Newsletter ActuaBD

Japan Expo 9ème Impact : Du fun et des stars !

  • Japan Expo affiche cette année son ambition : dépasser les 100.000 visiteurs. Pour ce faire, elle s’étend à d’autres univers : Azikult (les autres loisirs asiatiques), Kultima (cultures de l’imaginaire) et Kultigame (les cultures ludiques) et elle allonge la manifestation d’un jour. Une stratégie qui justifie l’arrivée cette année d’un sponsor de poids : La Caisse d’Épargne.

Japan Expo présente-t-il le nouveau visage des lecteurs de la bande dessinée en France ? C’est possible. Les mangas ont désormais la pôle-position dans nos librairies, suivis par une BD franco-belge où l’Héroïc-Fantasy et la Science-Fiction, standards culturels mondiaux, captent de plus en plus l’attention des jeunes, soutenus en cela par les univers du comic book, du cinéma hollywoodien et des jeux vidéo.

L’arrivée d’un sponsor symbolique : La Caisse d’Épargne

Il faut dire que depuis que les mangas ont dépassé, voici trois ans déjà, en nombre de titres la production européenne en France, la bande dessinée de nos parents a pris un coup de vieux supplémentaire. À force de chercher la reconnaissance et la légitimité, en créant des musées, des colloques, de sérieuses expositions et en insistant sur sa valeur éducative, toutes missions que s’était données le Festival d’Angoulême qui lui ont été plutôt favorables jusqu’ici, la BD franco-belge n’a-t-elle pas pris le risque de la ringardisation ? Cette méfiance du populaire, cet esprit de sérieux, ne lui porte-t-elle pas, au final, préjudice ?

Japan Expo 9ème Impact : Du fun et des stars !
Philippe Lesieur, directeur du mécénat et du sponsoring de la Caisse d’Épargne, avec Samantha Bourgis, l’attachée de presse du Festival.

On peut se poser la question en voyant la rapidité et l’ampleur du succès de Japan Expo. Avec le manga en fer de lance, la SEFA a créé une activité majeure qui pourrait bien dépasser un jour la manifestation angoumoisine, tant sa stratégie s’avère cohérente et conquérante : 80.727 visiteurs, 263 exposants et 19.905 m² de surface, tels sont les chiffres impressionnants, certifiés Infora [1], du Festival des loisirs japonais en 2007.

En se focalisant sur les loisirs –et non sur la bande dessinée, elle s’est donnée les moyens d’adapter son évènement aux goûts changeants du public, d’en accroître la taille progressivement. Sa situation à Villepinte, à 30 minutes en RER de Paris avec des navettes dédiées, dans un lieu parfaitement équipé et situé dans un environnement hôtelier adapté, sa position saisonnière (dans les premiers jours de juillet, juste à la fin des examens scolaires et avant le départ pour les vacances), une zone de chalandise enfin avec une des densités de population les plus fortes d’Europe (61% des visiteurs viennent d’Ile de France), sont autant d’arguments qui expliquent son succès. La Caisse d’Épargne, sponsor historique d’Angoulême depuis sa création, ne s’y est pas trompée qui rejoint cette année les supports financiers du Festival des loisirs asiatiques. « La Caisse d’Épargne est la banque des jeunes, il est donc normal que nous rejoignions Japan Expo  » nous dit Philippe Lesieur, son directeur du mécénat et du sponsoring.

Japan Expo est situé à Villepinte, près de Paris
Infograohie : Japan Expo

150 ans de relations France-Japon

150ème anniversaire des relations France-Japon

Il faut dire que l’équipe de Japan Expo sait s’attacher des alliés plutôt que de se les aliéner. Alors que le FIBD se brouillait avec l’Association des Journalistes et Critiques de Bande Dessinée (ACBD), Japan Expo a su accueillir leur Prix Asie-ACBD qui est remis ici pour la deuxième année consécutive.
Mais c’est surtout dans sa remarquable relation avec les autorités japonaises que Japan Expo a réussi son pari, au point que leur conférence de presse est accueillie cette année dans la résidence de l’ambassadeur du Japon à Paris, son Excellence M. Yutaka Iimura, lequel déclare être venu plusieurs fois au Festival et avoir été « impressionné par le nombre de visiteurs et la passion que partageaient le public et les exposants ». Il a décidé de faire figurer Japan Expo en bonne place du 150ème anniversaire des relations franco-japonaises.

M. Juichi Takahara, ministre attaché à la culture auprès de l’Ambassade du Japon.
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

Nous ne pouvons résumer ici toutes les manifestions prévues cette année à Japan Expo. Vous pouvez lire notre dossier de l’année dernière qui vous donnera un aperçu de ce qui vous attend. Par ailleurs, nous vous invitons à visiter le site Internet de Japan Expo où vous trouverez leur programme détaillé et où, surtout, nous vous conseillons d’acheter à l’avance vos billets si vous voulez éviter les queues interminables car 100.000 visiteurs en quatre jours, c’est énorme à gérer.

