Philippe Labaune, Art9 à New-York « De la pédagogie pour le public américain »

24 janvier 2020 2 commentaires
  • La bande dessinée européenne s'introduit dans le marché de l’art américain. Français installé aux USA depuis trente ans, Philippe Labaune a fondé la société Art9 (prononcer « Art Nine ») pour lancer « Line and Frame » (trait et case), une exposition-vente annuelle au cœur du quartier des galeries de Manhattan. Une première aux États-Unis.

Y-a-t-il des collectionneurs américains intéressés par la BD européenne ?

Ils existent, mais ils souvent intéressés par un seul courant, notamment les amateurs des débuts de Métal Hurlant, Moebius, Druillet ou par ailleurs, Mézières… Des collectionneurs comme Spielberg et George Lucas ont eu une influence importante pour la reconnaissance de cette période de la BD européenne. Il reste cependant un gros travail pour promouvoir l’ensemble. Ma communication invite à cette découverte avec cinquante artistes et soixante-dix ans d’art de la bande dessinée réunis. Nous allons montrer des auteurs et des univers aussi divers qu’Hergé, Florence Cestac, Liberatore, Olivier Vatine, Nicolas de Crecy, Killofer,…

Philippe Labaune, Art9 à New-York « De la pédagogie pour le public américain »
“Vertebrati Couple II”, une toile par Bilal pour visuel de l’affiche de « Line and Frame »
© Enki Bilal

Quel parcours vous a mené à organiser cette première exposition-vente aux USA ?

Tintin, Alix, Bob Morane,… ont nourri ma jeunesse. Pendant une enfance compliquée, la bande dessinée était mon refuge où je pouvais entrer et ressortir quand je voulais et comme je voulais. Quel autre médium permet autant de relectures ? Arrivé aux États-Unis, j’ai continué à suivre son actualité par les magazines et à collectionner les albums que je pouvais récupérer. Et quand j’ai commencé à bien gagner ma vie, je suis allé vers les originaux. Après avoir cessé mon ancienne activité professionnelle, j’ai voulu produire une première exposition modeste. J’ai d’abord démarché les institutions francophones qui m’ont incité à relever mon ambition pour mieux accompagner L’Année de la BD, BD2020.

Comment répondent vos contacts américains ?

Les gens sont très intéressés, mais je sais que vais devoir déployer beaucoup de pédagogie pour le public américain. En France, Belgique, Espagne, Italie,… il existe des galeries spécialisées. Ici, cet aspect de la bande dessinée, sa considération en tant que « 9e art », sont peu connus. Les ventes d’originaux de comics ont lieu le plus souvent en conventions ou sur le Net. Aussi, j’accompagne l’exposition d’un programme de conférences et d’animations, certaines pour les enfants, afin de bien expliquer les différentes cultures de la bande dessinée.

Le Fluide de New-York
© DR

Auprès de qui avez-vous trouvé les pièces réunies par Line and Frame ?

Pour couvrir 70 ans de bandes dessinées avec des auteurs majeurs, j’ai d’abord contacté un grand collectionneur belge, afin de pouvoir exposer Tintin, un personnage connu et apprécié par beaucoup ici. Grâce à ce collectionneur nous allons montrer une planche originale d’Hergé en deux versions, l’une crayonnée et l’autre encrée. Elle provient des Bijoux de la Castafiore, un de mes albums-fétiches. Ensuite, j’ai fait le tour de mes autres amis collectionneurs et j’ai contacté directement des artistes. Certaines galeries en Europe ont bien voulu participer à notre initiative en nous confiant quelques pièces.

Avec quelles galeries collaborez-vous ?

Je me suis rendu compte des forts antagonismes de ce milieu sur le vieux continent. Vivant en Amérique, je suis loin des tensions du marché européen et je voudrais qu’il en reste ainsi. Aussi je préfère garder pour moi cette information.

Exposez-vous des auteurs qui ne sont pas publiés en anglais ?

Line and frame est une exposition de bande dessinée mais aussi d’art. Si certains auteurs exposés sont déjà publiés et connus en Amérique, tant mieux. Mais mon but est aussi d’introduire des artistes dont la renommée n’est pas établie ici : Franquin, Gotlib, Margerin ou Vance et d’en parler avec des gens qui ne connaissent pas du tout le 9e art.

