Perles Rares - Les Femmes en Blanc N°23 - Bercovici et Cauvin - Dupuis

5 novembre 2002 0 commentaire
  • Vous connaissez la blague du gars qui doit se faire opérer de la jambe droite, et c'est la gauche que le chirurgien charcute ? Oui? Vous aimez ? Alors ce vingt-troisième album des Femmes en Blanc est pour vous!

Si vous aimez rendre service aux autres sans rien recevoir en retour, si vous perdez toute notion du temps dès qu’il s’agit de travailler, si vous craignez qu’un trop gros salaire vous déforme les poches, si vous aimez vous faire houspiller par votre patron comme par vos clients, si vous ne manquez pas de patience avec les patients, alors n’hésitez plus, rejoignez la noble famille des infirmières ! Mais on vous aura prévenues : tout n’est pas toujours rose chez les femmes en blanc.

Bercovici et Cauvin mériteraient pour le moins d’être élus présidents d’honneur d’un syndicat d’infirmières, tant ils font pour la défense de leur cause. Dans ce nouveau manifeste, toujours à travers le spectre de l’humour, Cauvin (à la plume) passe aux rayons X les petits soucis et les grandes galères de nos amies les infirmières ; Bercovici (au pinceau) taille au scalpel un costard à leurs bourreaux, les médecins et leurs patients. Depuis le CD-Rom offert avec le précédent album, leurs relations avec le corps médical se sont encore renforcées. À présent, ils ont même un lien direct grâce à l’internet

(par JLM)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Vingt-trois : c’est le nombre d’albums de Tintin qu’Hergé aura créés en à peu près cinquante ans. Mais quand Bercovici, l’homme qui dessine plus vite que son ombre, s’associe à Cauvin, l’homme qui écrit plus vite que son ombre, il ne faut qu’une vingtaine d’années pour sortir vingt-trois albums. Et c’est d’autant plus remarquable que Bercovici dessine aussi en parallèle, entre autres, des séries comme Le Boss ou Cactus Club. Perles Rares est donc le dernier opus en date de la série des Femmes en Blanc, et on y retrouve des gags en une planche et des petits récits de la même veine – c’est logique pour des histoires d’infirmières - que dans les précédents albums. Ceux qui ont aimé les vingt-deux premiers trouveront donc leur bonheur intact dans cette nouvelle livraison.

Lire un extrait

  Un commentaire ?