Tony Corso - T3 : La fortune de Warren Bullet - par Olivier Berlion - Dargaud

15 juin 2006 0 commentaire
  • Cette fois-ci, le passé du détective privé a un lien direct avec son enquête. Les dialogues sont une fois de plus truculents et rendent cette série très plaisante.

Le fils du milliardaire Warren Bullet a été kidnappé. Chargé de l’affaire, Tony Corso comprend très vite que les affaires de son commanditaire ont un parfum de fraude fiscale. Il part au Belize (ex-Honduras britannique) avec son copain Madgid sur les traces du rejeton disparu...

Pour ce troisième tome, le héros quitte sa Côte d’Azur pour un pays imaginaire d’Amérique centrale. L’intrigue imaginée par Olivier Berlion tient bien la route malgré son classicisme (un kidnapping, une demande de rançon, une magouille politico-financière...). C’est sans doute grâce au cynisme et à l’humour décalé qui caractérisent le "Magnum de la Riviera". Le point fort de la série ? Un héros, sûr de lui, pince sans rire, qui balance des répliques aussi précises que les balles d’un tueur à gages. L’auteur s’avère décidément un très bon dialoguiste.

Le passé de Corso ressurgit et se mêle à l’histoire. Ce principe ne pourra pas être utilisé à chaque fois et il sera donc intéressant d’observer l’évolution que l’auteur donnera à la série.
Le trait réaliste et le découpage efficace complètent le tableau du savoir-faire d’Olivier Berlion. Une seule pinaille : une bulle couvre partiellement le visage de Corso (planche 10). La mise en forme du texte laisse supposer d’une erreur d’impression...

La Fortune de Warren Bullet est une aventure palpitante pleine de charme. Du bon boulot...

(par Laurent Boileau)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

  Un commentaire ?