La "Très Grande Médiathèque de l’Image" d’Angoulême portera-t-elle le nom de Moebius ?

20 avril 2012 13 commentaires
  • Francis Groux, co-fondateur du Festival d'Angoulême, met tout son poids dans la balance : il faut que la médiathèque de la Ville d'Angoulême porte le nom de Moebius.
La "Très Grande Médiathèque de l'Image" d'Angoulême portera-t-elle le nom de Moebius ?
Francis Groux milite pour que la Médiathèque d’Angoulême porte le nom de Moebius
ph : D. Pasamonik (L’Agence BD)

Nous sommes encore tous dans l’émotion de la disparition de Jean Giraud alias Moebius, Francis Groux parmi les premiers, lui qui fut de ceux qui obtinrent son élection à la dignité de Grand Prix de la Ville d’Angoulême en 1981.

Il doit s’inaugurer à Angoulême en 2013 / 2014 une "Très Grande Médiathèque de l’Image" dont nous avons déjà parlé. Elle se situera dans le quartier de L’Houmeau (derrière la gare) sur un terrain de 700 m². Une bibliothèque de 18.000 albums de bande dessinée y sera mise à disposition du public, en concertation avec la Cité toute proche (qui conserve son propre fonds), les deux entités devant être au cœur d’un réseau qui coordonnera les 15 médiathèques et bibliothèques de l’Agglomération du Grand Angoulême faisant de cette région l’un des centres de l’image les plus denses au monde. C’est en outre un nouveau lieu d’expositions pour le Festival.

Or, semble-t-il, alors qu’il existe un Espace Franquin, une rue Hergé et une rue Goscinny dans la cité charentaise, personne n’a pensé à donner à cet équipement le nom d’un auteur de BD. Sauf Francis Groux. "Un concours est lancé pour donner un nom à la future médiathèque du Grand Angoulême, nous écrit-il. Les noms retenus ne font pas référence à la bande dessinée . Le seul qui pourrait s’en rapprocher est « alpha bulle » (À vous de juger…)."

Le sang du timonier du FIBD ne fait qu’un tour et le voilà parti en croisade : "Depuis des années, bénévoles, professionnels, auteurs, presse et municipalités successives se sont battus afin qu’Angoulême soit La ville de la bande dessinée. Cela n’est pas remis en cause. Angoulême, c’est la BD. Mille sabords, au moment où il s’agit de baptiser ce futur monument culturel de la ville, cette réalité est balayée d’un revers de main !" tempête-t-il à l’adresse du maire, Philippe Lavaud, dont la politique, notamment vis-à-vis du FIBD et de la Cité, est quelquefois ambigüe.

Maquette de la Médiathèque d’Angoulême
DR

Le co-fondateur du FIBD (avec Jean Mardikian et Claude Moliterni) avance le nom de Moebius : "Une initiative a été lancée pour proposer le nom de Moebius. Ce serait en effet un bel hommage rendu à Moebius lui-même, à la bande dessinée, à la création, au talent. Par ailleurs, Angoulême serait la 1ère ville à donner le nom d’un auteur de BD à une médiathèque… Et quel nom !"

Le "concours officiel" s’achevant à la mi-Mai, il fait un appel au soutien : "Pour que cette idée devienne réalité, nous avons besoin de vous, passionnés de BD mais aussi, relais d’opinion, médias d’information. [...] Il nous faut donc faire vite pour mener une mobilisation qui dépasse les clivages politiques et qui continuera de donner tout son sens à notre action : la passion, la reconnaissance de la bande dessinée avant tout. Et pour Jean lui-même, l’inscription de l’universalité de son œuvre notamment dans cette ville qui lui a décerné le Grand Prix en 1981."

Il demande d’adresser un mail de soutien à l’adresse suivante : moebiusmediatheque@gmail.com.

Que vous soyez simple lecteur d’ActuaBD.com sans aucun rôle dans le métier de la BD, habitant Paris, Moscou, Porto, Rome, Bucarest, Stockholm, Dubaï, Alger, Tunis, Rabat, Point-à-Pitre, Québec, Buenos Aires, New York ou Los Angeles (oui, oui, on nous lit là-bas...), envoyez votre mail de soutien pour que le nom de Moebius s’inscrive à jamais dans le paysage angoumoisin.

(par Didier Pasamonik (L’Agence BD))

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

 
Participez à la discussion
13 Messages :
  • Ce serait beaucoup mieux de l’appeler "Jean Giraud", plutôt qu’un de ses pseudos dont celui de Moebius avec le O et le E séparés et sans les trémas ... galère ... et qui se confond en plus avec le nom du mathématicien Möbius et son fameux anneau monoface ... MOEBIUS, c’est juste une partie de JEAN GIRAUD. Appelons-la : médiathèque JEAN GIRAUD !
    Ou au pire : "Jean Giraud - Moebius"

    Répondre à ce message

  • Bien sûr j approuve votre désir de voir ce lieu porter le nom de Moebius !

    En revanche quelle concentration d’argent autour de la culture de l’image et de la bande dessinée à Angoulême, alors qu’ à Paris (mis à part les expos -importantes certes, Spiegelman, Crumb...) aucun lieu d’expo permanent et de mise en valeur de la bd n’existe !...

    Répondre à ce message

    • Répondu par tintin-lutin le 20 avril 2012 à  22:08 :

      Tout a fait d’accord : elle est s-c-a-n-d-a-l-e-u-s-e, cette absence d’un Centre de la BD a Paris ! Quant a la Bibliotheque Nationale, je ne suis pas convaincu que ses resources en matiere de bande dessinee soient "a la hauteur"...

