Une avalanche d’intégrales (2/3)

3 janvier 2015 13 commentaires
  • Après Casterman et le programme chargé de Dargaud, prolongeons ce tour d'horizon des intégrales infernales avec Dupuis qui défend sa place de leader : privilégiant l'aspect patrimonial, la maison de Marcinelle rappelle la place occupée par Jidéhem dans l’École de Marcinelle, sans oublier Salvérius, Cauvin et les autres grands auteurs qui ont contribué à forger leur catalogue. Et puis Franquin, évidemment.

Une avalanche d'intégrales (2/3)Le rapport Ratier / ACBD 2014 le signale : le catalogue patrimonial a fait un bond significatif en 2014 : 1058 reprises d’albums ont été publiées en 2014 contre 880 en 2013, soit +17%, dont 334 intégrales (contre 272 en 2013), en progression, elles, de +19%. La nostalgie est en croissance ! "Ces publications ont l’avantage de remettre en place, sous une forme nouvelle, des titres classiques dont les rotations étaient devenues insuffisantes. Ces nouvelles formes valorisantes ont le double avantage de conforter les marques intergénérationnelles des catalogues, souvent la propriété des éditeurs, tout en confortant les marges grâce à un fonds d’édition amorti depuis des années" analyse Gilles Ratier.

Ce n’est pas la seule raison : à l’international, le format "Graphic Novel" appelle des unités de lecture comportant un grand nombre de pages et cela a du sens de piocher dans les longues séries patrimoniales qui comportent parfois plusieurs milliers de pages. Ces bandes dessinées sont en outre lisibles, "grand public" et, du fait de leur ancienneté, comportent rarement un thème dérangeant ou choquant. De plus en plus d’intégrales servent même de tête de pont pour la traduction de nos bandes dessinées à l’étranger, ce qui motive nos éditeurs à en publier.

Poursuivons notre tour d’horizon de ce phénomène de l’année 2014.

Mis à part quelques cycles de séries telles que La Geste des Chevaliers Dragons ou Marie des Dragons chez Soleil, ainsi qu’Histoire secrète et Hauteville House dans sa propre maison, Guy Delcourt semble peu intéressé par la publication d’intégrales. Si l’on se souvient que le recueil du premier cycle d’Universal War One proposait bien des inédits, les intégrales actuelles de cet éditeur se contentent bien souvent d’aligner les tomes parus quelques années auparavant, sans fioriture complémentaire.

On partage un tout autre point de vue chez Média-Participations, notamment dans leurs filiales Dupuis et Le Lombard qui possèdent chacun plus de soixante années de catalogue à leur disposition.

À tout seigneur, tout honneur : voyons comment Dupuis défend cette année sa place de leader dans le domaine des intégrales, notamment grâce à ses minutieux et copieux dossiers de présentation.

Sous la bannière de l’École de Marcinelle, le vocable « Patrimoine » n’est pas un vain mot. Il touche même les nouvelles séries : ainsi, les intégrales de La Mémoire de l’eau et d’Esteban viennent de paraître, cette dernière est d’ailleurs complétée de quelques très beaux dessins de Mathieu Bonhomme.

Mais notre regard se porte naturellement sur l’accompagnement critique et historique que Dupuis se met un point d’honneur soigner.

Jidéhem à l’honneur

Véritable pilier de l’éditeur carolorégien, Jidéhem continue d’être mis à l’honneur ! Après les précédentes Chroniques de Starter et la réussite des deux premières intégrales de Sophie, deux nouveaux volumes dans chacun de ces univers voisins ont paru voici quelques semaines. Une fois de plus, Dupuis soigne autant la forme que le fond !

Le dossier signé par les spécialistes de Spirou Pissavy-Yvernault alterne les illustrations (suppléments du journal et photos d’époque) ainsi que les anecdotes concernant la série Sophie. Mais également les collaborations que Jidéhem continuait à honorer avec d’autres dessinateurs : avec Franquin sur Spirou et Fantasio et bien entendu sur Gaston, mais aussi avec Roba et sa Ribambelle, Walthéry et Natacha, Peyo et ses Schtroumpfs, Benoît Brisefer, etc.

Cette introduction permet d’imaginer le climat de travail de cette période, pendant laquelle le Journal de Spirou semblait d’un bloc, infaillible. Mais une nouvelle génération d’auteurs va venir modifier positivement tout cela avec l’arrivée d’un nouveau rédacteur en chef : Thierry Martens.

