Saint Seiya – The Lost Canvas – T24 & 25 – Par Shiori Teshirogi et Masami Kurumada - Kurokawa

11 novembre 2012 0 commentaire
  • Yoma, spectre de Méphistophélès, se révèle être le dieu Kairos, celui qui a tout manigancé depuis l’origine. Tandis que le Chevalier des Gémeaux réapparaît pour mettre fin aux ambitions du dieu, Sacha, Tenma et Alone s’affrontent une dernière fois pour sceller le sort de cette Guerre.

Saint Seiya – The Lost Canvas est une préquelle de la série culte de Masami Kurumada, composée sous sa houlette par Shiori Teshirogi. L’action se situe lors de la précédente Guerre Sainte entre Athéna et Hadès, au XVIIIe siècle. Cette série a débuté en parallèle d’une autre, Next Dimension, racontant la même Guerre Sainte, assurée par Kurumada lui-même, et dont la publication court encore, de manière chaotique. La version de Teshirogi prend fin avec ces volumes 24 et 25 et constitue un très bel héritage, bien plus qu’un hommage, de la série culte des années 1980.

Deux affrontements constituent le final original de la série, avant l’épilogue attendu consacré à Shion et Dohko et devant faire transition avec la série d’origine. Ils bouclent les fils narratifs originaux mis en place par Teshirogi : l’arrière-fond divin d’une part, la relation entre Sacha, Tenma et Alone d’autre part.

Saint Seiya – The Lost Canvas – T24 & 25 – Par Shiori Teshirogi et Masami Kurumada - Kurokawa

Le premier met aux prises deux déchus, deux traîtres, deux frère indignes : Kairos banni de l’Olympe par son frère Chronos et Aspros rejeté par le Sanctuaire pour avoir instrumentalisé son frère Deuteros dans sa quête de pouvoir. Le lien thématique est fort et dramatise un combat sous le signe de l’espace et du temps.

Le second concerne le trio de héros, humains, reléguant à l’arrière-plan l’opposition annoncée entre Pégase, Athéna et Hadès. Ce final permet de dire au revoir aux différents personnages qui ont participé à la série, convoqués de diverses manières. Surtout, par le biais du trio, il offre une relecture complète de la mythologie de Saint Seiya en proposant un contenu et une perspective originaux, propres à Teshirogi.

Saint Seiya – The Lost Canvas – T25 – par Shiori Teshirogi et Masami Kurumada - Kurokawa

L’ensemble est très émouvant pour qui a suivi cette série et la brillante réappropriation d’un univers que l’on pouvait penser figé ou sclérosé. Plusieurs Gold Saints réinventés par la mangaka ont su aisément s’imposer sur ceux de la première série (pensons à Manigoldo du Cancer), les développements originaux ont accordé un nouveau souffle à une intrigue que l’on craignait linéaire, certains passages, comme le combat entre Rhadamanthe et Regulus, sont d’anthologie, et de nombreux personnages de franches réussites (Kagaho du Bénou, les jumeaux Sage et Hakurei, Pandora, etc.).

Au final, Teshirogi est parvenue à façonner une véritable création sur un canevas donné, à épaissir et vivifier la mythologie de Saint Seiya. C’est une œuvre à part entière qui s’est peu à peu, discrètement, constituée : à mesure même qu’Alone, sans que nul ne s’en doute, en peignant sa toile, le Lost Canvas, réinventait le mythe d’Hadès, Teshirogi réinventait celui de Kurumada, prouvant s’il en est besoin que les exercices à contraintes peuvent se révéler extrêmement fructueux.

Saint Seiya – The Lost Canvas – T25 – par Shiori Teshirogi et Masami Kurumada - Kurokawa

(par Aurélien Pigeat)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Commander le Volume 24 de Saint Seiya - The Lost Canvas sur Amazon ou à la FNAC

Et le volume 25 sur Amazon ou à la FNAC

  Un commentaire ?