L’éditeur Mourad Boudjellal en « roi Soleil »

24 janvier 2005 0 commentaire
  • « Le roi soleil de la BD », titre le Journal du Dimanche [23/1/05] faisant un portrait presque trop flatteur de Mourad Boudjellal, le patron des éditions Soleil à Toulon. Il est vrai qu'il fait effectivement figure d'homme du moment à Angoulême. Alors que la StarAc, Claude Lelouch ou encore Adeline Blondieau viennent animer son stand cette année, il annonce coup sur coup des alliances avec Gallimard, TF1 et le Musée du Louvre.

Déjà les années précédentes, le dynamique éditeur de Lanfeust de Troy et de Rahan avait coutume d’inviter des stars sur son stand : Bernard Lavilliers il y a deux ans, Eddy Mitchell et Georges Lautner l’année dernière, avaient volé la vedette aux dessinateurs, pourtant célèbres, qui les côtoyaient. Un côté "m’as-tu-vu ?" qui n’a pas plu à tout le monde. Cette année, ce sont les élèves de la StarAc et Claude Lelouch qui s’y collent. Ils suscitent une curiosité de la part du public, en même temps qu’une animation qui contribue au lustre des Festivals marquants. A l’occasion de cet article dans le JDD, Mourad Boudjellal, dont la société vient de passer le cap des 3,5 millions d’albums vendus par an et des 34 millions d’euros de chiffre d’affaire, fait le point sur ses dernières avancées stratégiques.

L'éditeur Mourad Boudjellal en « roi Soleil »
Eddy Mitchell et Mourad Boudjellal
lors de la dernière édition d’Angoulême en janvier 2004. Photo : D. Pasamonik

Des précisions concernant l’alliance avec Gallimard

Ainsi, révèle le JDD, l’alliance avec Gallimard se concrétise dans une structure commune qui porte le nom de Gallisol (on connaissait déjà sa joint-venture de diffusion avec Delcourt intitulée Delsol et ce vocable n’est pas sans évoquer celui qui circule au moment des prix Goncourt : Galligrasseuil). « Antoine Gallimard, dit l’article, s’est laissé convaincre de relancer ce label  », précisant que « La signature n’a pas eu lieu dans le superbe bureau lambrissé d’Antoine Gallimard » à la déception de l’éditeur toulonnais. Mais qu’importe, s’exclame emphatiquement le journaliste Benoist Simmat, Boudjellal frappe là un grand coup qui « résonnera cette semaine au Salon de la Bande Dessinée » et qui suscite déjà la polémique comme avez déjà pu le lire dans nos pages
. Elle devrait encore s’alimenter dans ces prochains jours suite aux interventions des unes et des autres parties concernées (Voir l’entretien avec Etienne Robial, le fondateur de Futuropolis, par Nicolas Anspach dans ces pages).

Un succès insolent

Le JDD décrit Mourad comme un « fils d’éboueur », nous apprend que sa mère était concierge, et que ces immigrants algériens constituaient « une famille pauvre ». Le jeune Mourad, passionné de BD, toujours selon le JDD, écrivait à Jacques Glénat "à l’âge de dix ans" et contribua à 15 ans à la fondation du Festival d’Hyères. Il a construit avec Soleil, depuis 1988, une success-story exemplaire qui devrait faire rêver les jeunes "beurs" de France et de Navarre. Pensez : sa boîte vient de dépasser en chiffre d’affaire la bicentenaire Casterman, l’éditeur de Tintin, et contrôle désormais 7,5% du marché français. Il annonce lancer une collection de manwhas coréens, tandis que sa série Monster Allergy, comme nous vous l’avions annoncé, a été achetée par Disney pour être adaptée en dessins animés diffusés sur M6 en novembre 2006.

Sous le label Futuropolis : Blutch, Yslaire, Rabaté...

Il annonce que sous le label Futuropolis, on découvrira les signatures de Blutch, d’Yslaire et de Rabaté. On a vu pire, ne croyez-vous pas ? Par ailleurs, Boudjellal annonce une alliance avec le Musée du Louvre dans une collection narrant l’histoire d’œuvres d’art du monde entier. Le premier à s’y coller n’est pas un manchot : Nicolas de Crécy, rien que ça. L’éditeur que certains spécialistes de BD éclairés aimeraient caser dans la catégorie "commercial sans ambition intellectuelle" devront peut-être revoir leur copie.

Création de TF1 BD

Evidemment, pour le commerce, Mourad sait faire. L’alliance avec TF1 n’a pas d’autre objet. La StarAc fait un plein carton en librairie (la BD n’est d’ailleurs pas mal faite et quatre chanteurs de Star Academy 3 viendront sur le stand signer leurs albums à Angoulême). Dans le même article, Boudjellal annonce la parution d’albums de BD tirés des chansons de Gainsbourg et de Patrick Bruel.

Le prochain objectif de celui « qui est devenu le premier employeur de Toulon » ? Créer un studio de dessins animés. On le voit, à quarante quatre ans, l’éditeur toulonnais a les dents qui rayent le parquet.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Photo : (c) D. Pasamonik

  Un commentaire ?