Cette évocation de la fin des Golden Sixties et du début des années 1970 permet d’aborder les nouveaux personnages qui débutent dans Spirou, mais aussi l’indépendance que commence à acquérir Jidéhem à ce moment-là. Nos spécialistes expliquent comment étaient composés les albums que Dupuis mettait en librairie, avec des compléments disparates pour compléter la pagination et atteindre le sempiternel format de 48 pages, au dépend, bien souvent, de la chronologie. C’est qu’en ce temps-là, les auteurs s’effaçaient devant leurs séries...

Starter Vol. 4 - 60 Chroniques insolites - Par Jidéhem - Dupuis

Heureusement, cette intégrale y met bon ordre, car comme précédemment, chaque récit rappelle sa double origine, à savoir sa parution dans le journal et celle, plus aléatoire, en album. Pour documenter ce dossier, on retrouve bien évidemment le matériel éditorial qui accompagnait ces publications : couvertures, illustrations tirées du Journal de Spirou et autre rédactionnel comme par exemple ce superbe roman-photo additionné de dessins, dans lequel l’auteur met en scène aux côtés de son héroïne sa passion des voitures ! Ces intégrales sont certainement ce qu’on fait de mieux dans le genre !

La passion automobile de Jidéhem est d’ailleurs le fil rouge de ces publications, car ce dessinateur prolifique alimenta des années durant, on le sait, les Chroniques de Starter, après avoir fait vivre de vraies aventures à ce héros. Jidéhem avait déjà réédité deux volumes de ces chroniques dans les années 1990 à La Sirène, et avait prolongé ce travail patrimonial en publiant l’année dernière 60 Populaires de Starter chez Dupuis en rééditant les tomes précédents. C’est aujourd’hui un quatrième volume intitulé 60 Chroniques insolites qui vient de paraître.

Après que la rubrique ait été mise au placard du Journal de Spirou par ses rédacteurs dans les années 1970, Auto Journal avait rappelé Jidéhem pour lui demander de signer une nouvelle série de chroniques dans les années 1990. Rassemblées dans ce recueil, elles proposent aussi bien des chroniques sur les voitures contemporaines que quelques allusions à des chroniques réalisées des dizaines d’années plus tôt !

Entre souvenirs et innovations, Starter réalise des ponts entre les époques de l’automobile

L'édition commentée de "La Mauvaise Tête" de Franquin - Ed. Dupuis / NiffleFranquin, Cauvin, et les autres

Pour les amateurs de petits trésors, une quatrième édition dédiée à Franquin et commentée par Hugues Dayez vient de paraître consacré à son album de Spirou et Fantasio : La Mauvaise Tête. Le découpage systématique en demi-planches confère au format spécial de l’album tout son sens : davantage encore que dans les trois albums précédents, les planches sont agrandies, et comme les cases ont été restaurées, on profite de chaque détail avec un regard neuf et énormément de plaisir.

Les commentaires éclairés de Dayez complètent admirablement cette lecture : l’alternance d’explications biographiques, graphiques et de références au polar (le style de récit que Franquin voulait privilégier dans cet album) fonctionne une nouvelle fois avec beaucoup d’efficacité. On se réjouit d’apprendre que cette collection 50/60 va se prolonger au-delà des quatre premiers titres précédemment annoncés ; le prochain sera d’ailleurs consacré à Macherot avec son Chaminou et le Khrompire (mars 2015).

L'intégrale Tuniques bleues entame sa chevauchée fantastique (Ed. Dupuis)Toujours chez Dupuis, il faut signaler le début d’un nouveau cycle d’intégrales qui fera date : celle des Tuniques Bleues dont nous vous avons déjà parlé avec enthousiasme.

Ce premier volume revient une fois de plus dans les coulisses de la création. L’analyse ultra-minutieuse de Patrick Gaumer rappelle que ce western était censé remplacer Lucky Luke parti galoper à la concurrence. Mais on se rend à compte à la lecture du dossier qu’on savait finalement très peu de choses sur Salvérius . Gaumer rétablit enfin le cours de l’histoire, mais dispense également des petites perles qui étaient une fois de plus disséminées dans la mémoire du journal : couvertures, gags inédits, illustrations pour des posters, deux mini-récits, des photos d’époque, etc. Une cinquantaine de pages de dossier précède les planches dessinées par Salvérius, publiées ici par ordre chronologique de réalisation. Une fois de plus, le soin et la rigueur sont au rendez-vous.