      Répondre à ce message

      • Répondu le 22 avril 2012 à  11:12 :

        Moi, je trouve ça bien que tout ne se situe pas systématiquement à Paris.

        Répondre à ce message

  • Et qu’en pense la famille ?

    Répondre à ce message

  • "Angoulême serait la 1ère ville à donner le nom d’un auteur de BD à une médiathèque…"
    Oui mais non, il y a la médiathèque Hugo Pratt à Cournon.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Mistugoro le 21 avril 2012 à  09:47 :

      On peut aussi mentionner la bibliothèque jeunesse Hergé à Paris.

      Répondre à ce message

  • Le plus efficace serait de créer une page dédiée et une pétition online où les gens pourraient directement signer, et avec un compteur à faire monter rapidement. Plus visible que l’envoi individuel de mails de soutien non ? Une bonne idée de nom de bibliothèque en tout cas !

    Répondre à ce message

  • Tout de même une question ...
    J’ai souvent lu ( je n’ai donc pas les tenants ni les aboutissants , donc je reste dans le questionnement) sur le site d’actua bd , que le festival d’angoulème avait des problèmes de cash ...et là je découvre que l’on va construire donc une grande bibliothèque et qui portera le nom d’un des plus grands dessinateurs que l’on a eut ....l’idée est formidable , la biblio et le nom...

    ma question est de l’ordre donc du fric : ou va-t-on chercher le fric pour ce projet alors que durant des semaines j’ai donc lu qu’il y avait des problèmes de trésorerie pour le festival d’angoulème...

    J’ai une étrange impression...il y a comme un effet "espagne" dans les projets architecture à Angoulème , non ?
    (après le musée de la bande dessinée , et autre projet ..)
    Une grosse bulle qui va éclater....c’est ce qu’il s’est passé en espagne , on a bati et bati des cités qui aujourd’hui sont vides ...des travaux en arrêt..

    Angoulème n’est pas une ville ou l’emploi est plus fort qu’ailleurs..peut être que ces projets de constructions sont bénéfiques ..mais n’y a t il pas une illusion de développement ?????

    Je veux juste faire la comparaison entre tous les problèmes d’un festival et les projets "immobilier" liés à la culture "bd" dans cette sympathique ville d’Angoulème.....peut être n’y a t il pas de rapport mais tout de même ????
    C’est étrange ...
    j’ai passé quelques mois dans cette ville et je n’y ai pas senti une ville qui s’éveillait mais plutôt qui déclinait ( je parle de l’emploi)....
    voilà c’est tout ...un questionnement..

    j’aurai plutôt imaginer que tout cet argent aurait été plus bénéfique en le distribuant à de situations humaines , des aides aux créateurs de bd , pour qu’ils mangent et paient leur loyer ...??.....non ??? plutôt que bâtir et bâtir...mais je ne sais pas , je me demande..??...

    Sinon oui le nom Moebius pour une construction architecturale contemporaine qui plus est une biblio , et bien oui c’est chouette..un bel hommage...

    Répondre à ce message

    • Répondu le 21 avril 2012 à  21:45 :

      Rien à voir, ce n’est pas le festival qui finance cette médiathèque.

      Répondre à ce message

    • Répondu par ozanam le 21 avril 2012 à  22:55 :

      Bizarre ce questionnement.
      Alors il faut savoir que la ville d’Angoulême a une vie en dehors du dernier weekend de janvier. L’argent de la ville ne doit pas être utilisé qu’à ce doux weekend.
      Pour dire les choses autrement, dans une ville de l’ampleur d’Angoulême, il est rare qu’il n’y ait pas une médiathèque digne de ce nom. c’est sans doute justement parce que la ville est endettée que cela ne s’est pas fait avant. Maintenant, que le maire (et ses administrés) ait le désir d’offrir un accès à la culture, je trouve ça étrange qu’on lui en fasse grief.D’autant plus que cette médiathèque, comme tout le monde l’aura compris ne comportera pas uniquement de la "culture BD". Il y aura même des livres que l’on ne pourra pas colorier.

      Que le festival ait des problèmes de financement est une tout autre question. Cela serait vraiment très bien que l’on puisse dissocier le festival et ses petites querelles de la vie au quotidien de la ville. Après tout, ce n’est pas un évènement de la ville mais dans la ville !

      Par ailleurs, la ville n’est pas plus en déclin qu’une autre (de cette taille et dans le même secteur). Il me semble pas d’ailleurs que ça soit la panacée quelque part en France.
      Enfin, outre le fait de vouloir "rattraper son retard" vis à vis des autres villes de même ampleur, je trouve que la construction d’une médiathèque s’inscrit dans la logique du développement de la ville. Angoulême veut être LA ville de la BD et de l’image. Quoi de plus normal que d’avoir un espace culturel digne de ce nom ?

      Pour le parisien qui râlait sur le fait que Paris n’avait pas de lieu d’expo permanent sur la BD... Oserai-je rappeler que l’amateur éclairé a toujours de quoi se mettre une expo sous les yeux dans la capitale ? Et que de plus,une certaine "décentralisation" a permis que des musées soient ailleurs que dans Paris. Ce qui, au passage, fait vivre les villes qui les accueillent. Que cela soit à Angoulême ou ailleurs (par exemple à Roubaix avec le musée de la piscine. Avant son ouverture, qui aurait pu imaginer que des touristes viennent en nombre dans cette ville si souvent mal considérée ? ).

      Répondre à ce message

  • Il y a une solution très simple. Allez sur le site de la ville d’Angoulème. Une rubrique vous demande de proposer un nom pour la médiathèque ! C’est fait en un quart de seconde ! Vous pouvez si vous voulez appuyer votre choix cliquer tout en bas sur l’option "contact" !

    Répondre à ce message