Albums

Kaamelott T. 10 : Karadoc et l’Icosaèdre - De Steven Dupré et Alexandre Astier - Casterman

Par Romain GARNIER le 7 mars 2023                      Lien  
En janvier, à Angoulême, Alexandre Astier, alors président du jury du FIBD, et Steven Dupré ont célébré la sortie du dixième album de la bande dessinée Kaamelott intitulée "Karadoc et l'Icosaèdre". Créée en 2006, la BD Kaamelott continue d'être à la hauteur de son engagement en offrant aux lecteurs des aventures au style réaliste, dans le monde imaginé par Alexandre Astier, avec des dialogues et situations débordant d'humour. Un succès des éditions Casterman qui perdure...

Parfois, partir à l’aventure, est simple comme un coup de botte dans la gueule. Ce n’est pas Perceval et Karadoc qui diront le contraire. Alors que les deux compères s’engueulent une énième fois dans la salle d’entraînement du château de Kaamelott, l’un deux balance une botte qui rate sa cible initiale, avant d’atterrir plusieurs dizaines de mètres plus bas, directement dans la mouille du roi Arthur. L’éminent souverain estime que c’est là l’erreur de trop : "Faites vos valoches les tarés ! Cette fois, c’est le grand départ !". Seule possibilité de rédemption ? Accomplir un fait héroïque qui permettrait à nos héros de se racheter.

Kaamelott T. 10 : Karadoc et l'Icosaèdre - De Steven Dupré et Alexandre Astier - Casterman
© Casterman

Les voilà tous deux sur les routes. Fâchés, ils se séparent ("Parfaitement, je fous le camp ! Parce que tous mes problèmes viennent du fait que je me trimballe depuis trop longtemps avec un cornichon collé aux semelles !") et fondent chacun leur équipe d’aventuriers pour le moins hétéroclite. Les deux groupes concurrents se voient remettre la même carte au trésor par un vieux, évidemment mystérieux, qui a le sens des affaires.

De cette chasse, en ressort un solide à vingt faces, un icosaèdre, dont les comparses ne savent que faire. Entre temps, le chevalier Lancelot est capturé et le roi Arthur prestement réclamé : "Si c’était Ketchatar, roi d’Irlande, qui demandait audience, déjà, je descendrais pas ! Alors là, des gamins, un coq, un singe et des trapézistes, je risque pas de me bouger".

© Casterman

Soyons clairs. Un des points forts de la bande dessinée réside dans les dialogues et les situations humoristiques. Comme tous les grands scénaristes, Alexandre Astier a le génie du récit à priori simple mais au déroulement inattendu et intelligent.

La situation initiale, comme le motif de la quête, sont des alibis pour faire vivre des aventures à Perceval et Karadoc. Chose qu’il n’était pas aisé de faire à la télévision, mais que les moyens illimités du dessin permettent. Toutefois, à l’image de la série télévisée, les événements cocasses, la vie des personnages, leurs échanges fleuris sont les véritables réussites. L’important comme on sait n’est pas la quête, mais la manière dont elle se déroule.

Alexandre Astier prouve, album après album, que l’esprit de la saison 1 de la série télévisée, qui a incontestablement fait son succès, continue d’être une source d’inspiration précieuse pour la bande dessinée.

© Casterman

La question du rythme est par ailleurs centrale dans l’ensemble de son travail. Que ce soient ses spectacles, ses films, la série TV Kaamelott ou la bande dessinée. La musique des mots est omniprésente. Pour nous, Alexandre Astier est un des meilleurs dialoguistes de notre époque. Ce sens du rythme se retrouve également dans son traitement de la bande dessinée, dans le découpage des planches. Il est d’une grande fluidité. Un aspect co-travaillé avec le dessinateur.

© Casterman

Quid de Steven Dupré ? Dessinateur belge flamand, il a été choisi par Alexandre Astier. Soucieux de ne pas faire de produits dérivés, le scénariste souhaitait que l’adaptation de son œuvre ait une identité propre et réaliste, loin de l’esprit cartoon qui lui avait été initialement proposée. Que dire, si ce n’est que le pari est pleinement réussi ?

D’album en album, Steven Dupré donne corps à l’imaginaire d’Astier et s’est approprié les personnages, puisqu’il n’était pas question d’opérer un simple copié-collé visuel. Il va même plus loin en imaginant, à travers d’excellents cadrages, de vastes paysages et lieux d’Heroïc Fantasy, ainsi que le château de Kaamelott lui-même. Ainsi, Steven Dupré a une part active dans l’extension de l’univers de Kaamelott, et donne à chacun d’entre nous le loisir de déambuler dans le monde merveilleux de la Table ronde.

Steven Dupré et Alexandre Astier
Merci à Laurent Turpin pour la photo.

En d’autres termes, la bande dessinée n’est pas une pâle copie de l’œuvre originale, elle est une autre manière de faire vivre l’univers imaginé par Astier, accessible aussi bien aux amoureux de la série télévisée, qu’aux béotiens avides de découvrir un nouveau monde. Quand on vous dit que c’est une réussite...

(par Romain GARNIER)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN : 9782203216563

Interview d’Alexandre Astier, président du jury du festival international de bande dessinée d’Angoulême :

 Angoulême 2023 : Alexandre Astier et la présidence du jury du festival [PODCAST 1/2]

 Angoulême 2023 : Alexandre Astier et son rapport à la BD [PODCAST 2/2]

Interview d’Alexandre Astier et Steven Dupré sur la série de bande dessinée Kaamelott :

 Alexandre Astier, Steven Dupré : "On veut que la BD existe y compris pour ceux qui ne connaissent pas la série"

Kaamelott Casterman ✍ Alexandre Astier ✏️ Steven Dupré tout public Aventure Humour
 
Participez à la discussion
1 Message :
CONTENUS SPONSORISÉS  
PAR Romain GARNIER  
A LIRE AUSSI  
Albums  
Derniers commentaires  
Agenda BD  
Abonnement ne pouvait pas être enregistré. Essayez à nouveau.
Abonnement newsletter confirmé.

Newsletter ActuaBD