Margaux Motin ("Le Printemps suivant") : "Pour mes lectrices, mon personnage c’est la copine d’à côté"

28 décembre 2020 3
  • Quoi de neuf chez Margaux Motin ? Cela faisait sept ans qu'elle n'avait plus publié d'album. Depuis "La Tectonique des plaques", sa précédente BD parue chez Delcourt, l'illustratrice avait quitté Paris pour vivre avec son compagnon, Pacco, au Pays basque. Elle est néanmoins restée très active professionnellement grâce à l'illustration et les réseaux sociaux où elle jouit d'une communauté forte de près de 320 000 abonnés sur Instragram. Elle est revenue à la BD cet automne avec la première partie du diptyque "Le Printemps suivant", un récit-charnière autant dans sa carrière de bédéiste que dans sa vie de femme.
Margaux Motin ("Le Printemps suivant") : "Pour mes lectrices, mon personnage c'est la copine d'à côté"
Le Printemps suivant T.1/2 : Vent lointain
Margaux Motin © Casterman

Pacco, pourquoi n’êtes-vous pas crédité en tant que coscénariste sur ce nouvel album, alors que vous l’avez coécrit ?

Pacco : Il y a deux raisons. La première raison c’est que la manière dont nous avons écrit cette histoire s’est faite sur la base d’échanges continus. Au départ, je ne me considérais pas comme coscénariste, j’assistais Margaux Motin dans son processus créatif mais de manière informelle, un peu comme un producteur dans la musique. La seconde raison est que Margaux est connue en tant qu’autrice et que cet album s’inscrit dans la continuité de ce qu’elle a fait jusqu’à maintenant. Cela faisait sept ans qu’elle n’avait plus sorti d’album et, pour son retour, je pense qu’il était important qu’elle capte toute la lumière, qu’elle signe et défende ce nouvel album. Ce diptyque n’est pas le bon projet et ce n’est pas non plus le bon moment pour moi d’être crédité dans son univers à elle.

Margaux Motin : Lorsque j’ai débuté ce diptyque, je travaillais d’abord seule puis Pacco s’est mis à me donner des coups de mains car comme dit l’adage : “Ensemble on va plus loin”. Mais nous n’avions rien formalisé.

Pacco : Nous travaillions comme des musiciens : nous avons notre groupe et nous cosignons les albums réalisés dans ce cadre-là ensemble, mais cela ne nous empêche pas de collaborer aux projets solo respectifs. Donc là, c’est l’album de Margaux. De la même manière, elle a réalisé la couverture de mon album Les Raspberry. Mais il est vrai que cet album nous confirme encore plus que nous sommes un binôme d’auteurs.

Margaux Motin, comment avez-vous conçu ce nouveau récit ?

Margaux : C’est la suite logique de mon précédent album La Tectonique des plaques (2013, éd. Delcourt) dans lequel mon personnage féminin quitte Paris pour rejoindre son amoureux qui vit en province. Je voulais donc raconter la suite, ils emménagent ensemble et essayent de construire une vie à deux. L’histoire est directement inspirée de notre vie mais elle est extrêmement romancée.

Votre histoire est découpée en saynètes qui, mises bout à bout, racontent le quotidien de vos personnages. Comment en êtes-vous arrivés à ce format de récit ?

Margaux : Structurellement, ce récit est prévu pour tenir en deux tomes avec des arcs de personnages, une évolution des personnages, une histoire au long cours. Pacco m’a vraiment encouragé à adopter ce nouveau format de récit car je faisais surtout des récits adaptés au format blog. Il était temps d’apporter de la nouveauté à mes lectrices en leur proposant un vrai récit de bande dessinée et de sortir ainsi du gag en une page.

Le Printemps suivant T.1/2 : Vent lointain
Margaux Motin © Casterman

Les caractères de vos personnages correspondent-ils vraiment aux vôtres dans la vraie vie ou est-ce que là aussi, c’est romancé ?

Margaux : Pacco est dans la vraie vie comme il est décrit dans la BD, oui, mais pas que. Parfois, il est aussi immature que mon personnage. Il peut être gamin et jouer à la bagarre et à d’autres moments être extrêmement posé. Il est très serein, très calme et gère les choses avec beaucoup de tact.

Malgré la distance que vous prenez dans ce récit, n’avez-vous pas parfois des questionnements en ce qui concerne vos enfants qui sont des personnages à part entière dans la BD ? Avez-vous eu des réticences à les mettre en scène ?

Margaux : Nous avons géré cela très simplement car elles ont l’habitude d’être mises en scène dans nos albums. C’est devenu quelque chose de très naturel pour nos filles. Ensuite, on ne se moque pas d’elles et elles sont surtout des personnages secondaires qui viennent soutenir le récit. D’ailleurs, nous leur demandons toujours leur avis avant de faire quoi que ce soit car aujourd’hui, elles sont adolescentes.

Au niveau du dessin, avez-vous aussi expérimenté de nouvelles choses ?

Margaux : Pour le dessin des personnages, non, c’est ma technique habituelle. En revanche, faire des décors est quelque chose de relativement nouveau pour moi car je n’en faisais pas beaucoup avant et pas de manière aussi poussée. Là, j’ai vraiment expérimenté des choses et j’ai pris un malin plaisir à dessiner les paysages de ma région d’adoption.

Mais ce récit n’a pas été prépublié sur vos réseaux sociaux, il me semble ?

