Nos dossiers Marché de la BD, faits et chiffres

Le marché de la BD espagnole après deux ans de pandémie

Par Thelma SUSBIELLE le 29 juin 2022                      Lien  
Désastreuse pour un bon nombre d'industries culturelles, la pandémie de ces deux dernières années a néanmoins démontré la bonne résistance de l'industrie du livre, et particulièrement de la bande dessinée. En France, nous avons vu ses ventes exploser avec les mangas en tête de peloton. Dans notre pays voisin, l'Espagne, les ventes se maintiennent également, mais l'activité diffère tout de même de la nôtre avec un intérêt plus marqué pour les comics et une production nationale moins puissante que chez nous. Analyse.

"Un seul être vous manque..." dit le poète. Depuis l’arrêt de l’activité de Gilles Ratier, nous n’avons plus en France de bilan annuel complet sur l’évolution de la BD dans notre pays. Le Rapport Ratier a pourtant été un modèle pour plusieurs pays européens et c’est le cas de l’Espagne.

Dans le pays de Don Quichotte, ce rapport s’appelle "Informe de Tebeosfera", il est le produit de la revue spécialisée de BD Tebeosfera, l’organe de l’association culturelle du même nom, Asociación Cultural Tebeosfera (ACyT).

Ils viennent de produire un rapport qui couvre ces deux années marquées par le Covid et qui fait le bilan de la situation du secteur de la BD en Espagne.

Un secteur préservé

Avec une augmentation des publications de bandes dessinées de toutes sortes (commerciales, pédagogiques ou essais) et des nouveaux lancements conséquents, les années 2020 et 2021 affichent une belle mine. La pandémie ne semble pas avoir affecté de manière négative l’industrie de la BD espagnole et l’a même renforcée. En effet, l’Espagne a battu le record du nombre de lancements différents par an depuis le début du siècle avec 4 132 lancements en 2021.

Les ventes et le chiffre d’affaires provenant de la vente de bandes dessinées sont donc en croissance, mais concentrés entre les mains d’un petit nombre d’éditeurs. La quasi-totalité de l’activité est détenue par 1% des sociétés impliquées dans l’édition de bandes dessinées.

Le marché de la BD espagnole après deux ans de pandémie
Cuarentena, une bande dessinée sur la pandémie de Pablo Thyralines

Les auteurs n’ont pas profité de ce boom des ventes, car le prix de la page n’a pas augmenté, ni le prix de vente conseillé, et le succès des ventes n’a pas eu d’impact sur les petits éditeurs ou les petits libraires, qui sont de plus en plus menacés par les grandes plateformes d’édition et de vente en ligne.

En revanche, les plus grands producteurs de BD ont vu leur charge de travail éditorial augmenter : plus de 650 000 pages différentes ont été imprimées en 2021, soit 27% de plus que l’année précédente et deux fois plus qu’il y a dix ans.

Répartition thématique (pourcentage moyen 2020/2021)

En Espagne, 40% du marché détenu est le fait des comics US alors que la franco-belge correspond à environ 10% seulement. Le profil-type d’une bande dessinée en Espagne est un livre de plus de 150 pages, vendu à peu près 14 euros, produit en Catalogne, mais publié en castillan. Il s’agit généralement d’un livre qui sert des histoires de super-héros ou de mangas.

En 2021, les segments de marché sont répartis comme suit :
Super-héros : 27,15%
Action/aventure : 31,70
Dramatique/polar : 16,60 %.
Humour : 8,66 %.
Romance/érotique : 5,18 %.
Humour satirique : 4,26%.

Les BD d’aventure et les BD de super-héros, pour ne citer qu’elles, représentent près de 60 % des thèmes de BD publiés chaque année. Ce sont donc logiquement les productions américaines et japonaises qui règnent sur le marché espagnol.

Œuvres nationales et internationales :

Plus de 83% des titres commercialisés sur le marché espagnol sont des traductions d’œuvres produites hors d’Espagne. On remarque que les éditeurs espagnols optent généralement pour un produit dont le succès a déjà été éprouvé dans d’autres sphères commerciales (américaines, européennes, japonaises).

