Olivier Grenson : "64_Page doit devenir la nouvelle Carte blanche des années 2000"

7 septembre 2015 1 commentaire
  • "Il faut bien commencer quelque part", c'est ce que sont dit les initiateurs de la revue 64_Page, un projet lancé pour encourager les jeunes auteurs à publier leurs œuvres. Afin de soutenir leur initiative, le Centre Belge de la Bande Dessinée expose durant tout ce mois de septembre les travaux de ces artistes en devenir. Le dessinateur de "Niklos Koda",Olivier Grenson, est l'un des initiateurs du projet. Il a bien voulu revenir pour nous sur la genèse de sa revue.

Olivier Grenson, vous êtes l’un des initiateurs de la revue 64_Page. Pouvez-vous nous présenter les autres membres de l’équipe ?

Nous sommes quatre fondateurs : Philippe Decloux, Vincent Baudoux et Robert Nahum, notre partenaire des Éditions 180 degrés qui édite également notre revue. Quant à moi, je m’occupe surtout de la partie recrutement des jeunes auteurs, même si il n’y a pas vraiment de répartition des rôles.

Notre objectif est de repérer et de mettre en avant des jeunes auteurs, encore étudiants ou qui n’ont pas encore publié. Nous souhaitons leur donner l’occasion de publier sur le support papier car aujourd’hui, la plupart des jeunes et moins jeunes auteurs possèdent des blogs ou des pages Facebook, mais j’estime que publier sur du papier oriente le regard que l’on porte sur la bande dessinée et cela permet une meilleure auto-critique.

Je trouve intéressant que des jeunes se fassent publier alors qu’ils sont encore en apprentissage car cela constitue à mon sens une excellente expérience pour leur parcours de formation. Avant, il existait de nombreuses revues comme Spirou, Tintin, Pilote ou même (À Suivre) qui permettaient aux jeunes auteurs de se faire la main en publiant des histoires courtes. C’est important aussi de travailler en “court métrage”.

À l’époque dans Spirou, il existait la Carte blanche qui était un passage mythique pour tout jeune auteur plus ou moins confirmé. Malheureusement, toutes ces revues ont disparu aujourd’hui à l’exception de Spirou. Ce que nous faisons avec 64_Page c’est de donner à ces jeunes auteurs une carte blanche. Par contre, nous ne voulons pas faire de notre revue un catalogue de toute une série de jeunes auteurs qui sortent des écoles. Dans chaque numéro de 64_Page, nous ne ciblerons que quatre tendances et ce sont des récits graphiques et pas toujours de la bande dessinée. C’est vrai que la frontière est très ténue entre les deux disciplines mais c’est aussi ça qui est intéressant avec notre revue.

Olivier Grenson : "64_Page doit devenir la nouvelle Carte blanche des années 2000"
Patrice Reglat Vizzavona (c) 64_Page

64_Page est organisé en deux parties : la première est réservée aux jeunes auteurs et la seconde partie est constituée de rédactionnel alimenté par des auteurs beaucoup plus confirmés ou un auteur-découverte, une personne que nous estimons avoir un fort potentiel ou qui est incontournable. Nous proposerons aussi quelques articles traitant des sorties du moment. Enfin, c’est aussi un moyen pour nous de rester au plus près des nouvelles tendances dans la bande dessinée.

Quelles sont ces tendances ?

Elles ne s’expliquent pas, il n’y a pas de tendances qui sont définies au départ. Pour chaque numéro, nous essayons de sélectionner des auteurs suffisamment différents dans leur manière de raconter une histoire, dans leur approche graphique et dans leur manière de découper un récit afin de donner au lecteur un aperçu de la diversité qui existe dans notre médium.

Avez-vous fixé un nombre de pages précis pour les récits proposés dans 64_Page ou est-ce que cela reste au choix des auteurs ?

C’est assez libre mais nous essayons de calibrer le tout afin que cela rentre dans les trente-deux pages que nous allouons aux jeunes auteurs. Disons que cela oscille entre quatre et dix pages.

Maximilien Planchon (c) 64_Page

La revue 64_Page est assez attractive au niveau de l’aspect. Vous avez utilisé un papier beaucoup plus qualitatif que celui qui est utilisé pour l’impression des revues habituellement.

Effectivement, nous voulions avoir un impact au niveau de l’impression. Nous nous sommes faits plaisir car nous voulions différencier notre projet des fanzines car il en existe énormément. C’est l’une des premières choses que font les jeunes auteurs : ils se regroupent en atelier et créent un fanzine. Ils sont au courant des difficultés du monde de l’édition et ils prennent les choses en main en s’autoéditant. Nous voulions aussi permettre à ces jeunes que nous accueillons de leur donner un aperçu de l’exigence qu’il faut pour une bonne mise en page : nous demandons un autoportrait, une note d’intention ou quelque chose s’y approchant, une petite autobiographie. Il y a toute une série d’éléments qui montre qu’il y a de l’exigence à la base.

Qu’en est-il de la distribution de 64_Page ?

C’est le point noir de notre projet. Au départ, nous voulions être diffusés chez MDS mais c’est cher. Nous avons un tirage de deux mille exemplaires, mais je dois bien reconnaitre que nous sommes mal diffusés.

On peut trouver la revue dans des librairies bruxelloises, nous avons un site Internet et nous proposons des abonnements. Nous avançons pas à pas. Nous avons réalisé quatre numéros et nous proposons depuis ce mois-ci une exposition au CBBD.

Comment se passe la sélection des candidats ? Quelle est la marche à suivre pour se faire publier dans votre revue ?

Pour l’instant, c’est beaucoup le bouche à oreille, mais nous comptons sur les sites tels qu’ActuaBD.com et les blogs pour faire notre publicité. Je parle aussi de 64_Page à mes étudiants de l’ERG (École de Recherche Graphique, une école supérieure d’art située à Bruxelles). Nous essayons aussi de toucher des jeunes en France ou en Italie, car nous aimerions que notre projet devienne international.

Expo CBBD : Noces de Papier - 23 jeunes auteurs de 64_page exposent pour la première fois au Centre Belge de la Bande Dessinée
Du 1/09 au 11/10/2015

Voir en ligne : Le site de 64_Page

(par Christian MISSIA DIO)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Expo Noces de Papier : 23 jeunes auteurs de 64_page exposent pour la première fois au Centre Belge de la Bande Dessinée

Du 1er septembre au 11 octobre 2015

Centre Belge de la Bande Dessinée - Musée Bruxelles
Rue des Sables 20
1000 Bruxelles
Tél. : + 32 (0)2 219 19 80
Fax : + 32 (0)2 219 23 76
visit@cbbd.be

À lire sur ActuaBD.com :
64_Page, une nouvelle revue belge de BD

Visitez le blog d’Olivier Grenson

 
Participez à la discussion
1 Message :
  • Excellente initiative que celle-ci ! Mais le problème de l’accessibilité de la revue à des lecteurs français doit être réglé pour assurer sa viabilité. Que MDS soit trop cher, je peux le comprendre, mais il y a encore quelques diffuseurs alternatifs en France, Makassar par exemple sur Paris 20. Sinon, il reste la possibilité d’aller voir les libraires importants, à Paris et en province, et de travailler en direct avec eux (réseau Album, etc). Sans oublier les services d’amazon si tout ce petit monde se montre trop frileux !!

    Répondre à ce message