Le Petit Monde - T1 : Vamos, Vamos - par Morvan & Terada - Dargaud

23 novembre 2005 0 commentaire
  • {Le Petit Monde} est le résultat des nombreux allers-retours de Jean-David Morvan au Japon. Le scénariste souhaitait depuis longtemps s'associer avec un Japonais pour délivrer un album qui soit ni un manga, ni une BD franco-belge. Le hasard faisant bien les choses, les éditions Dargaud, avec la collection Cosmo, sont dans la même dynamique. Résultat: 80 pages très originales qui confirment que le mélange des cultures peut aboutir à une bande dessinée atypique et réussie.

La fracture sociale existe aussi dans cet univers futuriste où les pauvres vivent dans "le petit monde", des bidonvilles en contrebas des magnifiques villas peuplées de familles aisées. Kumiko est la fille d’un riche ambassadeur. Elle et ses frères sont éduqués par Nan-1, un robot nurse hyperperfectionné... Le soir, pour s’endormir, elle utilise sa "dreamweaver", un accessoire permettant de programmer les rêves. Attirée par l’interdit, elle se procure un programme pirate sur "le petit monde" et se lance dans un voyage virtuel guidé par Piedra, un personnage de synthèse. Mais il s’avère que le jeune garçon existe vraiment et doit fuir les escadrons de la mort chargés de "faire le ménage" dans le petit monde...

Pour avoir assisté, en 2003 au Japon, à une rencontre entre Jean-David Morvan et Toru Terada, je peux vous affirmer que les deux auteurs étaient autant l’un que l’autre émoustillés par ce projet. Toru Terada, dont la femme est mangaka, a un tel souci du détail et de la perfection que sa technique de travail l’a rapidement orienté vers un métier d’illustrateur. Morvan, toujours à l’affût pour dénicher des nouveaux talents, a compris le potentiel graphique du Japonais.

Soutenu par Yves Schlirf (Dargaud-Bénélux), Le Petit Monde représente parfaitement l’ambition de la nouvelle collection "Cosmo" : produire de l’inédit et faire en sorte que des cultures différentes réussissent, à travers la création, à se rencontrer.
Sur fond de chronique sociale, cet album se distingue par la virtuosité des cadrages et du découpage qui s’avèrent diablement efficaces. Certaines perspectives sont vertigineuses et les gadgets technologiques ont un design très recherché. Le dessin et la mise en couleurs de Terada ajoutent incontestablement une originalité à l’histoire. Les influences nippones et européennes se mélangent dans le graphisme comme dans le récit. Le résultat est harmonieux et c’est tant mieux !
Morvan a imaginé un univers qu’il affectionne particulièrement : un monde futuriste sert ici de décor à une société dont il analyse, à sa façon, les méfaits et les réalités. Les personnages sont attachants et le scénariste dose intelligemment ses scènes d’action et ne tombe pas dans certains de ses travers... L’éternel pari pour le scénariste rémois reste toujours de ne pas se limiter à lancer des "tomes 1" captivants et enthousiasmants. Le Petit Monde est une aventure si prometteuse qu’il serait dommage de ne pas la poursuivre.

(par Laurent Boileau)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?