Intense et nerveux "Comme un frisson" d’Aniss El Hamouri

16 octobre 2017 0 commentaire
  • Le dessinateur Aniss El Hamouri nous conduit sur les traces d'une jeune fille en rupture de ban et à fleur de peau. "Comme un frisson" est un récit vif et dur, où le trait et la narration s'associent pour nous faire ressentir le mal-être de son héroïne. Les éditions Vide Cocagne nous révèlent ici un auteur complet, sensible et déjà plus que prometteur.

Renata écrit et hésite. Elle écrit un premier manuscrit, dans lequel elle met tout son cœur. Mais elle hésite à l’envoyer à un éditeur. Il faut dire qu’elle a bien peu confiance en elle, après une rupture sentimentale semble-t-il mal vécue et des relations ambiguës avec sa famille, en particulier avec sa mère. Elle vit seule et peine à s’organiser. Sa sensibilité est exacerbée. Nous la sentons à bout de nerfs ou au bord de la dépression.

Elle se découvre un jour comme un don. Non pas un "super-pouvoir" ou un talent miraculeux, mais plutôt un sixième sens voire simplement une intuition sur-développée. Elle parvient en effet à sentir l’imminence d’un danger. Elle vibre alors de tout son corps et de tout son âme, et ressent "comme un frisson". Cela lui permet parfois - mais pas systématiquement, car il est difficile de maîtriser un tel don - d’éviter une menace ou une atteinte physique.

Cela ne l’empêche cependant pas de se faire voler son ordinateur... Dans lequel est enregistré son manuscrit, fruit d’un long travail et facteur d’espoir en un avenir plus serein. Elle retrouve, par hasard, ses voleurs. Cette rencontre marque le début d’une relation tumultueuse et d’une profonde remise en cause pour Renata. Comme un frisson d’Aniss El Hamouri, qui vient de paraître aux éditions Vide Cocagne, nous raconte cette relation et ses conséquences.

Intense et nerveux "Comme un frisson" d'Aniss El Hamouri
Comme un frisson © Aniss El Hamouri / Vide Cocagne 2017

L’histoire de Renata est dure. Les sentiments de solitude, de vacuité et la désespérance dominent. Malgré quelques moments lumineux et des envies de bouleversement, sa trajectoire ne porte pas à l’optimisme. Ses compagnons d’infortune l’incitent à vivre avec plus de légèreté, mais paraissent eux-mêmes parcourir le monde avec des semelles de plomb. Hésitant entre la furie destructrice et la nonchalance épicurienne, ils voudraient s’émanciper de toute contrainte tout en ayant à peine de quoi survivre.

Nous sentons, dès les premières pages, que la conclusion ne risque guère d’être salvatrice pour Renata. Mais ce n’est pas là le plus important. Aniss El Hamouri construit un récit sur la marginalité dont le sens comme la forme nous amènent à réfléchir aussi bien à notre place en ce bas-monde qu’au regard que nous portons sur ceux que nous croyons vivre aux confins de notre société. Est-il possible de vivre sans respecter les codes que la collectivité nous impose ? Est-il souhaitable de suivre un individualisme forcené, à la fois révolutionnaire et égoïste, quitte à se brûler les ailes ?

Comme un frisson © Aniss El Hamouri / Vide Cocagne 2017

Le graphisme et les choix de composition d’Aniss El Hamouri correspondent parfaitement à son sujet. Son dessin est à la fois brut et fragile, en adéquation avec la personnalité de son héroïne. Nous pourrions le croire confus ou approximatif, mais il est en réalité précis et détaillé, en particulier dans les quelques pleines pages apparaissant au fur et à mesure du récit. Le trait tremble, mais virevolte et se révèle d’une grande expressivité, donnant une vie peu commune aux personnages. La composition des pages est elle aussi très variée, souvent éclatée, comme déchirée par la rage qui anime les protagonistes.

Aniss El Hamouri, bien qu’il dessine depuis quelques années déjà, est donc une des belles révélations de cet automne. Il n’est d’ailleurs pas incongru de le découvrir grâce à Vide Cocagne, qui aime éditer de jeunes auteurs. Sauvage ou la sagesse des pierres de Thomas Gilbert (2016) recèle d’ailleurs quelques points communs avec Comme un frisson. Nous y retrouvons un même questionnement sur notre manière d’être au monde et un même "engagement" graphique, où le trait et le rythme participent pleinement de la narration et de la transmission des émotions. Gageons que de nouveaux livres illustreront ces choix !

Comme un frisson © Aniss El Hamouri / Vide Cocagne 2017

Voir en ligne : Le site de l’auteur

(par Frédéric HOJLO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:
BDfugue FNAC Amazon

Comme un frisson d’Aniss El Hamouri - 16 x 22 cm - 168 pages en bichromie - couverture cartonnée, reliée - collection Soudain - Vide-Cocagne - parution le 22 septembre 2017.

Commander ce livre chez Amazon ou à la FNAC.

Consulter le site de l’auteur & lire les premières pages de l’ouvrage.

  Un commentaire ?