La Crypte Tonique n°12 interroge les formats

16 février 2015 7 commentaires
  • Le périodique de la Crypte Tonique, cornaqué par Philippe Capart, poursuit son exploration thématique des dessous de l'image et des imprimés. Pour le numéro 12, il est question des patrons de la bande dessinée...

Pas de méprise, nous sommes loin d’un numéro thématique sur le Syndicat National de l’Edition, il faut prendre patron dans son sens formel : celui du gabarit des ouvrages. Ainsi, Philippe Capart étudie, en s’appuyant d’exemples historiques multiples, les courants, limites et modes qui ont influencé les formats de l’édition.

La Crypte Tonique n°12 interroge les formats
Un des nombreux exemples de publications anciennes reprises dans ce numéro de la Crypte Tonique

Etats-Unis, France, Italie, Belgique,... La Crypte passe en revue les mensurations des publications. Pour étayer l’analyse, le magazine du magasin le plus érudit de Bruxelles ouvre ses colonnes à une série de spécialistes : Gérard Thomassian (Librairie Fantasmak à Paris), Renaud Denauw et Benoît Bonte (Editions Artima), Alec Severin (Auteur et auto-éditeur), Yves Grenet (collectionneur encyclopédiste), Christophe Bier... Et s’achève avec un contribution percutante de Jean-Christophe Menu qui revient sur son essai « Plates-bandes », paru il y a dix ans.

Comme toujours la lecture de ce nouveau numéro de la Crypte Tonique est aussi inattendue que pointue, tout en arpentant des chemins multiples (des classiques de Winsor McCay aux mensuels érotiques bon marché). Les esprits curieux ne doivent pas manquer cette publication à nulle autre pareille.

(par Morgan Di Salvia)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

La revue est en vente à La Crypte Tonique, 16 galerie Bortier à 1000 Bruxelles (Du mardi au samedi, de 12h à 18h).
VOIR EN LIGNE : LACRYPTETONIQUE.COM
Tel : + 32 (0) 2 514 14 92

En médaillon, détail de la couverture de numéro décliné en format 31x31cm.

> Lire la chronique du n°0
> Lire la chronique du n°2
> Lire la chronique du n°4
> Lire la chronique du n°6
> Lire la chronique du n°8
> Lire la chronique du n°9
> Lire la chronique du n°10

> Philippe Capart : « Le premier "Corentin" m’a toujours semblé intemporel » (Entretien en février 2014)

 
Participez à la discussion
7 Messages :
  • La Crypte Tonique n°12 interroge les formats
    16 février 2015 15:50, par Philippe Capart

    La sortie de ce numéro est conjointe à celle du catalogue d’Yves Grenet reprenant les Petits Formats libellés pour adultes distribués en France. Une somme extraordinaire d’informations balisée ici sous une forme objective.

    Pour plus d’informations :http://petitsformatsadultes.com/catalogues/

    Répondre à ce message

    • Répondu par Pirlouit le 16 février 2015 à  19:48 :

      Sept tomes valant chacun entre 60 et 120 euros, ça fait un peu cher de la collection....sur la BD populaire adulte. Pourquoi avoir choisi un positionnement si élitiste pour un format populaire ?

      Répondre à ce message

      • Répondu le 16 février 2015 à  22:14 :

        Ca, c’est très bien dit.

        Répondre à ce message

        • Répondu par Philippe Capart le 17 février 2015 à  13:03 :

          Je comprends bien vos critiques. Le coût de fabrication d’un catalogue de 3000 pages en 7 volumes est énorme. Nous vivons dans une société industrielle, tout ce qui n’est pas produit (et vendu) en très large quantité devient un produit de luxe. C’est bien indépendant de la volonté du rédacteur/éditeur.

          Répondre à ce message

          • Répondu le 18 février 2015 à  17:16 :

            Comment a fait Richard Medioni pour faire éditer un pavé de 560 pages (L’histoire complète de Vaillant/Pif), tout aussi abondamment illustré, pour un prix de vente de 39 euro ?

            Répondre à ce message

            • Répondu par Philippe Capart le 18 février 2015 à  18:25 :

              Bonne question !

              Répondre à ce message

              • Répondu par Philippe Capart le 19 février 2015 à  14:08 :

                Renseignements pris sur l’ouvrage de Richard Medioni, il s’agit d’un tirage de 2000 exemplaires. Le catalogue d’Yves Grenet est tiré à 100 ex (donc 100 x 7 volumes). Comparons le comparable !

                Répondre à ce message