La Fin du Monde - Par Tirabosco & Wazem - Ed. Futuropolis

25 septembre 2008 0 commentaire
  • {{Tom Tirabosco}} et {{Pierre Wazem}} avaient signé {Monroe} en 2005 aux éditions Casterman. Ils renouvellent aujourd’hui leur collaboration en publiant chez Futuropolis un récit intimiste et initiatique, non dénué d'éléments fantastiques, voire peut-être oniriques.

Nuit pluvieuse, une famille roule à bord d’une voiture. Elle se dirige probablement vers l’hôpital. La maman est enceinte et a des contractions. Le père est inquiet. La pluie est tellement drue qu’il n’y voit rien. Leur fils est intimidé par les silhouettes ténébreuses des arbres bordant la route. Soudain, un arbre touché par la foudre s’écrase sur la voiture…

La Fin du Monde - Par Tirabosco & Wazem - Ed. Futuropolis
Extrait de l’album
(c) Tirabosco, Wazem & Futuropolis.

Deux décennies plus tard. Une jeune femme mélancolique et légèrement dépressive végète, couchée sur le sol de son appartement. Elle se laisse aller. Son copain en a marre. Il la bouscule, il veut qu’elle bouge, qu’elle travaille, qu’elle profite de la vie. Ses remarques la laissent indifférente.
Quelques instants plus tard, elle apprend que son père a eu un infarctus et va le voir à l’hôpital. La pluie tombe, abondamment. Certains parlent de risque d’inondation. Insouciance de l’âge, elle n’en tient pas compte. Elle se rend dans la maison familiale pour nourrir le chat. La montée du niveau de l’eau l’empêche de quitter la bâtisse. Une vieille dame qui parle aux chats s’invite sous ce toit pour se réfugier de la pluie. Ensemble, elles vont s’enivrer d’un alcool local. Le vieille femme l’incitera à entrer dans une chambre qui a toujours été fermée à double tour. Dans cette "chambre des secrets", elle bascule dans un autre univers et y découvre les causes de son mal-être. Elle va devoir apprivoiser ses démons…

Dans son récit, Pierre Wazem laisse le soin au lecteur de rassembler les différents indices semés çà et là pour se faire une opinion sur le fil des évènements. On entre très vite dans une relation de connivence avec cette jeune adulte mélancolique…

Les effets de matière, mises en évidence par les teintes bleutées de Tom Tirabosco attirent l’attention et séduisent. L’auteur nous explique sa technique particulière : « J’utilise le ‘monotype’. Il s’agit d’une empreinte (je pose la feuille sur de l’encre et je dessine. À chaque endroit où je dessine, l’encre se dépose au dos du papier. Je rehausse cela de pastel blanc. La mise en couleur bleutée est réalisée sur ordinateur. J’aime cette technique car l’empreinte du dessin me livre toujours une surprise dans les effets de trames ». Une jolie surprise, même ! La couleur bleue s’efface parfois au profit du gris du trait, ou de la trame, pour les scènes plus angoissantes.

À ne pas lire un soir de spleen, d’orage, de forte pluie ou lors d’une inondation.

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?