Albums

Le chant des Asturies, T. 1 — Par Alfonso Zapico — Éd. Futuropolis

Par Philippe LEBAS le 6 mai 2023                      Lien  
Achevée et saluée en Espagne, la tétralogie d'Alfonso Zapico débarque en France, avec ce premier tome de la grande fresque historique consacrée à la révolte des mineurs des Asturies, prémices de la Guerre civile espagnole. Gageons que la France saura réserver un bel accueil à cet ample roman graphique.

Futuropolis, après l’édition des deux précédents ouvrages d’Alfonso Zapico, Ceux qui construisent des ponts et L’Homme de Dublin consacré à James Joyce, se lance dans celle de l’opus magnum de cet auteur : la Balada del Norte, joliment traduit en français sous le nom de Chant des Asturies et dont voici le premier tome.

Zapico nous y fait le récit de la grande grève des mineurs de 1934 dans les Asturies et au-delà d’elle, de la difficile période républicaine qui s’achève tragiquement par le coup d’Etat de Franco et l’atroce guerre civile qui s’en est suivie.

Asturien d’origine, Zapico entend faire mémoire de ces évènements tragiques, au-delà des seuls Asturiens qui les connaissent bien, ce qui n’est pas forcément le cas de tous les Espagnols et encore moins des Français, pour lesquels ce récit s’apparentera à une vraie découverte.

On y suit les aventures de Tristán Valdivia, jeune journaliste idéaliste mais malade, contraint de revenir vivre chez son père, le riche comte de Montecorvo, propriétaire, entre autres, des mines, alors en pleine ébullition dans ces Asturies de la toute jeune République espagnole.

Il fait très vite la rencontre d’Isolina, servante de son père, mais surtout fille du leader des mineurs, Apolonio, qui avait d’ailleurs perdu un de ses jeunes fils mineurs lors d’un accident, raison pour laquelle le comte de Montecorvo, en guise de compensation, avait pris Isolina à son service. Pour ces deux amoureux, on comprend que l’histoire sera compliquée, comme le laissaient d’ailleurs présager leurs prénoms, Tristan et Yseult au final. Il en ira de même pour la révolte, dont ce premier tome ne raconte que les débuts.

Le dessin, en noir et blanc, au trait précis, sert parfaitement ce récit noir, qui nous plonge dans les mines et dans les conflits opposant mineurs et patrons. Les scènes au fond de la mine sont d’ailleurs judicieusement faites sur un fond noir, rappelant le monde souterrain, voire même la mort, à laquelle ces ouvriers sont tristement habitués [1].

La lumière et l’espoir ont leur place cependant, Tristán rencontrant l’amour, les ouvriers, dans leur lutte, témoignant de leur soif de dignité et de solidarité. On appréciera aussi la qualité des dialogues (profitons en pour rendre hommage à leur traductrice, Charlotte Le Guen), empreints d’humour ’("Je ne te reconnais pas" dit un ami de Tristán, qui lui répond "C’est parce que je ne suis plus lui-même") ou de solennité, notamment quand il s’agit de politique ("Pour la première fois dans leur misérable existence, ces hommes et ces femmes se sont sentis maîtres de cet instant qui les conduirait à la victoire ou au désastre. Mais maîtres en fin de compte").

Alfonso Zapico prend le temps de mettre en place son récit, de nous y plonger peu à peu. Avec ce premier tome, nous n’en sommes qu’aux prémices d’une aventure, qui courra sur trois albums supplémentaires et sur quelques 1000 pages. Par chance, l’édition originale venant de s’achever en Espagne (sur huit années, de 2015 à 2023), la parution en français sera beaucoup plus rapide, le 2e volume étant prévu pour juin ! On vous laissera donc en plein suspense : Apolonio et ses hommes laisseront-t-ils Tristán et son père s’échapper ?

(par Philippe LEBAS)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

🛒 Acheter


Code EAN : 9782754816564

[1Marie-Blanche Requejo Carrio, dans l’article approfondi qu’elle consacre à ce roman graphique dans la revue L’Âge d’or, rapproche aussi ce fond noir des faire-part de décès [https://journals.openedition.org/agedor/6247]. On renvoie tous les curieux à la lecture de ce bel article.

Le Chant des Asturies Futuropolis ✏️ Alfonso Zapico à partir de 17 ans
 
CONTENUS SPONSORISÉS  
PAR Philippe LEBAS  
A LIRE AUSSI  
Albums  
Derniers commentaires  
Agenda BD  
Abonnement ne pouvait pas être enregistré. Essayez à nouveau.
Abonnement newsletter confirmé.

Newsletter ActuaBD