En ce sens, outre les planches, j’expose également des illustrations ou des couvertures. J’ai l’impression qu’un artiste de bande dessinée trouve une nouvelle énergie quand il est libéré des contraintes de l’agencement d’une planche en cases.

Il faut que les pièces présentes attirent l’œil, intriguent le visiteur. Ensuite, nous pouvons lui expliquer leurs origines et la personnalité de l’auteur. Ainsi, pour chacun, je tâche de présenter les deux types d’œuvres : planche et illustration.

Nous cherchons par ailleurs à promouvoir de jeunes artistes. Mathieu Bablet, par exemple, est très peu publié en anglais, nous trouvons cependant important qu’il participe à notre exposition. Le contact avec lui s’est opéré avec les encouragements d’Olivier Vatine.

Danese-Corey, sur la 22e rue, accueillera « Line and Frame » du 27 février au 14 mars 2020.
© DR

Comment avez-vous trouvé une galerie partante pour l’aventure ?

Parmi les vingt-cinq galeries les plus connues à New-York, Danese-Corey s’est montrée tout de suite intéressée. Il y a quelque mois la cartoonist Roz Chast y avait été exposée avec succès. C’est un lieu superbe de 300 m², connu pour ses choix éclectiques.

Les cotes que vous allez proposer sont-elles différentes de celles du marché européen ?

J’essaye de maintenir les mêmes cotes. Si je réalise des ventes surestimées, ça ne marchera qu’une fois, les collectionneurs iront ensuite sur Internet. À l’inverse, certains auteurs avec qui je travaille sont prêts à proposer leurs œuvres dans le bas de leur tableau, mais il n’est pas question de les déprécier.

Trois versions de Corto
© Hugo Pratt - © Sorel - © Mézières et Christin

Qui soutient votre initiative ?

L’Organisation International de la Francophonie, le Consulat de France et de Belgique, Albertine, la librairie francophone de New-York, … La plate-forme en ligne Europe comics nous aide également pour la communication. Enfin, nous bénéficions également de l’avis et de la culture de Bill Kartalopoulos, notre Program Director. Bill a été l’assistant d’Art Spiegelman pendant plusieurs années, c’est un spécialiste des Comix Underground, éditeur et enseignant de l’histoire de la BD.

Hommage à Frank Lloyd Wright, l’architecte du Musée Gugenheim par François Schuiten.
© Schuiten

Et les éditeurs francophones ?

Pas pour l’instant

Des auteurs européens seront-ils présents physiquement ?

Grâce à la représentation de la Fédération Wallonie Bruxelles et au Consulat de Belgique, François Schuiten sera parmi nous. Lors d’une soirée spéciale, il expliquera comment il a créé les Cités obscures avec Benoît Peeters et il évoquera Blake et Mortimer qui n’est pas publié aux États-Unis actuellement. Comme nous en avons discuté tout à l’heure, certains viendront voir l’exposition parce qu’ils connaissent ces bandes dessinées et veulent admirer les originaux, il faut cependant que cela marche dans les deux sens, je crois qu’en montrant l’œuvre originale à un public néophyte, celui-ci peut ensuite s’intéresser au livre.

Voir en ligne : Le site d’Art9

(par Laurent Melikian)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Art 9 présentera "Line and Frame" pendant le FIBD, le vendredi 31 mai à 10h00 au Marché International des droits

 
Participez à la discussion
2 Messages :
  • Excellente initiative ! Je vous souhaite un grand succès pour cette première, en espérant bien que vous remettiez le couvert les années suivantes.
    Et surtout ce serait intéressant d’avoir votre feed back après cette première expo-vente !

    Répondre à ce message

    • Répondu par Philippe Labaune le 9 février à  19:18 :

      Merci beaucoup, je suis tres curieux moi-meme de voir comment l’expo va marcher. Heureusement j’ai des partenaires solides tels que le Consulat Belge, Wallonie-Bruxelles, les Services Culturels de l’Ambassade de France et Europe Comics pour n’en nommer que certains...mais honnetement a moins de 3 semaines du Vernissage...je ne dors pas tres bien. En tout cas, je suis heureux de vivre cette aventure formidable.

      Répondre à ce message