Le Cosplay rassemble chaque année un énorme public
Photo : D. Pasamonik

Des stars

Ce sont évidemment les mangas qui se taillent la part du lion et l’événement cette année est sans aucun doute la présence massive de Shueisha, le grand éditeur de mangas japonais et notamment des méga-best-sellers Bleach, Deathnote, ou Nana , qui vient fêter chez Japan Expo les quarante ans de la création de son magazine Shônen Jump, le premier magazine de BD japonais qui a atteint en 1995 plus de 6 millions d’exemplaires vendus par numéro. Un record mondial pour un magazine de bande dessinée ! Organisée par Viz France, une filiale de Viz Media Europe, une joint-venture entre les éditeurs Shueisha, Shogakukan et l’agence de droits ShoPro, leur présence se concrétise pas des expositions de dessins originaux, des cosplays dédiés à Shonen Jump , un Stamp Rally, des concours de dessin et surtout, celle de Takeshi Obata, l’auteur de Hikaru No Go (Tonkam) et surtout du best-seller du moment Death Note (Kana).

Ce n’est pas la seule star du manga qui sera présente. On nous signale la présence de Kazuo Koike, l’homme qui inspira Kill Bill, le scénariste de légende de séries comme Lone Wolf & Cub (Panini), Crying Freeman (Kabuto-SEEBD) et Lady Snowblood (Kana Senseï) ainsi que de Go Nagaï, un monstre sacré du manga, créateur de Goldorak ! Outre les Character designers Yoshiyuki Sadamoto (Neon Genesis Evangelion) et Toshihiro Kawamoto (Cow Boy Bebop), on annonce aussi la venue de Dorothée, la grande prêtresse des dessins animés japonais sur TF1 dans les années 1990 !

Thomas Sirdey, vice-président de Japan Expo explique son ambitieux programme
Photo : D. Pasamonik. (L’Agence BD)

Du fun

Les stars de la Jpop comme Acid Flayor, Aoi, Betta Flash, Catsuomaticdeath, Scandal, Machine, Lost Color People, et Death Sexy Inc. sont annoncés à l’affiche d’une programmation qui prévoit 9 concerts et une scène dédiée aux concerts pendant tout le salon.

Le Cosplay, nous vous l’avons expliqué, est l’activité-reine du salon. « Le phénomène du cosplay –vocable forgé par la contraction des mots anglais « costume » et « player » (joueur)- est symbolique de ce qui distingue les mangas de nos BD franco-belges : le lecteur s’approprie littéralement un univers et un personnage jusqu’au processus ultime de l’incarnation. Ceci tranche singulièrement avec la distance qui caractérise les lecteurs de bande dessinée franco-belge. » Au passage, on peut poser la question : pourquoi les cosplays ont-ils été écartés de la programmation lors du dernier Festival d’Angoulême ?

Les Japan Expo Awards élargissent cette année leur remise de trophée à d’autres activités que la BD et l’animation. Cette année, les catégories Musique et Jeu vidéo s’additionnent aux précédentes avec la création d’un Prix Virgin Public, en partenariat avec la célèbre chaîne de mégastores.

Ce ne sont que quelques-unes parmi les centaines d’autres activités du festival qui ne concernent pas seulement la bande dessinée puisqu’on y verra aussi bien des démonstrations de Kendo que du catch, du karaoké ou des tournois de jeux de go…

Dans les allées de Japan Expo, on croise d’étranges personnages
Photo : D. Pasamonik (L’Agence BD)

Diversifications et Aire de jeux

C’est précisément dans le domaine du Jeu Vidéo que le Festival fait l’événement en accueillant la Convention Ankama. Le studio de jeux vidéo qui édite aussi des bandes dessinées disposera à lui seul d’un stand de 1000 m², avec un espace de jeu de 100 PC où les visiteurs pourront tester gratuitement les derniers jeux de l’éditeur, dont une version 2.O de Dofus et un MMORPG Wakfu, leur nouvelle série, tandis que cette édition verra paraître le deuxième volume de Maliki, le 2ème Art Book de Café salé et surtout le nouveau label créé par Run, le dessinateur de Mutafukaz : 619 dont nous ne manquerons pas de vous reparler.

Cette édition consacre d’ailleurs un espace dédié aux jeux (jeux vidéo, jeux de plateau, jeux de cartes, jeux de laser...) sous le nom de Kultigame, un autre destiné aux autres BD, cultures et traditions asiatiques, Asiakult, avec notamment un présence de la Chine incarnée par la venue du grand dessinateur Benjamin dont nous reparlerons également et enfin un espace dédié à la Science-Fiction, à la Fantasy et aux Super-Héros : Kultima.

Un programme copieux que d’aucuns déjà taxent de gigantisme. Un sacré challenge en tout cas pour l’équipe de la SEFA qui ne manque décidément ni de dynamisme, ni d’ambition. Ça fait plaisir à voir.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Japan Expo – Du 3 au 6 juillet 2008 – Parc d’expositions de Paris-Nord Villepinte

Le site de l’évènement

Voir le reportage vidéo Phénomène Manga réalisé par notre partenaire France5

[1Une certification officielle des manifestations commerciales régie par l’arrêté ministériel du 5/12/2006.

 
Newsletter ActuaBD