Le nombre de bandes dessinées rééditées de 2021 dépasse largement le nombre total de bandes dessinées espagnoles de première édition : 589 contre 454, soit 16,50% contre 10,98% du total. C’est un marché stable et pérenne où se maintiennent des BD qui sont lues et relues depuis cinquante ans par la génération des boomers. Un choix de sécurité.

Couverture de Jesus Merino pour Wonder Woman d’ECC Comics, l’une des publications les plus populaires pendant la pandémie.

L’éditeur qui traduit le plus de matériel étranger est ECC, suivi de près par Panini, puis Planeta Comic, Norma, Ivrea et Milky Way. Ils ont été à l’origine de 2 611 bandes dessinées publiées en 2021, soit 63,2 % du total.

Un quart de la bande dessinée qui est présentée comme une nouveauté en Espagne est en fait déjà connue dans des versions antérieures.

Bien que le nombre d’éditions ait augmenté au cours des deux dernières années, l’édition purement nationale a diminué, puisque moins de 10% des titres publiés sont des productions espagnoles.

Répartition proportionnelle des origines des bandes dessinées consommées en Espagne. Ce pays, en tant que producteur, est inclus dans la liste des pays européens, bien que son pourcentage soit indiqué séparément, ainsi que celui de la France, afin d’avoir plus de références.

Plus d’un tiers des bandes dessinées imprimées, si on compte les pages, proviennent du Japon. Elle est sur le point de rattraper les bandes dessinées américaines, qui ont représenté 38,76% de toutes les bandes dessinées publiées au cours des deux dernières années.

Le manga est le produit le plus présent en librairie et, comme chez nous, il offre aussi le meilleur rapport qualité/prix pour les consommateurs.

Les auteurs et autrices espagnols

Entre 2019 et 2021, les femmes ont vu leur présence baisser de sept points de pourcentage et les hommes ont augmenté leur présence de cinq points de pourcentage. La présence des femmes a augmenté dans le nombre de nouvelles publications traduites par rapport à celles de 2020.

Répartition des hommes et des femmes dans la création artistique de la bande dessinée en Espagne, en 2020 et 2021.

Dans les bandes dessinées japonaises et françaises publiées en Espagne, on trouve la signature d’une femme dans trois parutions sur sept. Dans les bandes dessinées américaines, on verra une signature féminine dans trois cas sur six. En Espagne, le ratio est de 1 121 hommes contre 274 femmes pour ces deux années, soit une bande dessinée sur quatre signée par au moins une femme.

Augmentation du nombre d’autrices, notamment en raison des importations, car il y a beaucoup de femmes qui font des bandes dessinées au Japon et aux États-Unis -les auteurs américains étant les plus nombreux dans les publications BD en 2021.

Le paradoxe est que les entreprises espagnoles produisent moins de bandes dessinées depuis deux ans, alors que le nombre de bandes dessinées en circulation sur le marché espagnol continue d’augmenter chaque année : presque 25 % de croissance. Les conditions de travail étouffantes que les associations d’auteurs dénoncent depuis un certain temps déjà semblent être, en grande partie, à l’origine de ce déclin.

Version espagnole d’Astérix et le griffon, BD la plus vendue en France

Public cible

La grande majorité des publications de bandes dessinées en Espagne sont à destination des enfants, des adolescents et de la jeunesse en général puisque quasiment 80% des titres leur sont destinés. Tandis que le public adulte représente 20% du public cible, dont 1,2% de femmes. En d’autres termes, deux tiers des bandes dessinées publiées en espagnol s’adressent aux jeunes, comme c’est le cas en France.

Les œuvres gagnantes en 2020 et 2021 des prix : Prix national de la bande dessinée, prix ACDCómic (Inframundo et Regreso al Edén) et prix de la critique.
Le rapport Tebeosfera 2020-2021 (En espagnol)

(par Thelma SUSBIELLE)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN :

PAR Thelma SUSBIELLE  
A LIRE AUSSI  
Nos dossiersMarché de la BD, faits et chiffres  
Derniers commentaires  
Agenda BD  
Newsletter ActuaBD