La série Cédric célèbre ses 20 ans par une expo ludique à Charleroi.

29 septembre 2009 5 commentaires
  • La ville de Charleroi accueille une exposition ludique consacrée à la bande dessinée de {{Raoul Cauvin}} et de {{Tony Laudec}} ! Plus de cinq cent M² ont été aménagé pour faire vivre une journée de Cédric à un public familial, à l'occasion du 20ème anniversaire de la création de ce personnage.

On l’a peu écrit, mais l’Année de la BD n’est pas le seul fait de la Région Bruxelles-Capitale. Le succès des évènements organisés dans la capitale belge ont quelque peu occulté ceux de la Région wallonne. C’est dans ce cadre pourtant que la Ville de Charleroi accueille, au Palais des Beaux Arts, une exposition intitulée « la journée de Cédric »

La série Cédric célèbre ses 20 ans par une expo ludique à Charleroi.
Raoul Cauvin a l’habitude d’écrire ses scénarios sur un divan. Le troquera-t-il contre le lit de Cédric ?
(c) Nicolas Anspach

Les éditions Dupuis ont été partie prenante à la création de ce projet par son implication et par la participation de sa filiale audiovisuelle DreamWall. Les organisateurs ont confié la scénographie de l’exposition à un metteur en scène de spectacle, Luc Petit. Ce dernier a souhaité se focaliser sur les valeurs profondes de la série de Raoul Cauvin et de Tony Laudec. Cédric est une série savoureuse, poétique et bourrée d’émotion qui met en scène le quotidien d’un petit garçon de huit ans et de sa famille.

Cette exposition se conçoit comme un parcours ludique et évolutif des différents moments d’une journée de Cédric. Elle débute par la salle de bain de la maison, se poursuit dans la cuisine, dans la classe, dans la cour de récréation de l’école, puis dans la chambre de l’enfant. À chacune de ces étapes, des jeux et autres animations sont prévues pour égayer les enfants : miroirs déformants, quizz vidéo sur l’univers de la série, jeux de marelle, etc. Chaque partie de cette exposition évolutive est accompagnée de panneaux descriptifs, replaçant le lieu dans l’univers de la série.

Tony Laudec a abandonné ses crayons au profit de la palette graphique !
(c) Nicolas Anspach

« La Journée de Cédric » est avant tout destinée à un public familial, traditionnellement celui de la bande dessinée. Le bédéphile qui a l’habitude de visiter des expositions montrant des originaux sera sans doute déçu. Une quinzaine de planches seulement sont présentées dans « le salon » familial.

Des écrans géants sont installés dans deux pièces isolées. L’un diffuse des dessins animés de Cédric et l’autre un documentaire sur la création de ces adaptations audiovisuelles. La bande dessinée de Raoul Cauvin et Tony Laudec a été adapté pour la télévision en 104 épisodes diffusés sur France 3 et la RTBF depuis 2001. Une troisième saison de 52 épisodes est actuellement en cours de difussion.

« La journée de Cédric », est visible jusqu’au 30 décembre 2009. Une façon de fêter d’une fort belle manière les vingt ans de publication en albums de cette série apparue dans le journal de Spirou en 1987.

(par Nicolas Anspach)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Lire les chroniques du T23, du T20 et du T15 de Cédric.

Lire une interview des auteurs : "L’humour est mal vu dans la bande dessinée " (Avril 2008)

"La Journée de Cédric"
Palais des Beaux-Arts de Charleroi
Place du Manège 1
6000 Charleroi
Belgique

du mercredi au dimanche, de 10h à 18h.
Jusqu’au 30 décembre

Entrée gratuite pour les moins de 12 ans
5€ pour les adultes
2,50€ en tarif réduit

Renseignements :
Maison du Tourisme – 071 86 14 14

 
Participez à la discussion
5 Messages :
  • Avec le départ de Kid Paddle de chez Dupuis, l’éditeur a intérêt à capitaliser sur ses locomotives.

    Répondre à ce message

  • C’est très mesquin de dire cela. Le départ de Midam était inévitable. Midam disait partout que Dupuis était une maison incompétente pour l’accompagner là où il voulait aller. Dupuis peut accompagner des auteurs "bonne pâte" comme Cauvin ou Laudec, pas des auteurs exigeants comme Midam. Cela étant dit, c’est sans doute Midam seul qui va tirer les marrons du feu...

    Répondre à ce message

    • Répondu le 30 septembre 2009 à  22:16 :

      Le terme "auteur exigeant" s’adresse généralement à des auteurs exigeants artistiquement, ce qui n’est pas le cas de Midam, c’est la première fois que je vois le terme "auteur exigeant" s’adresser à un auteur exigeant commercialement.

      Répondre à ce message

      • Répondu le 1er octobre 2009 à  17:20 :

        Vous ne connaissez pas Midam pour tenir de tels propos aigris et infondés.

        Répondre à ce message

        • Répondu le 1er octobre 2009 à  20:07 :

          Je connais très bien Midam, mes propos ne sont ni aigris ni infondés, Midam a une ambition commercial pour son personnage, artistiquement il n’était pas vraiment limité chez Dupuis.

          Répondre à ce message