eau en revanche, il ne peut pas nager : il coule irrémédiablement…

Comme on ne peut pas photographier Obata, on ne verra que ses mains tenant le trophée
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

Prix Meilleur Shôjo
Bande dessinée asiatique destinée à un public féminin

- Je ne suis pas un ange d’Aï Yazawa (Delcourt)

Les tribulations de la jeune lycéenne Midori Saejima composent la trame de ce shôjo manga. Sa vie de tous les jours, ses peines, ses joies, ses amitiés et ses amours. Un roman sentimental tout à fait charmant.

Prix Meilleur Seinen
Bande dessinée asiatique destinée à un public de jeunes adultes

- Übel Blatt de Etorouji Shiono (Ki-Oon)

Série de Dark Fantasy âpre et violente dont le principal protagoniste, croisement d’elfe et de guerrier à la puissance surhumaine, semble destiné à sauver l’Empire. Une œuvre noire au trait accrocheur et graphiquement brillant.

Prix Meilleur Moriawase
Bande dessinée asiatique hors-norme n’entrant pas dans les trois catégories précédentes

- Le jeu du chat et de la souris par Setona Mizushiro (Asuka)

Kyoïchi a la chair faible. Il a plus d’une fois trompé son épouse. Soupçonneuse, celle-ci engage un détective pour suivre son mari. Il s’agit d’Imagasé, un garçon que son époux a connu à la fac et qui était secrètement amoureux de lui. En échange de son silence, Kyoïchi est contraint de céder à ses avances…

Go Nagaï, Prix spécial du jury, et Jean-François Dufour, président de Japan Expo
Photo : D. Pasamonik(L’Agence BD)

Comme on le voit, le jury a choisi des valeurs sûres, entre gros succès commerciaux et œuvres plus pointues.

Un palmarès équilibré qui se dote également cette année de trois prix spéciaux du jury décernés aux auteurs suivants pour leur apport exceptionnel à l’univers des mangas :

- Kazuo Koïke, notamment le scénariste de Lone Wolf & Cub (Baby Cart), Crying Freeman et Lady Snowblood

- Go Nagaï, notamment le créateur de Goldorak et de Devilman

-  Takeshi Obata, notamment le créateur de Hiraku No Go et de Death Note

Des récompenses indiscutables.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

En médaillon : la statuette des Japan Expo Awards. Photo : D. Pasamonik(L’Agence BD)

  Un commentaire ?