Concluons cette étape du parcours pour signaler que 2015 sera encore chargée d’intégrales chez Dupuis : outre le premier tome de l’intégrale du Gang Mazda, l’éditeur de Marcinelle fait revenir en force deux albums mythiques et introuvables, les Valhardi I et II signés par Jean Doisy et Jijé. Les aventures de cet enquêteur pour compagnies d’assurance regrouperont les années 1941-1946. Alors que le Gang Mazda joue sur la corde de la nostalgie de lecteurs aujourd’hui quinquagénaires qui ont connu ces bandes dessinées dans leur enfance, la série Valhardi capitalise sur le nom de Jijé devenu un classique incontournable de l’âge d’or la bande dessinée belge. Comment y résister ?

(par Charles-Louis Detournay)

Cet article reste la propriété de son auteur et ne peut être reproduit sans son autorisation.

Concernant cette même thématique, lire :
- la première partie de ce tour d’horizon,
- La nouveauté encombrante des vieilles choses
- Pour Noël, que peut-on offrir à un collectionneur ?
- Les Meilleurs de Sophie
- Les intégrales Dargaud-Lombard rattrapent leur retard sur Dupuis

Commander :
> Chez Soleil :
- l’intégrale de la Geste des Chevaliers Dragons (tome 9 à 12) chez Amazon ou à la FNAC
- l’intégrale de Marie des Dragons chez Amazon ou à la FNAC

> Chez Delcourt :
- l’intégrale d’Hauteville House (T5 à 9) chez Amazon ou à la FNAC
- l’intégrale d’Histoire secrète (T17 à 20) chez Amazon ou à la FNAC

> Chez Dupuis :
- L’intégrale d’Esteban chez Amazon ou à la FNAC
- L’intégrale de La Mémoire dans l’eau chez Amazon ou à la FNAC
- Sophie T3 (1969-1972) chez Amazon ou à la FNAC
- Les Chroniques de Starter : 60 Chroniques insolites chez Amazon ou à la FNAC
- l’Intégrale des Tuniques Bleues T1 par Cauvin & Salvérius chez Amazon ou à la FNAC
- La compilation de Cédric Tous en scène chez Amazon ou à la FNAC
- La Mauvaise Tête chez Amazon ou à la FNAC

 
Participez à la discussion
13 Messages :
  • Une avalanche d’intégrales (2/3)
    3 janvier 2015 11:23, par Jean-Fred

    Ces intégrales vont encore ponctionner les portefeuilles du bédéphile moyens, au détriment d’achats de nouveautés véritables d’auteurs actuels dont les méventes les enfonceront encore un peu plus dans la précarité.

    Répondre à ce message

    • Répondu par Jérôme le 3 janvier 2015 à  13:17 :

      Un lecteur qui achète un volume de la collection de la Pléiade peut également acheter des nouveautés de la rentrée littéraire. L’un n’empêche pas l’autre. Dans la Bande dessinée, comme dans la littérature, je ne vois pas ce qui empêche un lecteur de se plonger dans les classiques, devenus introuvables, et de lire également des ouvrages d’auteurs vivants, des nouveautés. Faudrait-il que le patrimoine du Neuvième art redevienne aussi inaccessible qu’il le fut dans le passé ? Le Futuropolis d’Etienne Robial publiait aussi bien des rééditions d’incunables que des expérimentations. C’était autant une "Pléiade de la Bande dessinée" qu’un laboratoire pour de jeunes auteurs, dont certains sont devenus des auteurs de renom, aujourd’hui.

      Répondre à ce message

    • Répondu par Pacome le 3 janvier 2015 à  14:31 :

      Je pense au contraire que la vente des ces séries, dont le coût est amorti depuis longtemps, va permettre à l’éditeur de financer la publication de nouvelles séries

      Répondre à ce message

      • Répondu par Jean-Fred le 3 janvier 2015 à  20:02 :

        Je pense au contraire que la vente des ces séries, dont le coût est amorti depuis longtemps, va permettre à l’éditeur de financer la publication de nouvelles séries

        Quel est l’intérêt de sortir de nouvelles séries qu’on stoppe au numéro 1 sous prétexte de mauvaises ventes à cause d’intégrales qui reviennent moins chères et rassurent les acheteurs frileux. C’est un cercle vicieux. Les lecteurs n’achètent plus de tomes 1, ils attendent l’intégrale qui ne viendra jamais puisque l’éditeur stoppe la série au tome 1 (et l’acheteur de se dire dire qu’il a bien eu raison de ne pas l’acheter donc, c’est vicieux).