Margaux : En effet. Hormis le dessin de couverture, rien n’a été publié sur mes réseaux. C’est une histoire totalement inédite.

Pacco : De toute façon, les prépublications ne fonctionnent plus sur Instagram car les gens veulent vraiment de la nouveauté. Et puis, c’est contre-productif car les lecteurs vont se demander pourquoi acheter l’album puisque les pages sont disponibles sur les réseaux sociaux ? Instagram nous permet de garder un contact avec notre audience, de tester des choses et de rester créatifs.

Parlez-nous de votre chaîne YouTube, vous avez lancé un nouveau format de vidéo depuis un moment.

Margaux : Effectivement, c’est un truc que l’on a lancé il y a quelques temps. Il s’agit des lives que nous faisions sur Instagram et que nous avons décidé d’adapter au format YouTube, surtout pour garder une trace de nos vidéos, à la demande de nos internautes. L’idée c’est d’être en contact avec nos followers pendant une heure ou une heure et demi, d’interagir avec eux en direct et de répondre à leurs questions. Parfois nos vidéos tournent autour d’un thème, d’autres fois nous accueillons un invité.

Pacco : Quand on remonte à l’origine de cette chaîne, on s’aperçoit qu’il y a beaucoup de vidéos de moi. Je testais des trucs dans mon coin puis Margaux m’a rapidement rejoint pour essayer des concepts à deux. Au début, c’était plus un rendez-vous apéro où on grignotait et on picolait mais nous avons fait évoluer le concept vers des choses un peu plus intéressantes. Ces vidéos nous ont appris à mieux parler en public. Mais cette chaîne n’est pas notre priorité car nous avons un emploi du temps surchargé. Cette activité est et doit rester une bulle de respiration.

Margaux : L’idée, c’est d’ouvrir les champs des possibles. On sait dessiner, on sait raconter des histoires. Là, on a appris à se mettre en scène, à parler devant une caméra et à concevoir des shows en live.

À travers la mise en scène de votre quotidien, vous interrogez la place que l’on laisse à l’autre dans le couple. Nous vivons une époque qui a été marquée par #MeToo et il est primordial que les femmes occupent une place égale à celle des hommes. Dans le même temps, les hommes doivent aussi redéfinir leur place et leur rôle au sein du couple et de la famille car l’autonomie financière acquise par les femmes -et c’est une très bonne chose- a rendu obsolète une certaine vision du père qui pourvoit seul aux besoins de son foyer. Qu’en pensez-vous ?

Margaux : Notre BD n’a pas pour objectif d’être une critique du couple en général, c’est plutôt une observation de notre fonctionnement. Cela fait écho à la question que l’on se pose lorsque l’on se met en couple avec quelqu’un, et qui s’est posée pour nous : tu viens avec ton individualité, ton passé, tes goûts, tes blessures et tu vas devoir faire cohabiter tout ça avec une autre individualité. Sur quoi seras-tu OK de lâcher, que vas-tu garder et quelles seront tes nouvelles priorités ? Qui es-tu dans le couple ? Quelles sont les choses que vous avez en commun toi et ton/ta conjoint.e ? Et c’est un peu ce qu’il se passe à la fin du récit du premier tome : mon personnage a forcé pour que les choses se passent comme ELLE l’entend et il va vraiment falloir qu’elle se questionne. Pourquoi se comporte-t-elle comme ça et quelle place laisse-t-elle au couple finalement ?

Pacco : Nous, nous sommes dans une modernité. On ne parle pas du Moyen Âge, on parle de ce que l’on vit nous. Donc, évidemment on vit au rythme de notre civilisation, à notre époque. Il y a des bouleversements dans les rôles de l’homme et de la femme et nous les vivons aussi dans notre couple. Mais il ne s’agit pas de tenir un discours militant ou dogmatique, notre métier est avant tout de faire du divertissement.

Margaux : Voilà, c’était ça notre note d’intention, proposer un récit divertissant qui soit à la fois dense et facile à lire, sans pour autant être simpliste. Pour mes lectrices, mon personnage, c’est la copine d’à côté.

Pacco : On puise notre inspiration dans notre quotidien, sur les réseaux sociaux, sur Netflix (plus à la télé, hein). On se sent comme des gamins dans nos têtes alors que nous sommes des adultes et des parents responsables (rires).

Quand aurons-nous la fin de ce diptyque ?

Margaux : La suite est prévue pour 2022. Nous bossons dessus actuellement, sur le scénario et la structure du récit, puis j’attaquerai le dessin.

Le Printemps suivant T.1/2 : Vent lointain
Margaux Motin © Casterman

Voir en ligne : Découvrez cet album sur le site des éditions Casterman

(par Christian MISSIA DIO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander cet album:

BDFugue FNAC Amazon

En médaillon : Pacco & Margaux Motin
Photo © Christian Missia Dio

Dessin du logo © Margaux Motin

À lire sur ActuaBD :

Le Printemps suivant T.1/2 : Vent lointain, par Margaux Motin - éditions Casterman. Album paru le 7 octobre 2020. 144 pages, 20 euros.

- Commander cet album sur Amazon ou à la FNAC

Suivez Margaux Motin sur son site web, sur Instagram et sur Facebook

Suivez Pacco sur Facebook et sur Instagram

 
Participez à la discussion
3 Messages :