Japan Expo & Comic Con’ 2012 : Affluence et diversité

7 juillet 2012 0
  • Les événements de Villepinte continuent de faire vibrer les foules : projections, concerts, conférences, expositions, le spectacle est sur scène comme dans la salle.

Japan Expo & Comic Con' 2012 : Affluence et diversitéS’il est une des figures du Shôjô qui se distingue de bien d’autres, c’est bien Sailor Moon. L’héroïne porte un costume typique d’écolière japonaise, le Sailor Fuku, une marinière à la mode dans les écoles de l’archipel depuis qu’en 1921, Elizabeth Lee, la principale de l’université Fukuoka Jo Gakuin qui porta ce costume de la Royal Navy lorsqu’elle étudia en Angleterre, eut l’idée de l’imposer à ses élèves. Créée en 1992, il y a donc vingt ans, par Naoko Takeuchi, la Magical Girl de Kodansha (publiée par Pika en France), sortit très rapidement en anime avec un succès considérable, les 18 volumes du manga générant pas moins de 200 épisodes de la série animée.

Un succès plus important aux États-Unis et en Allemagne d’ailleurs en raison d’une programmation TV plus avantageuse dans ces pays qu’en France.
C’était ce vendredi que Sailor Moon était célébrée à Japan Expo, où Kodansha a annoncé sur le mode du teasing, c’est à dire en distillant les informations au goutte à goutte, qu’un nouvel anime arrivera en 2013 et dont la chanson principale sera le fait du groupe Momoiro Clover Z, présent sur scène ce vendredi.

C’était évidemment la grande journée du Cosplay ce vendredi en raison de l’étape du World Cosplay Summit que constitue Japan Expo et qui compte dans la présélection de la rencontre internationale dont la finale a lieu au Japon.

La scène des cosplays rassemble des milliers d’amateurs, venus pour voir ou pour être vus.

On est chaque année plus étonnés par le caractère sophistiqué et extravagant des ces costumes qui projettent les univers des mangas dans une attitude décomplexée et ironique, et en tout cas bon enfant. On vient en bande de copines et de copains surtout pour s’éclater, les plus organisés d’entre eux s’inscrivant dans des associations qui comptent un grand nombre de membres.

Les sociologues pourraient s’interroger sur le caractère davantage "coincé" de la BD franco-belge. Est-ce parce qu’Angoulême se passe en janvier et parce que les rigueurs de l’hiver ne permettent pas les mêmes fantaisies folâtres dans les costumes ?

On peut faire très simple et faire un bon cosplay. Seuls l’humour et la dérision comptent.

Pour le reste, les stands ne désemplissaient pas, prolongeant le succès constaté la veille, les fans que j’ai rencontrés allant dépenser jusqu’à 175 euros par personne, en plus des billets d’entrée. Mais aucun ne trouve cette dépense superflue, Japan Expo étant l’événement attendu toute l’année.

Au Comic Con’, c’est souvent le cinéma la référence

Du côté du Comic-Con, l’événement jumeau destiné à la BD non-japonaise, c’est surtout le jeu vidéo et le comic-book qui s’octroient la part du lion.

On regrette que les éditeurs de BD franco-belges soient aussi peu présents. On constate cependant la présence chez Dargaud de Jean Dufaux & Philippe Delaby (Murena et La Complainte des Landes perdues) , en phase d’évangélisation pour la première fois à Villepinte, ou encore celle Xavier Dorison flanqué de Ralph Meyer (Asgard) et de Alex Alice (Siegfried).

Toute la tribu d’Ankama est là, comme d’habitude à cheval sur les deux univers, Ancestral Z, dessinateur de Dofus, affrontant la chaleur en gilet de laine sans manche "pour rendre hommage au Docteur Who".

Sur le stand Soleil, Barbara Canepa (Witch, Sky Doll, Monster Allergy, End) et Fabien Fournier (Noob) se taillent un joli succès. Il est vrai que ces deux auteurs sont parfaitement compatibles avec l’univers du manga et du comics.

Voir et être vu, tel est le maître-mot des cosplayers, comme ce photographe japonais déguisé en Sailor Fuku, le costume des écolières nippones.
Japan Expo est parfois le lieu de marketing touristique des villes japonaises. Ces jeunes filles accompagnent Yanana, une mascotte créée par la rue commerçante de la ville de Gifu (Région de Tôhôku, centre du Japon). Chaque ville a maintenant sa mascotte et des concours inter-villes sont organisés pour savoir qui est la plus populaire.
Apparemment, Super-Mario a encore de l’avenir...

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

LE SITE DU FESTIVAL

Jusqu’au dimanche 8 juillet 2012

Parc des expositions de Paris-Nord Villepinte. Station Parc des Expositions RER B.

Photos (c) D. Pasamonik (L’Agence BD)

  Un commentaire ?