        Répondre à ce message

        • Répondu par pilpoul le 3 janvier 2015 à  20:48 :

          "Prenez un cercle. Caressez-le. il deviendra vicieux" Ionesco

          Répondre à ce message

        • Répondu par Sergio SALMA le 3 janvier 2015 à  23:19 :

          Oui mais pour que l’éditeur ne sorte pas l’intégrale il doit d’abord attendre que le tome 1 ne se vende pas. Et si par malheur le tome 1 se vend il se peut qu’il y ait un tome 2 (!) du coup le tome 3 est envisagé et l’amateur d’intégrales en sera pour ses frais.

          Tandis que si l’éditeur sort un récit en 2 tomes et que les lecteurs n’achètent que le tome 2 vu qu’ils se méfient des tomes 1 , l’éditeur se retrouve avec plein de tomes 1 et doit les pilonner. Sinon, on parle ici d’intégrales de séries arrêtées depuis parfois des décennies ; parfois intégrale ça veut dire "collection intégrale d’une série " alors que dernièrement le terme désigne " récit intégral ".

          Répondre à ce message

          • Répondu le 4 janvier 2015 à  01:02 :

            Je ne me retrouve nullement dans les habitudes du lectorat évoquées par JF. J’achète des "intégrales" (les guillemets seront expliqués) en PLUS de mes achats habituels. Pour diverses raisons : qualité de la repro, dossier exhaustif, albums usés par la lecture, etc. Et, intégrales... Il m’arrive d’acheter 2-3 tomes d’une collec’ de l’oeuvre complète et puis de laisser tomber et passer à autre chose. C’est même très fréquent. Je n’ai pas de collections complètes je crois, je n’en perds pas le sommeil. Je revends ou jette (horreur !- mais je recycle, ouf...), bref je consomme. Cette donnée sacrément importante est totalement absente de votre raisonnement.

            Répondre à ce message

            • Répondu par RiffRaff le 4 janvier 2015 à  06:22 :

              C’est que vous avez beaucoup de moyens, mais ce n’est pas le cas de la majorité des bédéphiles. Quand on a un budget limité il faut choisir, le prix des albums a explosé, d’antan c’était moins cher, le prix des bd était raisonnable.

              Répondre à ce message

              • Répondu le 4 janvier 2015 à  09:01 :

                Que j’aie beaucoup de moyens ? Vous n’en savez rien ! Encore un commentaire fumeux qui comme il se doit se conclut par un "c’était bien mieux avant".

                Répondre à ce message

                • Répondu par Pirlouit le 4 janvier 2015 à  18:48 :

                  Encore une polémique ridicule qui tourne au réglement de comptes personnel. Vous n’avez rien de mieux à faire, je ne sais pas, lire ou relire vos BD préférées par exemple ? Un peu de tolérance et d’ouverture d’esprit pourrait contribuer à faire de 2015 une belle année. Il suffit que chacun y mette un peu du sien, ce n’est pas très difficile en somme...

                  Répondre à ce message

        • Répondu par Pirlouit le 4 janvier 2015 à  18:30 :

          Salut ! Pouvez vous donner des titres de bonnes séries qui se seraient arretèes après un unique tome, privant le lecteur de la fin de l’histoire ? Si possible, pour mévente notable du premier, et non par mésentente entre les auteurs, ou même le décès imprévu de l’un deux. Là, il s’agit de force majeure, même si la riche actualité des reprises montre que les repreneurs se bousculent au portillon.

          Répondre à ce message

  • Une avalanche d’intégrales (2/3)
    3 janvier 2015 11:52, par Pacome

    Pour les amateurs de petits trésors, une quatrième édition dédiée à Franquin et commentée par Hughes Dayez => Hugues

    Mais également les collaborations que Jidéhem continuaient à honorer avec d’autres dessinateurs => continuait il me semble

    Répondre à ce message

    • Répondu par Charles-Louis Detournay le 3 janvier 2015 à  11:58 :

      Merci, c’est corrigé.

      Répondre à ce message